Texte 371, année 1632, 20 septembre, le comte de Joigny à Richelieu

Le comte de Joigny à Richelieu, Marseille, 20 septembre 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 805, f° 81. Original autographe.

Monseigneur,

Ayant eu avis par M. de Sabran que Monsieur [le duc d’Orléans] avait envoyé un gentilhomme à Gênes, qui faisait charger une barque d’armes et de quelque argent, aussitôt j’ai envoyé une galère à la mer pour essayer de l’arrêter comme elle passera en Languedoc, où elle doit aller. Ladite galère a trouvé une barque de Gênes qui venait d’Agde chargée de blé, et l’a envoyée ici, laquelle j’ai arrêtée comme venant d’un lieu rebelle, attendant qu’il vous plaise m’ordonner ce qu’il vous plaise que j’en fasse, et des autres qui se trouveront venir du même lieu, sur quoi j’attendrai l’honneur de vos commandements, et serai toute ma vie, Monseigneur, votre très humble, très obéissant et très fidèle serviteur,

Joigny

Marseille, ce 20 septembre 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (27 août 2022). Texte 371, année 1632, 20 septembre, le comte de Joigny à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tq3f


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.