Texte 525, année 1632, quantième indéterminé, Saligny à Louis XIII

Gaspard II de Coligny, « comte-baron » de Saligny, à Louis XIII, Cusset, 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 805, f° 204-205. Original autographe. Suscription au f° 205 v° : « au Roi ». Le document accompagne la lettre que le signataire adresse à Richelieu à la suite de la reconquête de Cusset, place occupée par les troupes du duc d’Orléans (texte 526).

Sire,

Votre Majesté aurait, s’il lui plaît, pour agréable que le comte-baron de Saligny, le plus humble de vos sujets, et plus affectionné de vos créatures, ose vous faire le mot, pour vous demander votre resouvenir [sur] sur le commandement, dont il vous plut l’honorer à Pont-à-Mousson, lorsque il partit pour s’en venir en le lieu de Cusset, où je suis entré, l’épée à la main, ainsi que Votre Majesté, Sire, en verrait les particularités par la lettre que je en écris à M. le maréchal de Schomberg, ne l’osant écrire à Votre Majesté, crainte de de lui être ennuyeux.

Je sais pourtant que Votre Majesté prendrait plaisir à le savoir. Je vous connaît trop bon maître, Sire, pour ne me pas mettre à couvert de l’effet des menaces que je reçois, par les lettres que [j’] envoie à Votre Majesté, qui m’ont été écrites sur l’exécution de l’ordre de Vostredite Majesté. Cela serait capable d’étrangler un autre qui aurait moins d’affection à votre service et moins de hardiesse. Je en ai assez, et suis assez homme de bien, et assez attaché au service de Votre Majesté, et intérêts de vos pauvres sujets, Sire, que l’on tyrannise, desquels l’on brûle les maisons, gâte les denrées, viole les femmes, bref sur qui toutes sortes de cruautés sont exercées pour ne me branler de rien. Je me dis juste punisseur de tels crimes, aussi les affligés de tous ces fléaux, car des mousquetades il ne s’en fait pas une, toutes servent contre eux. Un homme en bat, désarme, tue, je dis seul, jusqu’à cinquante et parmi toutes sortes de biens, ils languissent de faim. Je n’en ose pas tuer la moitié de ce que je ferais, ne sachant pas à [sic] Votre Majesté le veut bien mais quand elle aurait abattu la bride aux justes ressentiments de ces peuples, ils seront en mauvais état. Je suis obligé de vous dire que vos sujets de votre ville de Cusset méritent une particulière reconnaissance de Votre Majesté, pour vous avoir mieux et plus dignement servis que aucun de vos sujets ne feront jamais, car après avoir soutenu cinq jours d’attaque, souffert les menaces que verrait Votre Majesté, vu brûler leurs maisons et leurs denrées, je les ai trouvés encore plus prêts que moi à faire et sorties et autres actions de guerre. Je ne oserais me étendre plus longtemps en mes écrits, craignant vous être ennuyeux, et je aimerais mieux mourir, tant dans les grandes que petites choses, que avoir en autre pensées que celles de agréer à Votre Majesté afin de me acquérir le glorieux titre d’être à Votre Majesté et bien d’elle pour, Sire, de Votre Majesté, le très humble, très obéissant, très fidèle et très affectionné serviteur et sujet,

de Coligny-Saligny

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (4 décembre 2022). Texte 525, année 1632, quantième indéterminé, Saligny à Louis XIII. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqb5


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.