Texte 523, année 1632, 31 décembre, l’abbé de Mouzon à Richelieu

René-Louis de Fiquelmont, abbé de Mouzon, à Richelieu, Paris, 31 décembre 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 805, f° 194. Original autographe.

Monseigneur,

Je mourrais dans les sépulcres de mes cousins les comtes de Grandpré, lorsque Votre Éminence a daigné se souvenir de mon nom, ce qui m’a fait revivre pour venir me présenter à vos pieds, et vous rendre un million de grâces d’avoir eu quelque pensée de ma fidélité, que je rendrai désormais, avec l’aide du ciel, plus évidente. Aussi ne puis-je me contenter de m’enchaîner seul à votre service, si je ne cherche de toutes parts des créatures pour lier à vos pieds. La pauvre comtesse de Grandpré avait désiré que je vous amenasse son fils aîné [Charles-François de Joyeuse], l’un de celles que vous avez faites ses jours passés, pour le présenter à vos yeux, afin que par la bouche de son innocence nous puissions tous protester que nous ne voulons plus avoir de vie, si ce n’est pour l’employer au service de vos grandeurs.

Mais, comme nous n’avons pas été assez heureux pour vous rencontrer ici, ainsi qu’on nous l’avait fait espérer, j’ai cru le devoir renvoyer à ses études, pour se rendre toujours d’autant plus digne d’être vu de vous. Et moi, qui, cependant, croyais suppléer à son défaut, en attendant une plus favorable occasion, je m’étais disposé à vous aller rendre tous ces devoirs. Mais quelques accès de fièvre m’ayant fait craindre de me mettre en campagne, je vous envoie un mien neveux, et le sieur de Cadenet, qui vous supplieront très humblement d’avoir pour agréable ce petit devoir, parmi ceux que vous recevez maintenant d’un nombre infini de vos serviteurs. C’est ce que je n’ose pas seulement espérer de votre bonté, mais qu’elle n’éconduira pas les très humbles supplications que vous fait ladite comtesse de Grandpré, en faisant que tous ensemble nous vous ayons l’obligation toute du lit de la grâce qu’il a plu au Roi de nous faire par votre moyen. Ledit sieur de Cadenet vous pourra dire quelque chose du passage de Monseigneur frère de Sa Majesté en notre frontière, si vous l’avez agréable, et moi je ne cesserai de prier Dieu pour la conservation de votre santé et l’accroissement de vos prospérités, dans une volonté invariable de vivre et mourir, Monseigneur, votre très humble, très obéissant et très obligé serviteur,

René-Louis de Fiquelmont, abbé de Mouzon

À Paris, ce dernier de l’an 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (4 décembre 2022). Texte 523, année 1632, 31 décembre, l’abbé de Mouzon à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqb2


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.