Texte 318, année 1632, 23 janvier, Lanier à Richelieu

François Lanier à Richelieu. Paris, 23 janvier 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 804, f° 30-31. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 76-77.

Monseigneur,

Quoique je ne doute point que Votre Éminence ne soit avertie d’autre part, j’ai jugé être de mon devoir, et par les étroites obligations qu’il lui a plu acquérir sur moi, par divers effets de sa protection, et par l’inclination que j’ai à son service, de lui donner avis comme hier à la chambre de justice, en procédant au jugement du procès de François Bernard, docteur en médecine de la faculté de Bordeaux, accusé du crime de fausse monnaie, étant sur la sellette, il déclare, comme depuis un mois il avait été sollicité d’attenter à votre vie, sur laquelle on avait dessein par poison et voie de fait, qu’il ne connaissait le nom ni la personne de cellui qui, un soir fort tard, le fut trouver au logis du nommé Péan [François Péan], trésorier de la marine de Levant, au Marais du Temple, chez lequel il demeurait, et pour plus grande créance, lui fit des recommandations du sieur d’Espagne [Espagnet], qui a été nourri page de M. le duc d’Orléans, fils d’un président aux enquêtes du parlement de Bordeaux [Jean d’Espagnet], qu’il connaissait de jeunesse et qui lui avait adressé cet homme, à cause des secrets qu’il avait, se délectant à la chimie, qu’on lui avait promis grande récompense pour préparer du poison, lequel manquant, on était résolu de tenter une autre voie, et qu’ils étaient trois très résolus à cet abominable dessein, et ce dans le dixième jour du mois prochain, que lui accusé n’avait rejeté la proposition, mais pris délais pour en donner avis à Votre Éminence, comme aussi de surprise de quelques places et particulièrement en la province de Guyenne, par le moyen des sieurs Sainte-Croix d’Ornano et La Terride

Il n’y eut aucun des juges qui ne crut que c’était un prétexte pour essayer de prolonger ses jours. Mais, ayant été aujourd’hui condamné et exécuté à mort, et auparavant appliqué à la question ordinaire et extraordinaire, de son mouvement, il a confirmé la même chose, et convié MM. de Laffemas et Charpentier, commissaires présents, de vous en faire avertir, même qu’il y conviait son père confesseur, qui a été un augustin du grand couvent, et que sa seule conscience l’obligeait à déclarer cela. 

Cet accusé était un homme de 27 ans, savant et fort curieux, fils d’un procureur au siège présidial de Saintes, esprit extrêmement résolu, et qui pendant huit jours qu’a duré l’instruction de son procès, n’a fait paraître aucune appréhension de la mort. Il dit aussi que celui qui l’avait été trouver était un homme sous l’âge de 30 ans, de haute stature et poil noir. 

Vous excuserez, Monseigneur, si j’ai pris la liberté de vous écrire ce mauvais discours, après en avoir conféré avec M. des Roches, la conservation de Votre Éminence étant trop nécessaire à l’État et trop chère, Monseigneur, à votre très humble, très obéissant et très fidèle serviteur, 

Lanier

À Paris, ce vendredi au soir 23° janvier 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (9 juillet 2022). Texte 318, année 1632, 23 janvier, Lanier à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tq0i


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.