Texte 431, année 1632, 15 novembre, Claude Bouthillier à Louis XIII

Claude Bouthillier à Louis XIII, Bordeaux, 15 novembre 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, coll. Mémoires et Documents France, vol. 803, f° 297-298. Minute autographe. Au f° 298 v° : « lettres à employer dans les Mémoires [de Richelieu], après celles de Monsieur ». Le texte n’est finalement pas retenu pour les Mémoires de Richelieu, mais figure partiellement en note dans Denis-Louis-Martial Avenel, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome IV, p. 405-406. La version qu’en donne Avenel présente un développement ajouté à la fin du texte transcrit sur ce site qui ne figure pas sur le manuscrit consulté.

Sire,

Bien que le mal de Monseigneur le Cardinal l’empêche encore de se donner l’honneur d’écrire à Votre Majesté, je lui dirai toutefois que les divers accidents qu’il a eus, et que Votre Majesté pourra savoir de M. Bouvard, à qui les médecins l’écrivent, leur ayant donné très grande appréhension, il [sic] le jugent maintenant du tout hors de danger. Et comme bien que les douleurs continuent encore, la consolation de M. le cardinal en son mal est qu’il est un effet tout semblable à celui de Votre Majesté à Lyon.

Mais comme sa piété et sa vertu, qui n’en ont point d’égales, et le besoin qu’a non seulement la France mais toute la Chrétienté, de sa conservation, obtinrent de sa divine bonté une guérison aussi prompte que nécessaire, Monseigneur le Cardinal ne se l’ose sitôt promettre, si ce n’est que Dieu, voyant son cœur et son zèle, lui veuille dans peu de jours redonner ses forces, pour, continuant à se servir de lui, comme d’une cause seconde propre à contribuer aux grandes actions de Votre Majesté, le mettre en état de lui continuer ses très fidèles, et je crois qu’elle me permettra de dire très utiles et très agréables services. 

Ayant eu, en l’extrémité de son après Dieu, ses principales pensées en cela, il m’a expressément chargé de mander deux choses à Votre Majesté, l’une qu’il juge à propos qu’elle envoie incontinent la présente reçue un gentilhomme de sa part, avec une lettre à Monseigneur son frère, pour lui faire connaître que l’affaire de M. de Montmorency ne lui doit donner aucune mauvaise impression, et pour l’assurer que Votre Majesté veut garder religieusement ce qu’elle lui a promis, tant pour lui que pour les siens, pourvu qu’ils observent ce que a été traité comme ils doivent. Cependant, Mondit Seigneur le Cardinal estime, après toutes ces considérations, que les troupes de Votre Majesté ne doivent point avancer vers Monsieur [le duc d’Orléans] afin de faire voir que, si il se retire, toute la faute vient des mauvais conseils qu’on lui donne, et qu’on ne l’a point poussé, et aussi afin de donner plus de lieu de négociation, que si toutefois il faisait quelque amas de gens sur la frontière, ou qu’il fût sorti du royaume, il sera à propos, en ce cas, que les troupes s’avancent, ains que l’aura ordonné Votre Majesté.

À Bordeaux, lundi 15 novembre 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (3 octobre 2022). Texte 431, année 1632, 15 novembre, Claude Bouthillier à Louis XIII. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tq6f


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.