Texte 535, année 1632, 9 février, Testu à Richelieu

Louis Testu à Richelieu, Paris, 9 février 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France vol. 802, f° 38. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 90-91.                 

Monseigneur,

J’ai reçu la lettre du 2e de ce mois qu’il vous a plu me faire l’honneur de m’écrire. Je ne manquerai de satisfaire au commandement que vous me faites, et le sieur des Roches m’a fait voir un mémoire en date du même jour, par lequel vous me commandez de me dire que le Roi trouve étrange que je souffre ici tant de gens qui viennent d’auprès de Monsieur [le duc d’Orléans]

Si ceux qui en ont parlé à Sa Majesté, et qui me prête cette charité-là durant qu’ils étaient en ceste ville, s’ils en savaient, quelques-uns m’en eussent donné l’avis, je n’eut pas manqué à faire ce que je dois, car je vous assure que je n’y ai su que Maigrin, lequel j’ai fait tout ce qui m’a été possible pour attraper, et donné de l’argent à des gens qui m’avaient promis de le découvrir, qui je crois m’ont trompé, et je vous puis assurer qu’il n’y en a point pour cet heure que des domestiques qui y demeure sous le bénéfice de la déclaration qu’ils ont fait au greffe. Mais je vous en ai déjà écrit, Monseigneur, et à M. le garde des sceaux [le marquis de Châteauneuf], que je crois qu’il serait à propos, et principalement à cet heure que Monsieur est à Bruxelles, de leur faire publier qu’ils aient tous à vider la ville, de quelle qualité qu’il puisse être, et par ce moyen, la chose serait bien plus facile [à] exécuter, vous suppliant de croire que je fais et ferai humainement tout ce qui se saurait faire avec la même affection, fidélité est vigilance, comme j’ai toujours fait pour le service du Roi et le vôtre, Monseigneur, dont vous me ferez l’honneur d’en assurer Sa Majesté, s’il vous plaît. Mais quand ils viennent à quelqu’autre particulier que nous ne les découvre [sic], cela est fort difficile. 

Le sieur des Roches vous pourra témoigner comme je le vois souvent pour cet affaire-là, et ce que j’y fais. Je prie Dieu qui vous conserve de vos ennemis, vous assurant que je suis, Monseigneur, votre très humble et très obéissant serviteur, 

Testu

De Paris, le VIIIIe février 1632

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (12 décembre 2022). Texte 535, année 1632, 9 février, Testu à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqbp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.