Texte 324, année 1632, 30 janvier, Testu à Richelieu

Louis Testu à Richelieu, Paris, 30 janvier 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 802, f° 29-30. Original autographe. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 81-83.

Monseigneur,

Je crois que vous aurez reçu par mon fils1 un mémoire que je vous ai envoyé, touchant des avis donnés par deux hommes, [qui] y sont nommés, lequel je me suis efforcé d’éclaircir encore davantage depuis vous l’avoir envoyé par le moyen de l’ouvrier qu’ils disent avoir fait les dits poignards. Est [et] parce que j’en ai fait, je reconnais encore davantage la chose avoir été inventée, car il les a encore et n’a nullement dict en avoir fait pour porter à Nancy. Est quand celui qui doit prendre ceux-là les viendra quérir, il me donnera moyen de savoir quel il est pour en éclaircir entièrement la vérité. Mais le dit Oger est retombé dans un autre nouveau avis, dont il doit donner le mémoire au sieur des Roches, par lequel il dit que Monsieur doit venir à Paris avec 50 chevaux est entrera criant : « vive Gaston et la liberté du peuple », est qui sait cela par le moyen du chevalier de Miron2, qui l’a dit à son hôtesse. 

Jugez, s’il vous plaît, où va cet esprit, Monseigneur, par ce qu’il a dit à mon homme que je m’en gardasse bien d’en rien dire à M. le Comte [de Soissons], d’autant qu’il s’entendait entièrement avec Monsieur, sur ce qu’il y avait promis que s’il venait à être Roi, qu’il éloignerait M. le Prince [de Condé] sur les raisons qu’il a déduite, ce que j’ai cru vous devoir mander, afin que vous puissiez faire entière réflexion de la conduite de ce personnage.

J’en ai parlé à M. le maréchal d’Effiat, lequel trouve que le premier est une frivole et sous apparence, est le second une invention d’un méchant est dangereux esprit. Est pour moi, j’en ai fait le semblable, est n’en parlerai à nul autre que je n’ai reçu votre commandement. 

Je crois que si Monsieur est passé en Flandre, comme l’on dit ici, assurément qu’il ne sera point mal à propos de faire faire une ordonnance portant très exprès commandement à tous domestiques de la Reine est de Monsieur, de quelle condition qu’ils puissent être, de sortir dans deux fois 24 heures sous telle peine qu’on voudra arbitrer, car ils servent de beaucoup aux mauvais bruits qu’on fait courir, comme depuis peu sur la personne du Roi, qu’on a dit depuis peu être malade, comme aussi parmi les bigots et gens mal affectionnés qui parlent mal du progrès du roi de Suède est de l’assistance que le Roi lui peut donner. Est ces menus officiers-là peuvent aller parmi le peuple leur donner de mauvaises impressions, lequel regrette fort l’absence du Roi, est croit que cela est principalement fondé sur ce qu’il gagne peu de chose. 

Il n’a point ici <…> pas un de ces livres dont je vous en ai envoyé un exemplaire autre que ceux que j’ai saisis. Je ferai voir à l’ordinaire d’aujourd’hui s’il n’y en viendra point. L’on a jeté quelque imprimé nouveau en quelque logis qui est inscrit : « lettre adressée au Roi, à M. de Montbazon et au parlement », dont M. le Maréchal en a. Est pour moi, il ne m’est point encore tombé en main. 

Je vous envoie des prédictions qui se sont vues fort récemment, dont celle-là m’est tombée entre les mains. 

Je prie Dieu, Monseigneur, qui vous conserve est préserve de vos ennemis, en qualité de celui qui est, Monseigneur, votre très humble est très obéissant serviteur, 

Testu

De Paris, le XXXe janvier 1632.

Depuis ma lettre écrite, Monseigneur, j’ai eu avis que le prévôt de Chablis-en-Champagne [sic] est à l’article de la mort, qui dépend de vous comme doyen de Saint-Martin-de-Tours. Je vous supplie très humblement, Monseigneur, d’en gratifier un de mes enfants, s’il vient à décéder3. Et je tiendrai cette grâce à bien plus grand faveur que celle de me procurer quelque autre bénéfice auprès du Roi, quand l’occasion s’en présenterait, parce que cela me confirmera la créance que j’ai que vous me faites l’honneur de me tenir pour votre serviteur particulier. J’en ai parlé à M. des Roches, qui m’a promis de vous écrire l’état de la chose, est je vous puis assurer que vous n’obligerez jamais personne qui en aie plus de ressentiment, ni qui soit plus véritablement votre serviteur que moi, Monseigneur.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Charles Testu ou Louis II Testu. []
  2. Peut-être s’agit-il d’Henri Miron. []
  3. Richelieu accorde en effet le bénéfice à l’un des enfants de Louis Testu, sans doute, Jacques Testu de Belval, voir ici le courrier de remerciements que Louis Testu adresse à Richelieu le 23 février 1632. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (11 juillet 2022). Texte 324, année 1632, 30 janvier, Testu à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tq0q


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.