Texte 595, année 1632, 26 mars, La Grange-aux-Ormes à Richelieu

Jacques Loys, seigneur de La Grange-aux-Ormes, à Richelieu, château de Murauvaux, 26 mars 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 9, f° 216-217. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 132-134.

Monseigneur, 

J’ai cru vous devoir envoyer cet exprès pour vous dire qu’à mon retour de deçà, j’ai trouvé la frontière toute émue. Les Espagnols envoient ès villes voisines des troupes plus grandes qu’il n’en fait besoin pour tenir simple garnison, car, outre l’ordinaire dans Damvillers seul, il y vient mille Italiens. 

M. de Lorraine a, depuis huit jours, ordonné à ses particuliers généraux de presser le plat-pays de retirer tous les vivres et le meilleur de leurs meubles en places fortes dans la fin de ce mois, ce qui s’exécute avec une diligence extraordinaire. Il hâte les levées qui se font de celles de l’armée du Roi, car il ne lève aucun Lorrain parce qu’ils ne lui peuvent manquer. Il vend et engage toutes les hautes justices dont il trouve marchand et témoigne en discours et actions qu’il a grand dessein. Contre cela il impose sur son peuple extraordinaire sans épargner même sa noblesse, qui en crie bien haut. D’ailleurs, Haraucourt assemble deux mille chevaux et de <…> en l’Alsace et doit infaillible joindre Monsieur par ordre de l’Empereur, dont les présents se moquent de la confiance que le Roi a témoigné prendre en électeurs catholiques. M. de Verdun [François de Lorraine-Chaligny] se mêle bien avant dans ce parti. On en a vu à Nancy des lettres pleines de gausserie. Il est très bien avec Son Altesse et a, depuis quinze jours, enlevé de ce pays tout ce qu’il a pu d’argent qu’il s’est fait porter à Cologne. Ainsi, sauf votre jugement, il semble nécessaire que vous poursuiviez tôt deçà et si des raisons plus fortes ne vous retiennent, y faire revenir le Roi, et vous assurer de Son Altesse et de Metz, si vous ne l’êtes.

La maladie de ma femme [née Marie Charpentier] et de mon fils [Pierre Loys de La Grange-aux-Ormes] m’a retenu ici quatre jours. J’en partirai dès après demain, Dieu aidant, pour aller à Strasbourg, comme vous me l’avez fait commander. Je passerai par Nancy sous quelque prétexte, et, si j’y apprends chose nouvelle, je vous le ferai savoir par un exprès. Pour Strasbourg, j’espère y établir une pleine confiance en l’honneur des bonnes grâces du Roi et n’y faire grand séjour, après ledit établissement.

Je ne sais quelle assurance vous avez au régiment de Grandpré, car il est engagé par des grands intérêts au parti contraire, et nos voisins ne s’en défient guère.

Pour M. le comte de Morhange, je ne l’ai encor vu. Je lui porte son brevet de colonel entretenu. Mais il m’a fait insistance par lettre de vous supplier très humblement de mettre son honneur à couvert en lui moyennant la levée de cent hommes d’armes et d’une compagnie de cinquante carabins allemands. Je lui ferai entendre ce que vous me commanderez sur ce sujet, et je crois que, pour la conséquence et le service qu’en occurrence, vous pouvez tirer de lui et de ses parents, non seulement pour le service du Roi, mais pour vos intérêts particuliers, vous doit obliger à lui procurer cette satisfaction. Monseigneur le maréchal de Schomberg le convie de se contenter d’une compagnie de chevau-légers mais quoi qu’il l’accepte, ce sera à regret et ne peut être content à moins que ce que dessus. 

Au reste, le prisonnier [le maréchal de Marillac] a deçà plus de présents que jamais. On publie son innocence et on vous accuse de son affliction. Son manifeste est imprimé à Nancy, dont on en a porté 2000 copies à Paris et ont passé chez des Loges, un de ses chevau-légers, frère du lieutenant civil de Sainte-Menehould. Ainsi, il importe fort que l’événement réponde à l’accusation. Le contrepoison de la vipère git en la tête d’icelle.

À mon retour, j’ai avisé, et vous charge copie de certains articles écrits de sa main. Vous en jugerez l’importance et en cas de besoin vous les porterai, « tant résolu d’attacher tout ce que j’ai à votre fortune et vivre ou périr avec vous.

M. de Vaubecourt fait très bien, vous le verrez par ses dépêches. Je lui ai donné un soldat qui hasarde et fait tout. C’est lui à qui le Roi donna l’année passée cinquante écus à ma supplication. On me fera tenir votre réponse, et si elle presse ce porteur l’apportera surement jusqu’à Strasbourg. Cependant, je vous supplie très humblement vous souvenir de moi dans l’établissement du parlement de Metz. Vous n’y sauriez mettre créature qui soit plus dépendante de vos commandements que moi, car je suis sans réserve, Monseigneur, votre très humble, très fidèle et très obéissant serviteur, 

La Grange-aux-Ormes

De Murauvaux, ce 26 mars 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (24 février 2023). Texte 595, année 1632, 26 mars, La Grange-aux-Ormes à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqg0


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.