Texte 376, année 1632, 21 septembre, Vitry et La Force à Louis XIII

Les maréchaux de Vitry et de La Force à Louis XIII, Pézenas, 21 septembre 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 1702, f° 142-143. Original, de la main d’un secrétaire. Suscription au f° 143 v° : « au Roi ». 

Sire,

Votre armée était à une lieue de Béziers comme nous avons reçu la dépêche que Votre Majesté nous a faite, par laquelle elle nous commande de nous arrêter à Pézenas, et loger les troupes aux environs. Comme, Sire, nous avions avancé avec grande diligence, aussi nous sommes nous arrêtés avec la même obéissance que nous ayons eu quelque regret de ne pas recevoir la place qui nous devait être mise entre les mains une heure après, principalement Monsieur [le duc d’Orléans] ayant quitté la ville dès la nuit, et ses troupes étant délogées des environs, nous sommes donc en ce lieu, y attendant vos commandements, car par les discours que nous a fait le sieur Chaudebonne, Monsieur doit retourner à Béziers.

Et il ne saurait y être que demain, parce que le sieur de Chaudebonne ne se saurait rendre à Lanzac, où Monsieur et ses troupes, qui consistent en deux mille chevaux et quinze cents hommes de pied couchent aujourd’hui, tellement, Sire, que si Votre Majesté ne trouve pas à propos qu’il retourne dans la ville, nous pouvons recevoir ses volontés devant qu’il y puisse entrer. Ce que nous avons peu observer que le bien des affaires de Votre Majesté a été d’y en envoyer le sieur de Noailles, avec ordre de recevoir des sieurs d’Espondeilhan et Sérignan leurs serments de conserver et de garder la place pour le service de Votre Majesté, et la remettre toutefois, et quantes que vous l’ordonnerez, suivant la capitulation que nous en avons faite avec eux. Nous avons chargé ledit sieur de Noailles de dire de notre part audit sieur d’Espondeilhan de demeurer maître de la place ainsi qu’il était auparavant, et même, sur l’instance que ledit sieur de Chaudebonne nous a faite, de donner logement à Monsieur dans l’évêché. Nous n’avons pas cru qu’il fût à propos parce qu’elle tient lieu de citadelle. Il n’y était pas même logé avant ces pourparlers. Il lui serait fort avantageux, si il lui donnait Béziers, qu’il n’a pu avoir ni par offres ni par surprise. Nous avons fait donner les douze mille écus à la dame de Cavoys, et avons des otages pour la reddition de ladite place. Nous serons en ce lieu jusqu’à ce que nous ayons reçu vos ordres et commandements et demeurerons, Sire, vos très humbles, très obéissants et très fidèles sujets et serviteurs,

Vitry, Caumont La Force

Du camp de Pézenas, ce 21e septembre 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (31 août 2022). Texte 376, année 1632, 21 septembre, Vitry et La Force à Louis XIII. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tq3u


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.