Texte 548, année 1632, 24 février, le marquis de Saint-Chamond à Richelieu

Le marquis de Saint-Chamond à Richelieu, Corbie, 24 février 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 1675, f° 185-186. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 101-102.

Monseigneur,

Vous savez par M. de La Vrillière ce que j’ai fait en cette province depuis que j’y suis arrivé, lui en écrivant les particularités pour ne vous donner la peine de les lire dans une longue lettre. Je vous dirai seulement que mon voyage sera très utile au service du Roi, car des garnisons s’y fortifient et l’ordre de la garde est meilleur dans toutes les places depuis qu’on sait que j’y dois aller.

M. de Rambure le père m’a témoigné par ses lettres qu’il désire ma venue à Doullens. Je lui rendrai tout respect et aux autres de sa condition, et lui ferai connaître le commandement particulier que vous m’en avez fait. 

Le bon M. d’Angoulême vit fort bien parmi les bourgeois d’Abbeville et y a fait plusieurs réparations, qu’il dit n’avoir rien coûté au Roi. Il lui en reste encore à faire qui seront très utiles et qu’il veut faire à même prix, pourvu que vous lui fassiez obtenir la permission de jouer des hautbois. Il ne demande que la coupe d’un buisson de cinq cents arpents qui est du domaine de Ponthieu, dont il jouit, et qu’il dit qu’un autre que lui aurait fait couper sans le demander. Mais il a la conscience si délicate en ce qui regarde l’intérêt qu’il ne voudrait pour rien du monde avoir rendu sa probité suspecte.

J’ai deux hommes auprès de Monseigneur frère du Roi qui le suivent partout où il ira et m’avertiront de ce qui se passera auprès de lui, et fais état de partir dans huit jours pour aller à Péronne et autres places qui sont de ce côté-là, et puis je reviendrai ici, parce que c’est le chemin, et pour voir si on aura bien travaillé, aux prix faits, que j’y donnerai avant qu’en partir, puis j’irai à Doullens et jusqu’à Calais, et encore par-delà si vous me l’ordonnez, Monseigneur. Et partout où ira de votre service, je vous témoignerai que vous n’avez créature au monde qui soit avec plus de franchise que moi, Monseigneur, votre très humble et très obéissant serviteur, 

Saint-Chamond

À Corbie, le 24ème février 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (29 décembre 2022). Texte 548, année 1632, 24 février, le marquis de Saint-Chamond à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqcd


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.