Texte 358, année 1632, 14 septembre, Abel Servien à Richelieu

Abel Servien à Richelieu, Paris, 14 septembre 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 805, f° 66. Original autographe.

Monseigneur,

J’ai toujours espéré la nouvelle que nous avons enfin reçu, et si vous plaît vous souvenir, qu’à la première chaleur de ces soulèvements, je vous dis que cela ne servirait que d’affermissement à la juste autorité que vous méritez, pour n’être désormais jamais plus contestée.

C’est aussi la meilleure fortune qui pouvait arriver à Monsieur [le duc d’Orléans] que d’avoir tout perdu, car il trouvera avec le Roi et vous sa grandeur, et le vrai mariage qui doit faire, et ceux qui sont auprès de lui tout avantage si se savent prévaloir de votre bonté. Je ne puis croire qui soient si aveugles d’y faillir pour aller, errant avec les Étrangers, sans estime et sans dessein. Pour moi, je me suis réjoui de ces heureux événements comme bon Français et particulièrement attaché à tout ce qui vous touche. Je ne désire rien que d’être digne de quelques de vos commandements, où j’essaierai de vous témoigner que je suis, Monseigneur, votre très humble et très obéissant serviteur,

Servient

De Paris, le 14° septembre.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (19 août 2022). Texte 358, année 1632, 14 septembre, Abel Servien à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tq2s


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.