Texte 313, année 1632, 17 janvier, Testu à Richelieu

Louis Testu à Richelieu, Paris, 17 janvier 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 802, f° 19-20. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 71-73.

Monseigneur,

Je travaille toujours le plus qu’il m’est possible pour découvrir les choses qui peuvent concerner le service du Roi, et le vôtre, et pour les choses qui peuvent concerner les imprimés qu’on fait à Bruxelles, je me suis avisé de dire à cet imprimeur de cette ville, duquel je me sers il y a longtemps, qu’il tachât, s’il avait quelque connaissance d’un de son métier à Bruxelles, d’avoir quelque correspondance avec lui, afin de pouvoir, par ce moyen-là, être averti s’il ce faisait quelque chose de nouveau en ce pays-là, pour envoyé ici, ce qu’il a fait [sic].

De sorte qu’aujourd’hui il est arrivé un gros paquet des dits livres qu’il m’a lui-même apporté, lequel j’ai ouvert et y ai trouvé grande quantité d’imprimés, mais ce sont tous livre, qui ont déjà été vu, à la réserve d’un, dont il n’y en avait que deux, duquel je vous en envoie un, Monseigneur, après en avoir communiqué avec M. le maréchal d’Effiat qui en a été d’avis, et je l’aurais fait sans cela, suivant ce que vous en avez commandé. 

J’ai été en même [temps] chez l’ordinaire de Flandre visiter les paquets pour voir si je n’en trouvais point d’autre, mais je n’y en ai point trouvé, et continuerai l’autre voyage, et ferai tout ce qui me sera possible pour découvrir si quelqu’un en jette.

J’ai parlé aussi à Monseigneur le surintendant sur une requête qui me fût apportée il y a deux jours, non pas par celui qui l’avait faite, de sorte que je demandai à parlé à lui-même. Il est venu aujourd’hui, et ai conféré avec lui plus d’une heure, lui disant force raisons par lesquelles je lui voulais faire connaître qu’il n’y avait nulle apparence à ce qu’il disait, et que s’il voulait me dire quelque chose du particulier, que je verrais si cela était digne de le mander. Il m’a dit qu’il ne m’en pouvait rien dire, que, premièrement il n’eût parlé au Roi ou à vous, Monseigneur, et que s’il en m’écrivait, qu’il s’en déchargerait sur moi. 

Je ne le trouve point homme qui ait en rien l’esprit extravaguant, quoi qu’on en puisse soupçonner quelque chose par la forme de sa requête. Mais je le crois nécessiteux. Je l’ai porté néanmoins de parler à mon dit seigneur le maréchal, ce qui m’a promis faire, et l’on verra si l’on pourra apprendre davantage. Cependant, il a trouvé à propos que je vous envoyasse la dite requête pour en cela recevoir votre ordre, le sieur Lavocat pouvant peut-être être revenu devant qu’il parte.

Depuis quelques jours, il a passé ici quelque gentilhommes de Monsieur qui n’y ont guère été, et entre autre, le sieur Gardencourt et Blarut, qui sont allé devers la Normandie. Et il y a un nommé Maigrin, qui à la vérité y a été 8 ou 10 jours, où j’ai fait tout ce qu’il m’a été possible pour l’attrapé, et ai même donné de l’argent à des particuliers, et ayant même été en des lieux où il pouvait être. Mais il m’a été impossible de ce faire, tant il a pris garde à lui et crois même avoir été trompé par un de ceux à qui je me suis fié. Je suis le dernier qui sait ces choses-là, et j’ai dit au sieur abbé de Coursan, qui vous a été trouvé, ce que je croyais qui ce pouvait faire en cela, et même M. de Bullion vous en aura dit quelque chose, Monseigneur. Et je vois bien que Monsieur le Prince, qui est ici, en a discouru avec lui, et que peut-être que le souvenir des choses passées, il m’aura voulu prêter quelque charité et m’accuser de n’y pas songer comme je dois. 

Je ne crois pas, si cela était, Monseigneur, qu’il en peut entrer aucune créance dans l’esprit du Roi, ni du vôtre, tant par l’assurance que vous avez de mon service que par la connaissance de mes déportements et procédés, vous suppliant très humblement de croire, Monseigneur, que tout ce qui ce peut faire humainement, je n’y oublie rien, et pour à cette heure, il n’y a que des domestiques pour lesquels j’ai écrit à Monseigneur le garde des sceaux, et ai prié M. de Bullion de savoir ce qu’on désirait que je fisse, et espère tant de votre bonté que je crois que rien ne peut diminuer la bonne opinion que vous m’avez faite l’honneur de me témoigner envers moi. Aussi ne ferai-je jamais rien qui vous donnera sujet de changer, priant Dieu qui vous conserve ces grâces, et vous donne longue et heureuse vie, en qualité de celui qui est et sera toute sa vie, Monseigneur, votre très humble et très obéissant serviteur, 

Testu

De Paris, ce XVII° janvier 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (4 juillet 2022). Texte 313, année 1632, 17 janvier, Testu à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tq03


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.