Texte 426, année 1632, 12 novembre, le duc d’Orléans à Louis XIII

Gaston d’Orléans à Louis XIII, Montereau-Fault-Yonne, 12 novembre 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 803, f° 253-255. Copie de la main de Denis Charpentier. Autre copie de la même lettre, d’une autre écriture, au f° 256-257 du même volume.Le document a été publié par François Gayot de Pitaval, Causes célèbres et intéressantes avec les jugements qui les ont décidées, Amsterdam et Liège, chez J. F. Bassompierre Libraire et Van den Berghen libraire à Bruxelles, 1775, p. 265-271, avec la date du 21 novembre 1632.

Monseigneur,

Il est vrai que le devoir auquel m’assujettissait ma naissance et que mon inclination à honorer votre personne m’obligeront toujours à rendre à Votre Majesté toutes sortes de respects. Mais comme ces derniers jours elle a désiré de moi des soumissions extraordinaires et sans exemple, je lui avoue que pour m’y porter, il ne fallait pas une considération moins puissante que celle qui m’y a fait résoudre. 

Je crois aussi, Monseigneur, que M. de Bullion n’aura pas manqué de dire à Votre Majesté les protestations que je lui ai faites, quand il me dit, sur l’instance que je lui faisais pour sauver la vie et rendre la liberté à mon cousin le duc de Montmorency, que le seul moyen que j’avais pour l’obtenir de Votre Majesté était de me soumettre absolument à toutes vos volontés ; que vous en demander des assurances, c’était vous irriter et blesser la confiance que je devais prendre en votre bonté ; qu’étant une grâce dont vous deviez avoir l’obligation et la gloire toute entière, je faisais même tort à mondit cousin, si je ne la laissais à la disposition de Votre Majesté ; et que l’obéissance aveugle que je lui rendrais en ceste occasion me devait mettre hors de crainte et me donner des espérances aussi certaines pour cet effet que je les pouvais souhaiter. 

Tellement, Monseigneur, que ne pouvant pas douter que mondit sieur de Bullion n’eût charge de Votre Majesté de m’en parler de cette sorte, et de me donner à connaître qu’assurément je devais attendre de sa clémence la conservation d’une personne qui lui était considérable par le mérite de ses aïeuls, ses éminentes qualités et les signalés services qu’il a rendus à Votre Majesté en tant d’occasions où il a répandu son sang et en deux batailles qu’il a gagnées très importantes au salut de votre État et à l’honneur de la France, je me résolus dès lors d’obéir aveuglement à Votre Majesté en tout ce qu’elle me commanderait et plutôt à sacrifier tous mes intérêts, et ceux de mes serviteurs, et étouffer tant de justes ressentiments, à dissimuler mes plus chères affections, et plutôt même à renoncer pour un temps aux devoirs où la nature m’oblige, que de manquer la moindre des choses que Votre Majesté m’ordonnait, croyant qu’elles m’étaient prescrites pour mériter une grâce que j’aurais même acheter au prix de mon sang et d’une partie de ma vie. 

Aussi est-ce ce qui m’obligea à demeurer d’accord de cette promesse de paraître insensible à toute sorte d’événements, insérée dans les articles m’ayant été représenté qu’elle était nécessaire pour disposer entièrement Votre Majesté à ce dont je la suppliais, et que si j’en faisais difficulté, ce serait lui donner ombrage que je ne voulusse faire croire que j’aurais obtenu d’elle par un traité secret ce qui devait partir purement de sa miséricorde. C’est enfin ce qui m’a contraint de me réduire au plus grand anéantissement où soit jamais tombé aucun prince de ma naissance. 

Mais, pour ne rien omettre en une chose qui m’est si sensible et si importante, je rapporterai à Votre Majesté les mêmes paroles que je dis précisément sur ce sujet à mondit sieur de Bullion, à savoir que je me soumettais à toutes vos volontés, et que je suivrai toutes les conditions qu’il me prescrirait de votre part sans y rien changer, tant par le respect que je vous dois, et l’obéissance que je vous veux toujours rendre, que pour l’espérance qu’il me donnait, et que je concevais moi-même que cette soumission extraordinaire serait utile à sauver la vie, et à rendre la liberté à mondit cousin, lui protestant formellement que si j’étais trompé en cette attente, je lui déclarais pour le dire à Votre Majesté que je ne m’obligeais à rien de tout ce que je signais, puisque c’était pour cette occasion que je passais par-dessus tant de considérations qui m’en devaient retenir. Je lui ai renouvelé cette protestation plusieurs fois, et lui ai fait confirmer très souvent par ceux qui ont ma principale confiance. Je l’ai reconnu trop affectionné à votre service pour croire qu’il ait oublié d’en rendre compte à Votre Majesté. 

De sorte, Monseigneur, que si la résolution que je prends maintenant vous fâche, permettez-moi de vous dire que c’est à ceux qui vous ont conseillé une si grande violence à qui Votre Majesté s’en doit prendre justement, car, pour moi, j’étais, sans ce funeste rencontre, absolument résolu à ne manquer à aucune des choses à quoi je m’étais engagé, quoiqu’elles me fussent très dures et très désavantageuses. Mais il n’avait point de conditions si rigoureuses que je n’eusse acceptées pour le salut d’une personne si chère à la France et qui m’avait si sensiblement obligé, que ne devais-je point donner à l’extrême douleur de ma cousine la duchesse de Montmorency, et aux prières continuelles qu’elle me faisait de me soumettre à toutes choses, et à quoi ne me fallait-il pas résoudre pour me garantir d’un opprobre dont l’on m’eût infailliblement chargé si j’en eusse usé autrement. 

Ne m’aurait-on pas imputé la cause d’une action si déplorable, après même la menace que me fit le sieur d’Aiguebonne, de la part de Votre Majesté, que si je faisais la moindre démarche vers le Roussillon, il en coûterait la vie à mondit cousin ? Je devais avec grande raison inférer de ce discours. J’en pouvais espérer un effet tout contraire si j’obéissais à Votre Majesté. Mais, après vous rendu les plus basses soumissions que Votre Majesté eût pu désirer du moindre de ses sujets, comment aurais-je pu croire qu’elle n’eût pas été touchée de compassion, en considérant l’état où elle réduirait un prince qui a l’honneur d’être son frère par un effet que personne ne se pouvait imaginer ?

Pardonnez-moi, Monseigneur, si je vous parle avec trop de liberté, la considération de mon honneur et de ma réputation ne devait-elle pas vous fléchir ? C’était un contrepoids suffisant à la faute de mondit cousin. Et Votre Majesté ne peut tirer aucuns avantages de sa justice en cette occasion pour le bien de son État, qu’elle n’en eût reçu de beaucoup plus grandes de sa clémence, par mes respects, et les bénédictions de ses peuples. 

Je sais bien, Monseigneur, que les lois de votre royaume m’obligent à de grands devoirs envers Votre Majesté. Mais je vous supplie très humblement de considérer qu’elles ne détruisent pas celles de la nature qui sont beaucoup plus fortes et plus équitables, et que, comme elles vous obligent à reconnaître les soumissions que je vous rends par toute sorte de témoignages de votre bonne volonté, elles me donnent maintenant la permission de me plaindre de ce qu’elle m’a manqué au sujet le plus important à mon honneur que je puisse avoir en ma vie. 

Le ressentiment que j’en ai est si juste que Votre Majesté ne le peut pas condamner. Aussi lui protestai-je qu’il part d’un cœur percé au vif de douleur et de regret et que la confiance que j’avais prise en vos bonnes grâces me le rend beaucoup plus sensible. J’appelle Dieu à témoin que je n’ai jamais rien souhaité plus ardemment que d’en pouvoir être honoré, l’a toujours même été au milieu de mes plus grands souffrances et le plus agréable de mes pensées et de mes désirs les plus passionnés. Aussi à quel degré de bonheur n’estimais-je pas la gloire de les avoir acquis et bien que c’eût été avec une brèche notable à ma réputation ? Mais, Monseigneur, pourquoi m’a-[t]-on envié sitôt un bien qui m’était si cher ? Et à quelle fin cette violence sur la bonté de votre naturel ? Que Votre Majesté y fasse, s’il lui plait, les réflexions qu’elle jugera nécessaires pour son service. 

Et cependant je la supplie très humblement de n’avoir point désagréable la résolution que je prends de sortir de son royaume, et de chercher chez les Étrangers une retraite assurée pour ma personne, puisqu’après la connaissance que j’ai du peu de bonne volonté que Votre Majesté a pour moi, je dois appréhender justement les suites et les conséquences d’un si grand mépris de toutes mes soumissions. Ce n’est pas, Monseigneur, que, dans l’excès de mes déplaisirs, je ne me flatte de la créance de la tendresse, et l’affection dont Votre Majesté m’a autrefois donné tant de marques n’est pas entièrement éteinte. Je ne puis me persuader que Votre Majesté, qui prend un soin si particulier des intérêts de ses alliés, veut ternir la gloire qu’elle s’acquiert par l’assistance qu’elle leur donne, en ôtant toujours le repos et la sûreté de son frère. C’est ce que je remets à la bonté de Votre Majesté, lui protestant qu’en quelque lieu de la terre que mes disgrâces me donnent pour ma demeure, j’y conserverai toujours plus chèrement que ma vie le zèle et la passion que je dois à votre service et que je serai tout le reste de mes jours inviolablement, Monseigneur, votre très humble et très obéissant serviteur et sujet,

Gaston

À Montereau-Fault-Yonne, ce 12e novembre 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (2 octobre 2022). Texte 426, année 1632, 12 novembre, le duc d’Orléans à Louis XIII. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tq6a


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.