Texte 320, année 1632, 24 janvier, Richelieu au prince de Condé

Richelieu au prince de Condé, Metz, 24 janvier 1632.

Archives du Musée Condé, château de Chantilly, cabinet des Lettres, série M, t. III, f° 341. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 78-79.

Monsieur,

J’ai été extrêmement aise de recevoir de vos nouvelles et d’apprendre l’état de votre bonne disposition, comme j’ai fait par le gentilhomme porteur de vos lettres. Vous pouvez bien croire aussi que je n’ai reçu peu de joie voyant comme vous approuvez les desseins du Roi, qui ne vont pas toujours si avant que beaucoup d’esprits le jugent, ou font semblant de le juger.

Sa Majesté n’a eu autre pensée que de retirer avec raison ce qui avait été usurpé sur M. de Metz contre toute justice, et ensuite se mestre en état d’empêcher que la Ligue catholique ne soit perdue en Allemagne. C’est la seule considération qui l’arrête de deçà. Il est impossible d’en prévoir encore l’événement assuré, d’autant que le roi de Suède trouve si peu de résistance qu’il y a beaucoup moins lieu de négocier avec lui qu’on ne voudrait.

Vous aurez su maintenant comme le Roi a voulu user de sa bonté envers Monsieur, comme les siens l’ont empêché de la recevoir, parce qu’ils n’y trouvaient pas leur compte à leur mode, d’autant que Sa Majesté ne voulait pas remettre les gouvernements, dont il a justement privé ceux qui l’ont suivi. Sa Majesté verra venir ceux qui lui veulent faire du mal, et, sans attaquer personne, se tiendra en état de se garantir, avec l’aide de Dieu, de ceux qui voudront entreprendre contre son État. On ne peut résoudre ce qui se fera aux États de Bretagne que M. d’Effiat ne soit ici. C’est tout ce que j’ai à vous dire, sinon que je suis et serai toujours, Monsieur, votre très humble et très affectionné serviteur, 

le cardinal de Richelieu

De Metz, ce 24 janvier 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (10 juillet 2022). Texte 320, année 1632, 24 janvier, Richelieu au prince de Condé. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tq0k


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.