Texte 568, année 1631, 2 septembre, Claude Bouthillier à Urbain de Maillé-Brézé

Claude Bouthillier à Urbain de Maillé, marquis de Brézé, Montceaux-lès-Meaux, 2 septembre 1631.

Collection particulière. Aimable communication de M. Bertrand Thierry des Épesses. Original autographe.

Monsieur,

Je ne vous puis dire le déplaisir que j’ai de n’avoir pas le temps de vous entretenir de toutes nos nouvelles comme je désirerais. Je vous dirai seulement, après avoir accusé la réception de votre réponse à ma première et d’une autre lettre dont vous m’avez depuis obligé, que le Roi vient tout présentement de prendre résolution de s’avancer en Picardie sur quelques avis que Sa Majesté a eus de divers endroits qu’il y a des entreprises sur deux ou trois places de cette province. L’on va à Compiègne et de là par Amiens aux lieux où il sera besoin de donner ordre.

Vous êtes trois et quatre fois heureux de jouir des délices de la campagne en cette saison, pendant que nous sommes agités de toutes façons, ce qui est capable d’affliger étant que l’on n’y voit peu ou point d’espérance de calme. Il n’y a que Dieu seul qui nous le puisse donner.

Le Roi, grâce à Dieu, se porte très bien, et la Reine aussi. Monseigneur le Cardinal a eu quelque petite indisposition, mais à cett’heure il se porte assez bien.

La Reine mère de Sa Majesté est toujours à Bruxelles et Monsieur [le duc d’Orléans] tantôt à Remiremont, où il voit la princesse Marguerite, tantôt à Blâmont et autres lieux de Lorraine. L’on ne croit pas qu’il fasse grand mal1.

Le Roi, néanmoins, prenant les choses au pis, se dispose à tout avec sa prévoyance et diligence accoutumées.

Le sieur Siette a été tiré, par Monsieur le Cardinal, de Champagne, où il était près de Monsieur le maréchal de La Force, pour l’envoyer à Saumur. C’est un fort bon homme et habile en la profession qu’il fait. Je lui trouve infiniment désireux [sic] de vous servir. Je vous le recommande autant qu’il m’est possible comme très brave homme qui le mérite et qui m’a obligé de l’affectionner. 

Je suis et serai toute ma vie de l’entier de mon cœur, Monsieur, votre très humble, très affectionné et obéissant serviteur,

Bouthillier

À Monceaux, ce 2 septembre 1631.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Le 3 janvier 1632, le frère du Roi épouse secrètement, à Nancy, en l’église de l’abbaye Notre-Dame de la Consolation, la princesse Marguerite de Lorraine, sœur cadette du duc Charles IV, et ravive ainsi la question de la succession au trône de France, et l’ingérence lorraine, en l’absence, à cette date, d’héritier né du mariage de Louis XIII et Anne d’Autriche. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (14 janvier 2023). Texte 568, année 1631, 2 septembre, Claude Bouthillier à Urbain de Maillé-Brézé. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqdc


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.