Texte 310, année 1631, 29 août, le baron de Chamblay à Richelieu

Le baron de Chamblay à Richelieu, Dombasle-sur-Meurthe, 29 août 1631.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 9, f° 30-31. Original autographe. Suscription au f° 31 v° : « à Monseigneur ». 

Monseigneur,

Je ne doute pas que M. de Feuquières ne vous ait fait rendre sûrement ma seconde lettre, en suite de laquelle je vous dirais que l’infanterie espagnole qui devait entrer dans la Lorraine au 16 du courant s’est embarquée sur le Rhin, et va descendre du côté de Cologne.

Mais les trente cornettes sont entrées depuis trois jours, et continuent leur chemin selon que les étapes leurs sont préparées. Ainsi voilà un secours sur lequel Monsieur faisait un grand fondement, qui semble prendre un autre dessein. M. de Puylaurens est de retour de son ambassade depuis trois jours. Il a dit (et cela confidemment) que la Reine mère lui a mis entre les mains son consentement sur le mariage de son maître [le duc d’Orléans], mais que l’Espagne ne le désire pas et menace de ne se mêler plus de ses affaires, s’il le conclut. Vous vous en imaginez mieux les raisons que je ne le saurais écrire. D’ailleurs, je ne puis croire que M. de Lorraine se laisse jamais aller aux persuasions de personne sans le consentement du Roi, quoique l’on dise que les robes de noces se font, et qu’un de ses jours le mariage se consommera sans bruit. Quant aux levées de Monsieur, il a quelque cavalerie qui n’est pas mauvaise, et se persuade qu’il entrera avec deux mille chevaux dans la Bourgogne, où il croit que la moitié de la France se révoltera avec cette province. Pour moi, je crois que le Roi connaît assez la fidélité de ceux à qui l’on donne des commissions, autrement j’en soupçonnerais plusieurs, tant ces Messieurs assurent que la plupart les viendront trouver tambours battants et enseignes déployées. Je vous assure, Monseigneur, que cela est pitoyable de voir avec quelle effronterie ces mauvais serviteurs abusent de la facilité de leur maître. 

Les levées de M. de Lorraine sont achevées et commencent à marcher du côté d’Allemagne. Il a près de quinze mille hommes de pied, et de deux mille cinq cents chevaux. La plupart sont Français, qui disent qu’ils iront de bon cœur en Allemagne, et jamais contre le Roi. Voilà une marque certaine que Son Altesse n’en a aucun dessein, et qu’il veut assister l’Empereur contre les protestants, comme il en a besoin, maintenant que le roi de Suède a passé l’Elbe, et que, par trois diverses fois, il a battu les troupes de M. de Tilly, en l’une desquelles il a tué deux mille cinq cents hommes sur la place, pris la plus grande partie du bagage de l’armée et laissé morts et prisonniers deux colonels et plusieurs capitaines. Quant à M. le prince de Phalsbourg, il lève lentement quatre mille hommes de pied, et j’ai fait en sorte qu’il a envoyé sur ce qu’ils ne sont pas venus dans le temps qu’ils lui avaient promis. Il va aussi dépêcher un gentilhomme vers l’Empereur pour demander quelques conditions que l’on ne lui accordera pas, afin de tirer le temps en longueur en attendant la réponse du R. P. Joseph, que je voudrais bien savoir. 

Tous les flatteurs de Monsieur lui persuadent que là où le Roi ne sera pas en personne, toutes les troupes de Sa Majesté, au lieu de le combattre, le viendront trouver et prendront son parti, que quantité de gouverneurs lui ouvriront les portes de leurs places, et que les provinces entières se révolteront, et, pour comble de leurs folies, que le Roi n’a point d’argent ni moyen d’en trouver. Voilà, Monseigneur, les chimères dont ils l’amusent. Et moi je vous demande pardon si j’abuse de votre loisir en vous en disant les particularités que j’ai cru pourtant être importantes, comme elles sont certaines. Vos commandements me serviront, s’il vous plaît, d’excuse, cependant que je vous supplierai très humblement de croire que je n’aurai jamais une si grande joie que quand je pourrai vous faire connaître combien je suis, Monseigneur, votre très humble, très obéissant et très fidèle serviteur,

Chamblay

À Dombasle, ce 29 août 1632 [sic, pour 16311].

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. La mention du prince de Phalsbourg, décédé le 4 décembre 1631, et de la bataille de Werben, remportée le 22 juillet 1631 par le roi de Suède sur le comte de Tilly, permettent de dater le texte de manière certaine. L’erreur de date commise par le baron de Chamblay a conduit le classement de l’original manuscrit avec les documents datant de l’année 1632. Il est à noter que la victoire de Gustave-Adolphe de Suède sur le comte de Tilly le 22 juillet est suivie de celle qu’il remporte à Breitenfeld le 17 septembre 1631, au cours de laquelle Tilly est blessé. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (29 juin 2022). Texte 310, année 1631, 29 août, le baron de Chamblay à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpzw


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.