Texte 526, année 1632, quantième indéterminé, Saligny à Richelieu

Gaspard II de Coligny, « comte-baron » de Saligny, à Richelieu, Cusset, 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, Mémoires et documents France, vol. 805, f° 206-207. Original autographe. Suscription au f° 207 v° : « à Monseigneur le cardinal ». Le document accompagne la lettre que le signataire adresse au Roi à la suite de la reconquête de Cusset, place occupée par les troupes du duc d’Orléans (texte 525).

Monseigneur,

Je prétends avec une lettre passer un contrat avec vous, la teneur duquel serait la donation que je vous fais de moi, de la sacrification [sic] de ma vie, de mes fidélités, vous n’en douterez pas, s’il vous plaît, vous ayant donné le reste, car devant perdre les deux premières pour me conserver la dernière, je la préférerais de bon cœur aux deux autres, comme de beaucoup plus amis de l’honneur que de toutes les vôtres du monde. Pour vous rendre compte de mon commandement, Monseigneur, j’ai fait partir ce porteur par lequel vous apprendrez la reprise de Cusset sur Monsieur [le duc d’Orléans], et comme quoi je vous envoie le narré véritable.

Et pour ne vous être pas importun par une longue lettre, je finirai après vous avoir demandé protection, car autrement je m’en vais au Brésil. De bien servir et aller bien droit, Monseigneur, cela vous est sûr. Les armes du Roi sont extrêmement nécessaires en ce pays. Les peuples crient, les gentilshommes le plaignent, et les Bourguignons sont près de entrer, et il en file beaucoup. À cela, Monseigneur, je en fais pas l’homme puissant, mais je prétends, si ils demeurent encore trois jours en ces quartiers, que je leur ferai souffrir un grand choc car j’ai trois mille hommes de pied qui ont rendez-vous à demie lieue d’ici, et douze cents chevaux, qui, un par un, s’en viennent ailant [sic]. Je ne attends que quelques carabins qui filent, et, après cela, je n’ai autre chose à vous dire. Je brûlerai le pont de Vichy, si il le présente quelque autre service à rendre. Je n’y présenterai d’aussi bon cœur que avec affection, je suis de Votre Éminente Grandeur, votre très humble, très obéissant et très fidèle serviteur, Monseigneur,

de Coligny-Saligny

Je vous envoie, Monseigneur, la lettre du Roi. Je n’ai pas toutes mes commodités en ce lieu. Je n’ai su trouver le sieur d’Espagny pour la <…>, non plus que celle de M. de Schomberg.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (4 décembre 2022). Texte 526, année 1632, quantième indéterminé, Saligny à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqb6


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.