Texte 840, année 1632, 24 juin, Claude de Bullion à Richelieu

Claude de Bullion à Richelieu, Paris, 24 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 802, f° 233-234. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 290-291.

Monseigneur,

Je vous ai écrit du jour d’hier par la voix de M. Bouthillier afin de vous supplier de me départir vos commandements, n’ayant volonté que la vôtre, et ne manquerai d’obéir ponctuellement à ce qu’il vous plaira m’ordonner, Dieu m’ayant, par sa sainte grâce, donné ma première santé.

Maintenant, je vous dirai que j’ai reçu la lettre qu’il vous a plu m’écrire, laquelle m’a été rendue le jour d’hier, laquelle m’a comblé de joie, y ayant appris la bonne santé du Roi et la vôtre, dont j’étais en peine par divers bruits qui ont couru. Je loue Dieu de tout mon cœur de ce qu’il vous a délivré de cette grosse pierre qui vous donnait de l’incommodité. C’était sans doute ce qui vous causait le mal dont vous vous plaigniez à Metz1.

Continuer la lecture

  1. Le calcul, ou lithiase, dont souffrait Richelieu annonce la survenue, le 2 novembre suivant, du « mal de Bordeaux », qui débute par une vive douleur lombaire, voir à ce sujet Fabien Zagnoli, Histoire pathologique du cardinal de Richelieu, thèse pour le doctorat d’État en médecine, soutenue le 27 juin 1984, à l’université de Bordeaux II, p. 115-121. []

Texte 839, année 1632, vers le 22 juin, Michel Moreau à Richelieu

Le lieutenant civil, Michel Moreau, à Richelieu, [Paris], vers le 22 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 802, f° 229. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 289.

Monseigneur,

Ce matin, les commissaires du Châtelet m’ont donné avis que l’on avait jeté, la nuit, dans les rues, un libelle intitulé Questions d’Estat, plus méchant que ceux qui ont encore été vus. L’on m’en apporté deux exemplaires, l’un desquels j’envoie à Votre Éminence, et je réserve l’autre pour le condamner et le faire brûler par le bourreau, comme l’on a fait ci-devant en semblables rencontres1. L’on a semé dans la ville, la nuit, ledit libelle, et a été recueilli par le menu peuple dès le grand matin, et détesté généralement de tous les gens de bien comme très pernicieux et très abominable, qui ne mérite autre lumière que celle du feu, non plus que son auteur.

Continuer la lecture

  1. Le pamphlet a été attribué au père Chanteloube : voir la notice bibliographique que consacre la Bibliothèque nationale de France à l’opuscule, consultée en ligne le 21/05/2024. Il est condamné à la destruction trois jours plus tard. []

Texte 838, année 1632, 22 juin, le maréchal de Créqui à Richelieu

Le maréchal de Créqui à Richelieu, Grenoble, 22 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France vol. 804, f° 212. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 288-289.

Monseigneur,

Ayant eu avis du côté de Lyon que quelques troupes de Monsieur, frère du Roi, avaient pris des prisonniers aux environ de Dijon, j’ai cru être obligé d’envoyer ce courrier pour recevoir les commandements de Sa Majesté et les vôtres. De ce côté-là, vous considérerez, Monseigneur, que l’on ne peut entrer en cette province que par la Bresse, et passant le Rhône. J’ai écrit aux gouverneurs des lieux qui sont au bord de la rivière d’y veiller et d’y envoyer des compagnies du régiment du comte de Sault par tous les parages pour s’en saisir. Je mande particulièrement à M. de La Vrillière le nombre d’hommes dont je peux faire état, pour m’opposer à ceux qui se pourraient présenter pour passer de-deçà.

Continuer la lecture

Texte 837, année 1632, 21 juin, le marquis de Bourbonne à Richelieu

Le marquis de Bourbonne à Richelieu, Chaumont, 21 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 804, f° 209-210. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 287-288.

Le 18 juin 1632, Louis XIII a franchi la Meuse et fait halte à Vaubecourt, en terre barroise. Il a fait attaquer à Rouvrois-sur-Meuse, près de Saint-Mihiel, un régiment de la cavalerie ducale, commandé par Charles de Lenoncourt de Serres. Les contingents français ont massacré les Lorrains. La nouvelle de la défaite a été apportée à Charles IV à Nancy par un capitaine du régiment de Lenoncourt, le marquis de Blainville. Deux jours plus tard, le roi de France arrive à Bar-le-Duc. Ce 21, après l’ultimatum d’usage, Louis XIII entre dans la ville, dont il prend possession. Il laisse dans la place Jean du Tillet. Les fonctions qui lui sont dévolues sont celle d’« intendant de justice en notre ville de Bar et pais barrois pour y rendre la justice, destituer et instituer les officiers, revoir le serment de fidélité des habitants »1. Ce même 21, Richelieu et le Roi écrivent tous deux à Charles IV leur regret de l’intervention militaire, qui seule, peut obliger le duc de Lorraine à satisfaire à ses obligations2. Charles IV n’a pas les moyens de s’opposer aux forces françaises. Par l’intermédiaire de l’Infante, il a averti Don Gonzalès de Cordoue de la marche concentrique des troupes françaises vers le cœur de ses États. Mais le général espagnol se dérobe : il a trop à faire avec les ennemis de l’Espagne et ne peut qu’inciter Charles IV à se soumettre. Le duc se tourne vers Wallenstein, sans plus de succès. Ni Wallenstein, ni Mérode à Coblence, ni Montecucolli en Haute-Alsace, ne disposent de contingents suffisants. Louis XIII tient les passages de la Meuse et de la Moselle et menace désormais Nancy. 

Monseigneur,

Depuis que je vous ai envoyé La Brosse, je ne vous ai voulu envoyer personne inutilement, et que je n’aie vu ce que feraient les troupes de Monsieur [le duc d’Orléans], qui est bien étonné de n’être suivi. Je crois que le dessein de M. de Lorraine était de faire diversion.

Continuer la lecture

  1. Aimé Champollion-Figeac (éd.), Mémoires de Mathieu Molé, Paris, chez Jules Renouard, 1855-1857, 4 volumes, tome 2, p. 155. []
  2. Les deux courriers sont conservés au Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 9, f° 278 et 279. La lettre de Richelieu a été publiée par Denis-Louis-Martial Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, t. IV, p. 311. La translation de celle de Louis XIII est consultable en ligne, texte 169. []

Tillet (Jean du, seigneur de Gouaix)

Jean II du Tillet, seigneur de Gouaix, en Brie, est le fils aîné d’Élie du Tillet, seigneur de Gouaix et de Pannes, maître d’hôtel du Roi, et de sa première épouse, Philippe Viole1. Il est le petit-fils de Jean du Tillet († 1570), seigneur de La Salle-de-Rais et d’Aulaigne, greffier civil au parlement de Paris, devenu évêque de Meaux en 1564, auteur du Recueil des Roys de France publié en 1580. Il est enfin le frère de Jacques du Tillet, gentilhomme servant de la bouche du Roi en 1602.

Titulaire de la charge de conseiller au Grand Conseil, il devient maître des requêtes le 21 janvier 1612.

Continuer la lecture

  1. Michel Popoff indique qu’Élie du Tillet contracte une seconde union avec Marie Le Fèvre de Caumartin, veuve, en 1589, de Jean-Jacques de La Vergne, et qu’il accède à la charge de grand-maître des eaux et forêts de Champagne, Brie, Bourgogne et Auvergne. Michel Popoff, Prosopographie des gens du parlement de Paris (1266-1753), Paris, le Léopard d’Or, 2003, 2 volumes, tome II, p. 970, 1001, et 1015. []

Turquant (Jean, seigneur d’Aubeterre)

Jean Turquant (ou Turcant) († 1646), seigneur d’Aubeterre, est le fils de Charles Turquant, seigneur d’Aubeterre, conseiller à la cour des Aides puis maître des requêtes de l’hôtel du Roi, et de Jeanne Le Gay. D’abord conseiller au parlement de Bretagne, il est reçu à la charge de conseiller au parlement de Paris le 13 février 1608. Le 9 janvier 1614, il accède à celle de maître des requêtes de l’hôtel du Roi.

En 1623, Jean Turquant est nommé intendant de justice et de police en Normandie, à Rouen, en charge de la réforme des gabelles. En 1625, il est intendant en Picardie, avant d’être envoyé à Lyon.

Continuer la lecture

Texte 836, année 1632, 21 juin, le comte de Thianges à Richelieu

Charles de Damas, comte de Thianges, à Richelieu, Paris, 21 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 804, f° 211. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 286-287.

Monseigneur,

L’affaire pour laquelle j’étais allé an Bourgogne, appuyé de votre faveur, s’est trouvée rompue à mon arrivée, qui m’a fait épargner cet honneur et garder vos lettres closes pour une autre occasion plus assurée. L’estime que j’en fais m’a rendu ménager de celle-ci, sans me dégager toutefois de l’obligation où elle m’a mis avec les autres, et la continuation de votre affection que je me conserverai par mes très humbles services, sur le dessein que j’avais fait de retourner promptement recevoir les commandements du Roi.

Continuer la lecture

Texte 835, année 1632, 21 juin, Richelieu au prince de Condé

Richelieu au prince de Condé, Saint-Mihiel, 21 juin 1632.

Archives du Musée Condé, Chantilly, Série M, t. III, f° 396. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 286.

Monsieur,

Écrivant à MM. des États pour l’établissement des postes qu’il est nécessaire de faire de Rennes à Nantes, afin de trouver les fonds des gages ordinaires des maîtres des postes, je prends la plume pour vous supplier de tenir la main à cet établissement que vous jugerez de tout utile au service du Roi et au bien de la province, et de croire que je suis et serai toujours, Monsieur, votre bien humble et très affectionnée serviteur, 

le cardinal de Richelieu

De Saint-Mihiel, en Barrois, le XXI° juin 1632

Texte 834, année 1632, 20 juin, Michel Particelli d’Hemery à Richelieu

Michel Particelli d’Hémery à Richelieu, Montpellier, 20 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France 1628, f° 128-129. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 285-286.

Monseigneur,

Je n’ai rien à ajouter de la lettre que je vous ai écrite du dixième de ce mois1, si ce n’est que M. de Montmorency m’a fait confirmer les mêmes choses qu’il m’avait dites ci-devant, et encore de plus qu’encore que le pays eût de quoi payer, ce qu’il croit et que je ne crois pas, néanmoins que si le Roi désire plus les six élus que les six commissaires, que pour son regard, cela lui était indifférent. J’écris le particulier de ce qui est nécessaire à M. de La Vrillière, et les expéditions dont nous avons besoin pour y parvenir. Il n’y en a point qui le soit davantage, Monseigneur, qu’une de vos lettres à M. de Montmorency, afin de le convier à tenir la main aux choses qu’il n’a pas lui-même eu désagréables. Il y a deux choses fort nécessaires pour la conclusion et l’affermissement de cette affaire, l’un est la bonne intelligence entre M. de Montmorency et M. d’Effiat, à quoi Monseigneur, vous pouvez tout. L’autre est le soin que l’on aura des intérêts de M. de Montmorency, dont j’écris particulièrement à Monseigneur le maréchal.

Continuer la lecture

  1. Nous n’avons pas retrouvé de courrier de Michel Particelli d’Hemery en date du 10 parmi les papiers de Richelieu. Il s’agit vraisemblablement de la lettre du 9 juin. Voir le texte 808. []

Texte 833, année 1632, 20 juin, Monsieur de Nubécourt à Richelieu

Georges-Frédéric du Hautoy, seigneur de Nubécourt, à Richelieu. Nubécourt, 20 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 804, f° 208. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 284-285.

Il s’agit ici du second de deux courriers adressés le même jour par Monsieur de Nubécourt à Richelieu. Voir aussi le texte 832.

Monseigneur,

Comme j’étais sur le point d’aller retrouver le Roi, j’ai vu ma maison si dénuée, n’y laissant que quelque valet et quelques paysans, auxquels il n’y a point d’assurance, et ne m’y puis fier moi absent, crainte que quelque ennemis du Roi, ou des miens particuliers, ne se saisisse ou surprenne mon château, qui serait un desservice [sic] au Roi, et à moi une ruine totale, joint aussi que l’on ne le saurait ravoir sans canon, étant fort comme il est, qui me fait vous supplier très humblement, Monseigneur, vouloir agréer, et faire que ce soit le bon plaisir du Roi que je le garde moi-même pour son service, et pour plus grand marque et assurance de ce qu’il plaise à Sa Majesté me donner une commission d’une compagnie, ou de tel nombre qu’il lui plaira, que je commanderai pour son service ici pour ladite garde tant de temps qu’il sera nécessaire, et à celle fin aussi que je puisse faire les récoltes où nous allons entrer, en considération que voici de deux récoltes passées que j’étais absent pour le service de Sa Majesté, pendant lesquels temps, M. le duc de Lorraine y avait mis garnison, qui m’en coûte plus de six mille écus tant en blé, vin qu’autres meubles que l’on m’y a pris, que si cette année je ne fais mes récoltes, cela me causera une perte si grande que jamais je ne m’en pourrai relever. 

Continuer la lecture