Texte 551, année 1632, 28 février, Châteauneuf à Richelieu

Charles de L’Aubespine, marquis de Châteauneuf, à Richelieu, Paris, 28 février 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 802, f° 50. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 105-106.

Les juges se rendront tous lundi à Pontoise. Le prisonnier [le maréchal Louis de Marillac] sera mardi à Dommartin, ainsi qu’écrit des Réaux. Le chevalier du guet [Louis Testu] a ordre et argent pour faire meubler le château. Il sera bon que les gardes y soient dès lundi logés, afin que tout se trouve préparé. Il s’est trouvé un don fait sous le nom d’un homme de néant et registré à la Chambre, de quatre-vingt mille livres sur le pain de munition dont le maréchal de Marillac a profité. Cette pièce fait grandement contre son frère [l’ancien garde des sceaux Michel de Marillac]. Il est signé Beauder. Il faudrait que le Roi la désavoue. 

Il y a preuves de la bâtardise de Bardeau. Il n’y a que le testament qui peut apporter obstacle, mais c’est une affaire à tirer de longue. 

Monsieur [le duc d’Orléans] est à Bruxelles, fort caressé de l’Infante [Isabelle Claire Eugénie], qui lui permet d’entretenir une de ces filles dont il fait l’amoureux1. Il a tous les jours quelques nouvelles brouilleries avec la Reine. Il veut qu’elle chasse Le Sec et le comte de Moret. Il veut qu’elle mène la comtesse de Moret de l’Infante en son carrosse. Il continue une entreprise, et il y a en lettres ici, surprises de particulier, qui mandent à leurs amis : « nous allons à une grande entreprise, je ne sais si nous en reviendrons. »

Fait à Paris, samedi matin.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Il s’agit de Bianca Colonna. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (30 décembre 2022). Texte 551, année 1632, 28 février, Châteauneuf à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqch


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.