Texte 563, année 1632, 8 mars, le baron de Chamblay à Richelieu

Ferry de Haraucourt, baron de Chamblay, à Richelieu, Nancy, 8 mars 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 9, f° 205-206. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 115-116.

Monseigneur,

Plutôt que de manquer au commandement que vous m’avez fait, je hasarde mes importunités par toutes les voies assurées. Celle-ci vous sera rendue par un capitaine de mon régiment, qui a bien plus de valeur et de fidélité que de bonne mine et d’éloquence.

Il arriva hier en cette ville deux gentilshommes de Monsieur [le duc d’Orléans], qui assurent que dans le 15esme de ce mois, il sera à Luxembourg, où l’assemblée de son armée se doit faire. Elle doit être composée (à ce qu’ils assurent) de douze ou treize mille hommes de pied et de trois mille chevaux, mille desquels sont Français, mille que l’Infante [des Pays-Bas espagnols, Isabelle Claire Eugénie de Habsbourg] lui donne, et l’Empereur [Ferdinand II] autant. Les mieux sensés doutent de tout cela, et je me laisse aller à leur opinion, quoiqu’il me semble qu’il ne faille rien négliger. D’ailleurs, je ne suis pas sans soupçon que ces deux hommes ne pratiquent quelque chose par deçà, et crains que les anciennes promesses de M. [le duc] de Lorraine ne l’aient obligé à quelque <…>. Ce qui me donne cette opinion, c’est qu’il fait lever beaucoup plus de cavalerie qu’il n’en a promis au Roi, et puis les continuelles plaintes qu’il fait des logements que l’armée de Sa Majesté fait dans ses États, où véritablement il se commet de très grands désordres, par l’avarice des officiers mêmes qui souffrent que l’on rançonne en leur présence sans aucune autre adresse. Et comme Son Altesse a accoutumé de s’en plaindre particulièrement à moi, je ne sais presque plus ce que je lui dois répondre, si ce n’est que ses déportements et les soupçons qu’il donne peuvent être causes de ce mauvais traitement. Je le conjure toujours de se tenir ferme dans les termes qu’il a promis au Roi, s’il ne veut perdre le reste. Cependant, je vois qu’à l’exemple de M. de Lémont [sic, Laimont] (à qui il a donné deux villages), deux ou trois capitaines de mon régiment sont sur le point de prendre parti avec lui sur de belles espérances, croyant que par son moyen, je supplierai très humblement le Roi de leur permettre de traiter de leurs compagnies. Et comme il est vrai que je n’oserais dire à Son Altesse que je ne le ferai pas, je vous donne ce préavertissement, Monseigneur, afin qu’il vous plaise de faire en sorte que Sa Majesté ne permette à aucun de traiter sa charge et qu’au moins, ils fassent cette perte en quittant son service.

Je ne vous dis rien des tentations que les esprits malins m’ont faites, seulement je vous assure que ni les violences ni les douceurs, ni les promesses ni les menaces, n’ébranleront jamais la volonté que j’ai, et que j’aurai toute ma vie, d’être digne de la qualité, Monseigneur, de votre très humble, très obligé et très fidèle serviteur, 

Chamblay

À Nancy, ce 8 mars 1632

Je vous supplie très humblement, Monseigneur, si quelque capitaine quitte le service du Roi d’obtenir une compagnie pour un fils unique que Dieu m’a donné, afin que de bonne heure je le nourrisse dans le même dessein que j’ai. Il a treize ans passés.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (10 janvier 2023). Texte 563, année 1632, 8 mars, le baron de Chamblay à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqd3


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.