Texte 379, année 1632, 23 septembre, Richelieu au maréchal de Schomberg

Richelieu au maréchal Henri de Schomberg, 23 septembre 1632.

Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne, coll. Richelieu, vol. 15, f° 134-135. Minute de la main de Denis Charpentier. Suscription au dos : « au maréchal de Schomberg ». 

Le vicomte de Roussille sera maintenant arrivé près de vous, et avec lui, 11 400 livres qu’on vous a envoyées. Roques y sera aussi arrivé par une autre voie. Maintenant, je vous dirai en un mot que l’affaire du Languedoc est achevée, n’y ayant plus aucune place qui ne soit rendue, Béziers l’étant il y a plus de 4 jours. Reste seulement à voir que deviendra Monsieur [le duc d’Orléans] et ses troupes. Ils sont en une extrémité inimaginable. Vous savez qu’il y a ouverture de négociation avec lui. M. de Bullion y va demain. 

Pour vous faire savoir en peu de mots, selon ma coutume, tout ce qui est de cette affaire, je vous dirais que si Monsieur veut abandonner ceux qui ont pris les armes pour lui en ces dernières occasions, et ne se plaindre pas si le Roi les traite comme ils le méritent, Sa Majesté oubliera ce qui s’est passé pour son particulier, et pour ceux de sa Maison qui sont présentement auprès de lui, n’y voulant pas comprendre Le Coigneux ni quelques autres qui sont absents. En ce cas, Monsieur irait demeurer à <…>, M. d’Elbeuf serait remis en ses biens et <…> vous pouvez penser, dans son gouvernement. Et fors lui, aucun non domestique ne sera <compris> à cette affaire. Il y a apparence que cette négociation suffira. Cependant, parce qu’elle peut manquer, le Roi désire que vous vous mettiez, incontinent la présente reçue, en un poste auquel vous puissiez empêcher que Monsieur ne puisse gagner l’Espagne, si cet’affaire se rompt, et ne se puisse retirer d’un côté ni d’autre sans qu’on taille en pièces ce qui lui reste de gens de guerre, qui n’est pas plus de 1 200 chevaux et 1 200 hommes de pied. Étant à Carcassonne comme vous êtes, en deux jours vous pouvez vous mettre en lieu qui fera l’effet qu’on désire. 

Quant à nous, nous suivrons les gens de Monsieur de si près, si l’affaire se rompt, que pour peu d’obstacle que vous leur fassiez en tête, ils seront contraints de tomber ès mains des vôtres ou des autres. 

Le Roi ne se porta jamais si bien. Il trouve bon que les jésuites et capucins aient la bibliothèque de l’évêque d’Albi [Alphonse d’Elbène], et que les sieurs de La Jaille, Andonville et Baltazar aient le reste de ses meubles comme vous le désirez. L’évêque a gagné l’Espagne avec d’Elbène [Guy d’Elbène ?]. 

Le chemin est tout ouvert par Béziers. Vous y pouvez envoyer vos courriers et nous faire savoir souvent de vos nouvelles. Si l’affaire de Monsieur se fait, vous vous verrez à Béziers. Si elle ne se fait point et qu’il faille le poursuivre, nous nous joindrons quatre jours après, en nous envoyant sans délai, comme nous ferons. Je vous ai écrit trois ou quatre fois en chiffre de choses qui vous concernent, à quoi je n’ai point reçu de réponse. Si l’affaire de Monsieur se rompt, M. de Bullion, qui part aujourd’hui, vous mandera qu’il n’aura rien fait. Si aussi elle se conclut, il vous en avertira. Monsieur est à Lanzac avec ses troupes. Sa personne revient, par la permission du Roi, à Béziers, où M. de Bullion le verra. Y étant avec le gré du Roi, il y aura toute sûreté. Mais si l’affaire se rompt, en étant sorti, on fera comme auparavant.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (5 septembre 2022). Texte 379, année 1632, 23 septembre, Richelieu au maréchal de Schomberg. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tq45


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.