Texte 480, année 1635, 17 octobre, Arpajon au comte de Chavigny

Louis d’Arpajon au comte de Chavigny, Saint-Nicolas-de-Port, 17 octobre 1635.

Ministère des Affaires étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 26, f° 567-568. Original autographe. Suscription au f° 568 v° : « à Monsieur, M. de Chavigny, conseiller du Roi en ses conseils, secrétaire de ses commandements, et chancelier de Monsieur ». Pour le classement : « M. d’Arpajon, Saint-Nicolas, 17 octobre 1635 ».

Monsieur,

Je vous rends très humbles grâces du soin qu’il vous a plu prendre de m’écrire. Puisque vous avez agréable que je continue à vous écrire de mes lettres, je le ferai. Vous saurez par les dépêches de Messieurs les généraux que le duc Charles a quitté ses retranchements et va la route pour se joindre au Gallas par le poste que je proposais d’occuper.

Cette retraite me fait croire que le Gallas ne veut rien entreprendre et de plus son séjour vers la Sarre, où l’on dit qu’il se fortifie, me confirme dans cette opinion. Je crois que si, étant joint avec le duc Charles, il ne vient à nous, qu’il s’en re-va [sic] dans l’Alsace, qu’il ôtera au duc Charles Colloredo et Jean de Werth, et lui donnera d’autres troupes. Si cela, est, j’espère que le duc Charles passera mal son temps.

Si nous nous joignons avec les troupes de M. le cardinal de La Valette et de M. le duc de Weimar, le Gallas n’oserait nous attendre, attendant que ceete jonction se fasse, au moins que les armées soit assez proches pour le secourir en cas de besoin. Messieurs les généraux vont pour empêcher que les ennemis ne prennent le poste de Vic [-sur-Seille], qui est fort considérable. Cela nous approche fort des armées de Gallas et du duc Charles. Là, l’on saura assurément de leurs nouvelles. 

Je vous rends très humbles grâces des bons offices qu’il vous plaît de me rendre. Ces grâces, Monsieur, ne vous acquerront jamais si absolument homme comme je le suis, et si je suis très honoré de vos commandements, je vous obéirai si ponctuellement que j’espère que vous me croirez comme je le suis très passionnément, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

Arpajon

Du camp de Saint-Nicolas, ce 17 octobre 1635.

Monsieur, nous sommes incertains si [le chevalier de] Clinchamp, qui armait et avait déjà huit cents chevaux, a suivi le duc Charles. Si cela n’est pas et qu’il soit demeuré aux environs de Langres, il serait besoin d’y pourvoir par des troupes, l’empêcherait de faire beaucoup de mal.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (19 octobre 2022). Texte 480, année 1635, 17 octobre, Arpajon au comte de Chavigny. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tq8w


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.