Texte 556, année 1632, 2 mars, le baron de Magnas à Richelieu

Joseph de Saint-Géry, baron de Magnas, à Richelieu, 2 mars 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 804, f° 58. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 109-110.

Monseigneur,

Il y a quelques jours que M. de Cahors désira de me voir pour me dire qu’il voulait m’ouvrir son cœur sur la presse qui lui était faite par ceux qui sont auprès de Monseigneur, frère du Roi, de venir prendre la charge de chancelier dont le président Coigneux était ci-devant pourvu, mais que sur cette proposition, il s’était résolu de ne rien accepter et de ne s’engager, que Sa Majesté et vous ne trouvassiez bon qu’il remplît cette place, en laquelle il ne voulut entrer que comme sa créature et la vôtre.

Il ajouta qu’il estimait très facile à qui serait en cette condition de changer les mouvements que donnent à Monsieur ceux qui sont près de sa personne, que me considérant comme votre serviteur et son ami, il me priait de vous aller porter ces offres et prières très humbles, lesquelles il ne pouvait fier qu’à homme qu’il ne connut vous être dévoué.

Cela fut suivi d’un discours infini sur le sujet de la mauvaise conduite de ceux qui conseillaient Monseigneur, et de la violence qu’on fait à son esprit, protestant que si vous agréez qu’il soit auprès de lui, qu’il suivra d’une obéissance aveugle tout ce que le Roi et vous lui voudrez commander. Il me dit encore qu’il aurait dans deux ou trois jours de nouvelles très précises sur cette matière.

Je lui répondis que j’estimais qu’il devait les attendre, qu’aussi j’étais obligé à quelques affaires qu’il ne m’était pas facile de quitter, que je le reverrai dans quelques temps, auquel nous examinerions plus particulièrement ce qu’il avait à faire, en quels termes, et par quelle voie il devait s’expliquer à vous. Je crus être à propos de gagner le loisir de vous donner avis, pour savoir si vous auriez agréable que je l’écoute de nouveau et que je vous porte ces offres, vous assurant, Monseigneur, que je ne me suis point juger en cette affaire, et que la profession ouverte que je fais partout de la qualité de votre zélé serviteur quoiqu’indigne, l’apporte à me communiquer son dessein, sur lequel j’attendrai l’honneur de vos commandements, après vous avoir supplié de croire que je suis, avec toute sorte de respect, Monseigneur, votre très humble, très obéissent et très fidèle serviteur, 

Saingéry [sic]

Le 2 mars 1632

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (6 janvier 2023). Texte 556, année 1632, 2 mars, le baron de Magnas à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqct


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.