Texte 601, année 1632, 29 mars, Châteauneuf à Richelieu

Le marquis de Châteauneuf à Richelieu, Montrouge, 29 mars 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 802, f° 80-81. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 137-138.

Je vous envoie les procès de Waille [Alexandre d’Halluin, sieur de Wailly] que j’oublie de vous envoyer le dernier jour. Le Plessis fut exécuté vendredi, qui confessa tout à la question, mais chargea peu de gens.

L’on fait courir ici un bruit depuis trois jours que le Roi a été saigné trois fois, que son médecin [Charles Bouvard] vous a dit ne pouvoir assurer de sa santé s’il voyage comme il a accoutumé, et qu’il faut nécessairement qu’il retourne à son air natal. Ce sont artifices de malins esprits qui ne peuvent souffrir la prospérité de ces affaires, dont le nombre est grand dedans Paris, et les officiers seulement, car dedans les provinces et les autres villes, ils se loue de la paix et du repos dedans lequel le Roi les maintient. 

Ce que je vous ai mandé du voyage de Monsieur [le duc d’Orléans] en Allemagne est véritable, que les Espagnols lui ont offert le commandement des armés de l’Empereur dedans le Palatinat, et qu’ils lui ment à cet effet, avec promesse que les affaires succèdants [sic] contre le roi de Suède, l’Empereur lui prêtera ces forces pour tourner en France. 

L’on dit aussi qu’ils donneront la généralité de la cavalerie à M. d’Elbeuf, et que tout leur but est d’assiéger Mayence, et après le fortifier et se le conserver. Cet avis m’est confirmé de Bruxelles, de personnes qui croient le bien savoir. La seule chose qui les empêche est l’état de Lorraine qu’ils ne voient point comment défendre, et aller au Palatinat. 

L’on me présente des lettres de nomination de M. le Prince à des offices de Chinon, que je refusés. Je ne sais si vos gens n’ont pas pris possession de la terre en votre nom. J’é aussi refusé au sieur président de Toulouse [Jean de Bertier de Montrave] la commission de votre lieutenant en l’amirauté de Languedoc, chose en quoi son avarice vous a surpris, et dont je le blâme, étant directement contre les ordonnances et la dignité de sa charge et la justice, qui ne peut souffrir qu’un sieur président soit juge d’appel.

De Montrouge, ce 29 mars 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (14 avril 2023). Texte 601, année 1632, 29 mars, Châteauneuf à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqgp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.