Texte 588, année 1632, 24 mars, Arpajon à Richelieu

Louis d’Arpajon à Richelieu, Saint-Avold, 24 mars 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France vol. 804, f° 81. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 129-130.

Monseigneur,

L’appréhension que j’ai de vous importuner par mes lettres m’empêche de vous en offrir. J’y suis contraint à cette heure pour vous rendre compte des choses que je pense dignes d’être sues de votre grandeur. Je pense qu’elle a déjà les avis des armements de M. de Lorraine. Il espère de faire 60 cornettes de cavalerie et 10.000 hommes de pied. La plupart de ces commissions sont données, et je ne sais s’il conduira longtemps toutes ces actions par la raison, il ressort continuellement des courriers de Monsieur [le duc d’Orléans] et de l’Empereur. Et quoique ces paroles soient fort violentes, ce n’est pas encore ce qui témoigne le plus sa mauvaise volonté en cet état. 

J’ai bien de la douleur, Monseigneur, d’être contraint de vous dire que je tiens presque impossible de pouvoir guères plus contenir l’armée du Roi en ces logements. Votre Grandeur aura encore agréable de savoir que M. de Lorraine fait faire des magasins de blés par tous ces pays et qu’il envoie par nos quartiers pour débaucher les soldats de l’armée du Roi. Il a déjà 40 cavaliers de diverses compagnies. Toutes ces choses, Monseigneur, ont fait éveiller le chat qui dort. M. Descoutures avait <…> il y a quelque temps Clermont. À mon passage, j’y jette les yeux, et, en ayant conféré ensemble, si les choses ne sont pas changées depuis peu, je pense que cette place se peut emporter. Pour en être plus certain, M. Descoutures la va reconnaître de nouveau et si la chose est en état, il en ira soudain rendre compte à Votre Grandeur, laquelle nous commandera ce qu’il lui plaira. J’ose supplier très humblement Votre Grandeur de croire qu’il n’y a que trois personnes qui aient connaissance de ce dessein. Elle aura agréable de me commander ce que j’aurai à faire.

Je lui demande ceste grâce de me faire l’honneur d’agréer que je porte toujours avec toutes sortes de respects et d’humilité le nom, Monseigneur, de votre très humble, très obéissant et très fidèle serviteur, 

Arpajon

De Saint-Avoult [Saint-Avold], ce 24 mars 1632

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (6 février 2023). Texte 588, année 1632, 24 mars, Arpajon à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqfe


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.