Texte 596, année 1632, 27 mars, Châteauneuf à Richelieu

Le marquis de Châteauneuf à Richelieu, Montrouge, 27 mars 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 802, f° 76-79. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 134-137.

Auparavant la vôtre du vingt-un de Montreuil, MM. de Bordeaux, de Chartres et de Beauvais m’étaient venus trouver de la part des prélats qui sont à Paris pour me prier d’envoyer quérir les chefs des religieux, pour leur faire connaître que l’intention du Roi et de ceux de son Conseil était que tous ces différends se pussent accommoder. Ce que je ferai quand ils le jugeront à propos. Ils croient l’accommodement facile, si les jésuites ne l’empêchent, tous les autres ordres s’y accommodant ainsi qu’ils m’ont dit. 

Je vous envoie le procès de Waille1, avec une lettre de M. de Lauzon.

Je prie M. de La Vrillière de vous parler d’un désordre qui est arrivé au parlement de Rouen, pour lequel ils vous écrivent, comme ils ont fait à moi, pour y pourvoir. J’envoie audit sieur de La Vrillière la commission et l’ordre que je pense qu’il y faut tenir, afin qu’il vous plaise le faire résoudre par le Roi au plutôt, pour faire cesser ces divisions et faire justice de l’accusé.

J’ai fait arrêter ici un nommé Dupuy, secrétaire d’Estissac, qui avait charge de vendre la charge de trésorier de la maison de la Reine mère à un nommé de Valdi cinquante mille écus, avec promesse qu’un jour on lui rendrait ladite somme qu’il ne ferait que prêter, et pour assurance de laquelle l’on lui obligeait tous les biens et domaines de la Reine. Il a reconnu être chargé de ladite négociation, mais a dénié l’avoir proposée audit de Valdi, ni à autres.

Le prévôt de L’Île s’en va en Poitou pour l’exécution du bail de Briois, sur quelques rumeurs qui sont arrivées aux Sables. Je lui donne ordre de voir s’il peut arrêter Somery, et se saisir de sa maison. Ce dernier sera plus facile que le premier.

Pour le baron de Toussy2, dont l’on nous parle fort, mais comme l’on n’a point de preuve contre lui, j’estime qu’il faut que le Roi lui écrive de le venir trouver. S’il n’obéit, ce sera un sujet de décréter et le chasser du pays, mettre garnison en ses maisons, et saisir ses biens. Cela empêchera qu’il puisse plus faire d’assemblées et le bannira du pays. S’il vient trouver le Roi, il le faut arrêter, et crois qu’il en faut user de la sorte avec tous les seigneurs des provinces contre lesquels il y aurait du soupçon, car ni les juges ordinaires, ni les prévôts ne sont assez puissants de les arrêter et les retenir dedans leur devoir.

Pour les parlements, ils se contiennent dedans leur devoir, et crois qu’en usant comme fait le Roi, il n’y a rien à craindre. 

Je dois faire mettre Saint-Léon en liberté, du consentement de M. de Nemours, qui reconnaît avoir donné les avis pour se délivrer au plutôt des siens de la crainte qu’ils avaient de lui.

J’ai écrit à M. de Feuquières de faire arrêter un nommé Jean Drouart, fiscal de M. de Metz à Vic, en cour d’Église, sur l’avis que m’a donné Berruyer de plusieurs voyages qu’il avait fait de Lorraine vers Monsieur [le duc d’Orléans] et les siens, et qu’il était dépêché en Allemagne, et devait revenir le dix du prochain. Je crois que le Roi le trouvera bon, et que M. Bouthillier fasse le même commandement de sa part audit sieur de Feuquières.

L’affaire de M. de Valencé [sic, Valençay] n’a point fait de bruit ici, sinon parmi ceux qui blâment toujours le présent, et qui font des almanachs de l’avenir. Je crois que le repos du Roi et la sûreté de ses affaires le requièrent ainsi aux divers avis que l’on avait depuis un an.

Je vous envoie un billet de Bruxelles qui présuppose une autre lettre qui s’est trouvée perdue. Au moins, je ne l’ai point reçue, et ne sais qui est cet Alphonse, non plus que la dépêche qui a été interceptée du côté de l’Allemagne. Vous jugerez par les caractères du chiffre qu’il désigne si c’est celui du Roi.

Je m’étonne de ce partement [départ] de M. du Fargis qui devait suivre Monsieur [le duc d’Orléans], qu’un chacun de deçà explique au mariage avec cette princesse de Lorraine. Néanmoins, ceux qui pensent savoir plus de nouvelles de Puylaurens m’assurent qu’il ne se fera point, et que, de cette année, Monsieur [le duc d’Orléans] ni les Espagnols n’entreprendront rien contre la France, si le Roi n’entreprend rien contre eux, mais qu’ils se serviront seulement de Monsieur [le duc d’Orléans] pour le mener au Palatinat, pensant par sa présence retenir le Roi d’aller à eux, et au cas qu’il y allasse, se servir de lui et des intelligences qu’ils s’imaginent qu’il a en France, pour l’opposer au Roi, et qu’à ce dessein, Puylaurens conduit son maître par vanité et espérance qu’il a que les affaires des Espagnols et de l’Empereur réussissant, ils assisteront après Monsieur, s’il se voit occasion de mouvements en France, comme ils s’en promettent tous les jours ; aussi que Puylaurens a dit et mandé en partant, qu’après ce voyage son maître serait plus considérable et pourrait traiter quelques conditions qu’il lui plairait avec honneur, et s’il revenait, ce ne serait point par nécessité. 

J’attendrai, s’il vous plaît, les commandements du Roi par vous, pour me rendre auprès de lui à son partement d’Amiens, où je n’ai pas pensé de me rendre puisqu’il n’y faisait point de séjour ; aussi que j’avais besoin de ce petit séjour de Montrouge pour ma santé, durant lequel n’avons laissé de travailler toutes les après-dînées. Sa lettre reçue, il dit n’avoir rien fait que par concert avec M. d’Effiat et pour mieux servir comme il vous fera voir, s’il vous plaît de l’honorer. 

Il n’y a pas moyen d’achever l’affaire des postes, le marquis de Bonne n’y voulant consentir, ni donner sa démission que à des conditions déraisonnables. 

Cette femme, de qui je vous parlai, est Mme de Verderonne, et de laquelle je pressens que l’on parle avec le président de Mesmes de la charge de chancelier de Monsieur, et que cette famille s’entretient de cette espérance, s’il vous plaît de tenir cela secret.

De Montrouge, ce 27 mars 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. En référence à Alexandre d’Halluin, sieur de Wailly. []
  2. Aymar II de Prie, baron puis marquis de Toucy, ou son fils, Louis de Prie. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (4 mars 2023). Texte 596, année 1632, 27 mars, Châteauneuf à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqg1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.