Texte 332, année 1632, fin août, le maréchal de La Force à Richelieu

Le maréchal de La Force à Richelieu, fin août 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 802, f° 425. Original de la main d’un secrétaire, sauf la signature, le post-scriptum, et la formule finale autographes.

Monseigneur,

La dépêche que je reçus du Roi par le sieur d’Angenoust1, où il me fut fait commandement de prendre cette route, a été un grand coup pour le service de Sa Majesté, car j’eusse été inutile partout ailleurs, et puis vous dire que, sans l’arrivée de l’armée du Roi par-deçà, il ne fut demeuré que peu de places en son obéissance.

Les habitants mêmes de cette ville n’ont pas témoigné la bonne volonté que j’eusse cru, et je juge bien qu’il est nécessaire d’y pourvoir avant que je n’en parte. J’ai été obligé d’y mettre une partie du régiment de Sault. J’avais grand désir de me pouvoir avancer jusqu’à Narbonne, mais, outre les occupations que j’ai eues ici, j’étais obligé d’attendre les régiments de Sault et de Vaubecourt, qui ne me joignirent que le jour d’hier. Chamblay n’y est point encore. D’ailleurs, la créance d’un chacun est que Narbonne est à la dévotion de M. de Montmorency, et Béziers, de sorte que je ne pouvais m’engager si avant que cela sans retraite assurée, que je n’eusse mis en péril toutes les troupes que j’ai. Si j’avais été de-deçà huit jours plus tôt, je pouvais rendre de grands services au Roi. Je vous supplie très humblement de croire, Monseigneur, que je n’y épargnerai ni ma peine ni ma vie, et que j’agirai, autant qu’il se pourra, selon les moyens qui me seront donnés. Vous verrez, s’il vous plaît, plus au long l’état de toutes choses par le mémoire que j’envoie, et les défauts de cette armée. Je vous supplie très humblement qu’il y soit pourvu, et que je reçoive l’honneur de vos commandements à toutes occurrences, auxquels je désire rendre ce que doit, Monseigneur, votre très humble et très obéissant serviteur,

Caumont La Force

Monseigneur, je ne sais si le changement qui est fait de-deçà aura apporté quelque changement. Mon fils de Castelnau m’a écrit que depuis que Monsieur est passé en Bourgogne, qu’il remarqua qu’il se faisait beaucoup de choses qui ne lui plaisaient pas. M. de Biron m’en fait <…> connaître quelque chose. Il ne serait pas inutile à servir le Roi par-delà.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Probablement s’agit-il de Jacques Angenoust, titulaire d’une charge de secrétaire du Roi, voir la notice biographique de la famille Angenoust. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (15 juillet 2022). Texte 332, année 1632, fin août, le maréchal de La Force à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tq16


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.