Texte 543, année 1632, 21 février, Hémery à Richelieu

Michel Particelli d’Hémery à Richelieu, Montpellier, 21 février 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France vol. 1628, f° 107-108. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 96-98.

Monseigneur,

J’ai reçu les lettres que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire, par lesquelles j’ai appris que vous aviez eu agréable le service que j’avais rendu pour la sortie des canons de Nîmes. Il y a eu toujours beaucoup plus de mystère que de difficulté, comme il n’y en aura point en tout ce que vous voudrez faire aux villes de ceux de la Religion, quoi que l’on vous en décrive. Je connais maintenant assez la province pour vous en assurer.

M. de Machault a trouvé de la difficulté à la sortie de quelques armes qui sont dans la maison de ville de Nîmes. Elles sont de peu de considération, cette dernière crainte que l’on leur a donné sans effort leur en a fait tirer le meilleur, et le temps les rendra aussi inutiles que si on les tirait. La résistance qu’ils y ont faite a été par la crainte qu’ils ont que de là on ne passe à retirer d’eux les armes qu’ils ont dans leurs maisons particulières, où ils en ont grand nombre, comme dans les villes de rébellion. S’il vous plaît, Monseigneur, néanmoins, que l’on retire ses armes en m’envoyant une lettre, je m’engage à le faire, et cependant, nous travaillerons dès demain au partage du consulat, ainsi que vous l’avez ordonné, et que nous l’avons appris par le retour de sieur de Roquerolles. Sur ce sujet, Monseigneur, je vous dirai que il y aura des plaintes, mais toute le résistance ne sera que aux paroles seulement. 

Vous aurez appris comme Toulon est entièrement rasé. Le commissaire m’en rendant raison m’a dit que toutes les fortifications de Privas sont entières, hors le côté du château qui est rasé. La peste en chassa le gentilhomme auquel vous aviez commis le soin de ce rasement. Vous commanderez, Monseigneur, ce qu’il vous plaira que l’on en fasse. Toulon étant rasé, M. de Montmorency a laissé le vicomte de Lestrange retourner en Vivarais.

M. de Montmorency m’a dit que M. de Soudeilles lui a écrit de votre part, Monseigneur, que l’on tramait dans la province quelque chose contre le service du Roi. Quoi que l’on vous écrive, Monseigneur, pour le présent, je ne vois pas que il y ait rien à craindre. Il est vrai que tous ceux qui peuvent être soupçonnés de porter les intérêts de Monsieur [le duc d’Orléans] sont dans l’extrémité du Dauphiné, dans le Vivarais, dans les Cévennes et dans le Comtat, mais personnes faibles et pauvres. Néanmoins, Monseigneur, puisque vous en avez des avis, je persuade M. de Montmorency d’aller à Nîmes ou à Beaucaire tenir le reste des États afin que plus voisin de ces lieux, il soit mieux averti et plus prêt d’y donner ordre. Je ne sais rien de considérable sur ce fait, si ce n’est que l’on m’a dit en cette province que un gentilhomme de cette province, et de peu de considération, faisant les allées et venues auprès de Monsieur auquel il demandait ses volontés et les moyens de les exécuter, on lui dit que il fit savoir à tous les serviteurs de Monsieur de se tenir dans la province et ne l’aller point trouver, et que ils apprendraient ses résolutions et <…> les moyens de les exécuter, mais celui-là interprétait plutôt cela à une impuissance que à un dessein.

L’autre, Monseigneur, est que M. de Montmorency nous a dit, à M. Miron et à moi, que M. l’évêque de Montpellier [Pierre Fenouillet] a fait tous ses efforts sur son esprit pour le débaucher du service du Roi et le ranger dans celui de Monsieur, et nous a ajouté qu’il croit que M. Dettey, maître d’hôtel du Roi, sous prétexte d’une visite qu’il voulait rendre à M. de Montpellier, était venu en cette province pour en pressentir quelque chose, duquel on disait que le fils était allé auprès de Monsieur pour quelque négociation importante. Ce peut être une vérité ou un artifice pour mériter vos bonnes grâces. J’ai vu M. de Montpellier qui a fait tous ses efforts pour rompre notre affaire des États. Il était le conseil du vicomte de Lestrange, mais par ses paroles je n’ai lieu ni de rien dire contre lui ni de rien douter.

Pour M. Dettey, je l’ai vu plus souvent et autant qu’il a été en ce pays, mais tous ses discours étaient remplis des admirations de votre nom et de votre grandeur, et de grandes soumissions pour vous obéir. Il est vrai que il avait quelque douleur dans l’esprit à cause de son fils.

Il y avait quelques jours que M. de Montmorency m’en avait fait concevoir quelque chose, mais non pas assez pour vous en pouvoir écrire, en sorte que l’on l’eût su et qu’il ne l’eût pas dit. Mais à présent, il nous l’a dit clairement et les particularités à M. Miron et à moi. J’attends le retour du courrier que je vous ai envoyé et vos volontés, Monseigneur. Tout ce que vous ordonnerez réussira ou par l’autorité du Roi ou par le consentement des peuples. J’ai fait donner l’argent pour retirer les canons de <…> que l’on fait à présent sortir.

On m’a envoyé, Monseigneur, les commissions des tailles pour envoyer aux élus pour cette année. M. de Montmorency s’en tourmente extrêmement. Comme cela apportera quelque difficulté, je ne puis pas me dispenser d’obéir au commandement que j’ai reçu. Avant que le département soit fait, il passera plus de quinze jours dans lesquels on aura appris vos volontés sur l’affaire générale. Si elle ne réussit pas, c’est autant d’avance.

M. de Bullion m’écrit que, avant mon retour, je m’en aille en Italie. Je ne suis pas prêt de sortir d’ici. Après cela, Monseigneur, par tout où il vous plaira de m’envoyer, je m’en irai et obéirai comme votre créature et, Monseigneur, votre très humble, très obéissant et très obligé serviteur, 

d’Hémery

À Montpellier, le 21 février 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (23 décembre 2022). Texte 543, année 1632, 21 février, Hémery à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqc5


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.