Texte 581, année 1632, 31 août, Hémery à Richelieu

Michel Particelli d’Hémery à Richelieu, Tarascon, 31 août 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 802, f° 426 et f° 429. Suscription au f° 429 : « à Monseigneur, Monseigneur le cardinal ». 

Monseigneur,

Nous n’avons encore point eu de nouvelles de ce qui s’est passé à Bages, où M. de Montmorency était allé pour enlever les compagnies du régiment de La Tour. Je penserais, Monseigneur, qu’il serait à propos que vous nous renvoyassiez M. l’archevêque de Narbonne [Claude de Rebé] pour se jeter dans la ville. Ce n’est pas que j’en appréhende rien, mais je sais la créance qu’il y a et l’affection tout ensemble. Il peut y aller sûrement par Marseille, l’armée du Roi, ne pouvant pas avoir si tôt, fut ce jour <…>. Cependant il confirmera les esprits de ces peuples.

M. d’Elbeuf est à cinq heures d’ici, avec deux mille hommes de pied et cinq cents chevaux, qui conduit au château de Beaucaire trois cents charges de farine et trois affûts de canon, ceux qui sont dans le château étant démunis. Il y a quatre jours que l’avis m’étant venu de ce <secours>, et de la nécessité de vivres en laquelle ceux du château sont réduits telles que, si dans ceste semaine il n’entre de la farine, ils se rendront, je fus trouver M. le maréchal de La Force pour le résoudre à l’empêcher. Mais ni M. de Guron ni moi ne le pûmes pas faire. De là, je me suis rendu ici, auprès de M. le maréchal de Vitry, pour voir en quel état sont ses levées et les troupes qu’il a en ce lieu, au nombre de deux mille cinq cents hommes de pied. Nous l’avons trouvé en état d’empêcher ce secours si on lui envoie huit ou dix cornettes de cavalerie et un régiment. Nous envoyâmes hier trois courriers à M. le maréchal de La Force pour avoir ce nombre de gens de guerre. Nous attendons aujourd’hui sa volonté. 

Les ennemis ont peur, y ayant deux jours qui sont au même lieu. J’envoyai hier un homme qui fait toutes les affaires de Peyraud et de l’évêque d’Uzès pour voir s’il y a lieu de les réduire. L’un et l’autre ne sont pas dans le château de Beaucaire. Je le fais pousser aujourd’hui à Montfrin, où je pense qui doivent être ce soir. Cet homme est beau-frère de Pradines, qui était à feu M. le maréchal d’Effiat. Hier, il passa en ce lieu le lieutenant de la maréchale de camp du régiment de Champagne, envoyé par M. le maréchal de Toiras pour parler à l’évêque de Nîmes [Claude du Caylar de Saint-Bonnet], Restinclières et Cauvisson, ayant un passeport de Messieurs de Toiras et Servien. Il arriva ce même jour à Lunel, où ils sont tous trois. 

Après que M. de Montmorency aura fini à Bages, il reviendra ici avec ses troupes pour se joindre à M. d’Elbeuf. Nous n’avons point reçu de nouvelles assurées si Monsieur [le duc d’Orléans] est parti de Béziers pour aller à Albi comme il devait faire, ni si les Espagnols sont aussi entrés. J’ai vu l’homme qui les a vu logés entre Perpignan et Salses, avec environ six mille hommes de pied. Si ils entrent, comme je n’en doute pas, je pense que l’armée des ennemis sera de douze mille hommes de pied et de dix-huit cents chevaux. Ils prétendent avec cela empêcher, ou incommoder, tous les sièges que l’on pourrait faire. Depuis l’avis que nous avons eu que l’armée d’Allemagne ne venait pas, nous nous rendons beaucoup plus soigneux des levées dont je presse ces messieurs, et depuis j’ai fourni <…> l’argent pour trois régiments de six compagnies chacun, dont La Roche, duquel vous m’avez écrit. En fait, l’un des deux que M. le maréchal de Vitry fait lever sont en Provence, qui seront bientôt faits, mais non pas si tôt que les premiers. J’ai fourni pour ces premières levées trente-sept mille livres à M. le maréchal de Vitry, vingt-un mille livres à M. le maréchal de La Force. Et il faut que je baille encore dix-huit mille livres pour les trois derniers régiments. Nous sortirons de tout cela, pourvu que l’on <sert> promptement les levées que je donnerai l’argent, vous serez promptement servi. 

Je vous envoie un état des levées que l’on fait en ce lieu, de ce que je pense de celui de l’armée. Je fais la levée des chevaux d’artillerie pour les quatre pièces qu’a M. le maréchal de Vitry auprès de lui, et qu’il a faits venir d’Arles. Il me dit qu’il aime mieux que je les lève ici qu’en Avignon, parce qu’ils dépendent de lui. Je pense qu’il est plus à propos, et j’ai mis ici un commandant de l’artillerie avec de l’argent, qui l’a fait. 

Aujourd’hui, le munitionnaire de l’armée arriva de Marseille. Je l’ai envoyé quérir en poste, afin de commencer à pourvoir. Il nourrit les troupes qui sont en ce lieu sous ma promesse, qui sont les meilleures parties de celles qui y sont. Je veille néanmoins d’envoyer de l’argent à M. de Machault, pour celui qui nourrit ses troupes jusqu’au dixième de septembre. Il me semble qu’il serait à propos de remettre les régiments qui sont en cette armée dans l’ordre qu’ils étaient avant le retranchement. Je suis, Monseigneur, votre très humble, très obéissant et très obligé serviteur,

d’Hémery

Tarascon, le dernier jour d’août

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (29 janvier 2023). Texte 581, année 1632, 31 août, Hémery à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqf1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.