Texte 593, année 1632, 25 mars, Bullion à Richelieu

Claude de Bullion à Richelieu, Rueil, 25 mars 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 802, f° 69-71. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 130-131.

Monseigneur,

J’ai reçu lettres de M. d’Hémery par lesquelles il me mande que les affaires de Languedoc sont presque terminées, et que s’il vous plaît lui commander d’aller à Pignerol, que sachant votre volonté et ce qu’il vous plaît qu’il y fasse, qu’il est tout prêt d’exécuter ce que lui ordonnerez. 

J’estime qu’êtes averti qu’il y a eu des lettres de cachet envoyées au parlement de Dijon par lesquelles on a mandé de tenir en surséance le jugement des procès criminels contre les rebelles, et que par la première lettre on en avait excepté M. de Bellegarde et, depuis que ledit sieur de Bellegarde y a été compris, lesdites lettres de cachet enregistrées au parlement de Dijon et voilà l’excuse qui a été mise en avant par Messieurs du parlement de Bourgogne qui sont en ce lieu, qui m’ont assuré que sans lesdites lettres, les procès auraient été jugés il y a longtemps contre les coupables.

J’estime, Monseigneur, qu’il vous aura plu considérer les lettres de la Reine mère et de Monsieur [le duc d’Orléans] adressées aux juges de M. de Marillac. Les menaces y comprises sont de beaucoup plus grande conséquence pour le Roi et pour la dignité de sa Couronne que pour les juges, puisque la Reine dit en mots exprès que les juges lui répondront de l’événement du procès comme s’il y avait autre maître que le Roi qui ne partage son autorité avec qui que ce soit. 

Hier et aujourd’hui ils ont envoyé copie desdites lettres à tous les juges, et particulièrement à M. Bretagne, auquel on porta un paquet hier au soir sur les neuf heures, et fut ledit paquet donné par deux hommes, l’un desquels était habillé de deuil et dit tout haut, en présence de trois ou quatre des gens dudit sieur de Bretagne « qu’ils donnassent ledit paquet à leur maître et qu’il se résolût de faire justice audit sieur de Marillac ; autrement, qu’il lui donnerait un coup de pistolet dans la tête ». Peut-être ne serait-il hors de propos d’écrire au nom du Roi à la Chambre établie en ce lieu que Sa Majesté est avertie des menaces portées par les lettres de la Reine mère et de Monsieur qu’ils n’ont qu’à répondre du jugement qu’à lui seul, et que Sa Majesté se promet qu’ils ne se départiront des lois et ordonnances pour juger un [sic] affaire qui importe si avant à son service ? Les lettres de la Reine mère montrent ouvertement à quel point pouvait aller la liaison des deux frères contre les volontés de Sa Majesté. M. le garde des sceaux a été averti du fait de M. Bretagne

J’estime aussi que vous aurez remarqué les calomnies qui sont dans lesdites lettres contre vous. J’ai su que le prisonnier est fort content et satisfait, et qu’il croit qu’il y aura de grandes longueurs en son procès. Ce sont les mêmes paroles que m’a dit présentement M. des Réaux. Vous aurez su qu’il présenta hier requête pour demander copie du bref du Pape accordé audit sieur garde des sceaux. Votre prudence a toujours conduit toutes choses à leur perfection, mais je suis contraint de vous avouer que j’appréhende la longueur en cette affaire, et quelques-uns des juges sur ce qu’ils préviennent que le prince ne sera jugé avant Pâques, croient qu’il se fait quelque traité. J’ai fait ce qu’il m’est possible pour leur ôter cette opinion.

Diverses personnes m’ont écrit de Paris que on y fait toujours courir mille mauvais bruits de la santé du Roi, et que gens apostés qui viennent de Saint-Germain confirment cette mauvaise nouvelle, qu’on fait épandre par tout le royaume. Les serviteurs de Sa Majesté estiment que le seul moyen d’abaisser le caquet de ceux qui menacent comme s’ils avaient déjà la couronne sur la tête, et d’étouffer tels bruits, serait qu’il plût à Sa Majesté d’aller promener un jour ou deux à Paris. Son bon visage fera perdre l’espérance aux brouillons et fortifiera le courage de tous ses serviteurs.

Je vous demande pardon de ma trop longue lettre. J’espère avoir l’honneur de vous aller rendre mes devoirs lundi après dîner, si je n’ai autre commandement. Je prie Dieu de tout mon cœur qu’il vous conserve, et désire demeurer, Monseigneur, votre très humble, très obéissant et très obligé serviteur, 

Bullion

De Rueil, ce XXV mars.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (22 février 2023). Texte 593, année 1632, 25 mars, Bullion à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqfv


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.