Texte 619, année 1632, 15 avril, Guron à Richelieu

Jean de Rechignevoisin, seigneur de Guron, à Richelieu, Nancy, 15 avril 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 9, f° 234-235. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 152-157.

Monseigneur,

Il est tout certain qu’on machine quelque-chose en France prêt d’être exécuter si la diversion de Bavière ne l’empêche. Et pour n’en mentir point, je crois que cet armement de la Lorraine a eu pour but ce dessein. Don Gonzalès a été l’espérance des mal affectionnés au Roi. Son arrivée, attendue comme le messie, a éclaté parmi hommes et femmes, et a fait dire à une très savante en cette matière qu’elle voudrait être assez bonne astrologue pour connaître seulement l’avenir de quinze jours, et ce terme depuis trois jours a été souvent désiré avec inquiétude. J’ai reconnu que l’affaire allait à Sedan, Calais et Dourdan. Pour le dernier, on m’a dit que Votre Éminence seule peut bien savoir si elle en doit craindre oui ou non, ce qu’elle jugera si on lui a fait part des offres qui ont été faits à M. de Rambures le Père de cinquante mille écus de la charge de chevalier d’honneur de la Reine mère avec les appointements doubles de ce qu’ils devaient être aux autres. J’ai écrit cela contre mon gré, pour la bonne opinion que j’ai de cette personne, laquelle je crois qu’elle s’en sera ouverte à Votre Éminence, car la chose est très certaine. Et l’ayant su comme je le crois, elle verra que l’avis est certain. 

Pour Calais et Sedan, cela est aussi tenu pour constant qu’il y a de quoi craindre et que leur pensée est d’entreprendre sur ce fondement, appuyés de deux mille chevaux que Don Gonzalès leur prête pour cet effet, espérant que cela exécuté, plusieurs se joindront à eux et que la diversion par mer du chevalier de Valençay rendra leur entreprise fort avantageuse. On ne sait assurément où il est, car il a été caché longtemps devant partir. Mais il est ou en Espagne ou en Angleterre pour avoir des vaisseaux et faire une descente en Guyenne s’assurant qu’une fois étant logé, il ne manquera point d’hommes. On croit que c’est à La Rochelle qu’il pense avoir mise en défense et munie pour la guerre, devant qu’on puisse être à lui, étant le plus fort sur la mer et pour argent. Il s’attend pour continuer aux sels de Ré et à faire contribuer ceux de Brouage. Parmi cela, je craindrais de Marans, où je suis en mauvais état pour durer longtemps, pour n’y avoir nul magasin comme je dis à Votre Éminence il y a un mois, et me promit même huit ou dix pièces de fer dont il lui plaira se souvenir. J’ai fait refaire tous les bastions et les ponts qui s’étaient rompus à mes dépens, dont je n’ai pas encore demandé le remboursement. M. de Bordeaux [Henri d’Escoubleau de Sourdis] dira à Votre Éminence comm’il les a vu, et verra à cette heure Richardière y sera qui en rendra compte en homme de bien. Je supplie très humblement Votre Éminence de lui faire donner quelque petit secours. On assure que d’Angleterre ils attendent plus que de coutume par les soins que la reine mère y a apportés de nouveau sur ce qu’on n’en veut point au Roi, mais seulement à vous. On craint, ou plutôt on croit, que, pour engagement, on a promis une place de sûreté à l’Espagnol. 

Il n’y a point de doute à ce que je vous écris. Et rien ne peut empêcher qu’il n’en éclate quelque-chose promptement, si ce n’est le désordre de Bavière, dont la nouvelle arriva hier ici, qui les a tous fort étonnés, car Donnevert [sic] emporte ce passage du Danube, a mis un tel effroi en ce pays-là que tout s’enfuit. La duchesse de Bavière abandonne Munitz [sic, Munich] et se sauve vers le Tyrol, comme font tous les riches, qui est chose épouvantable qu’une si grande ville en richesses de frayeur soit ainsi abandonnée. Le duc [de Bavière, Maximilien Ier de Wittelsbach] est à Ingolstadt, où Tilly l’atteint, mais si faible que je crois que si le Suédois passe une petite rivière qui est entre deux1, ils lâcheront le pied et en ce cas Ingolstadt, seule place de Bavière forte, ne tiendra point, ni Augsbourg même quoiqu’il y ait garnison de l’Empereur. Le duc de Bavière pensait sauver en envoyant vers le roi de Suède dire qu’il était tout prêt de signer la neutralité, mais on lui répondit qu’il n’était plus temps, et qu’il apprendrait avec loisir qu’il n’était pas bon de vouloir trop faire le fin. Si ce grand désordre ne suspend les desseins en France, indubitablement, il se verra quelque lumière de ce qu’ils tiennent fort caché, si la bonne fortune du Roi, appuyée de l’infatigable prévoyance de son bon et fidèle ministre, ne le prévient. 

Son Altesse [le duc Charles IV de Lorraine] me dit hier que on a été bien trompé en Flandre, à l’arrivée de Don Gonzalès, parce qu’on attendait beaucoup de lui, soit pour de l’argent ou des hommes, et qu’il n’a rien vu donner de tout cela. Je crois que c’est la nouvelle de Bavière qui fait voir ce discours de lieu bien assuré. J’avais oui le contraire et que l’Infante [Isabelle-Claire-Eugénie] avait redit les paroles de Don Gonzalès en France, et les ressentiments qu’on en avait eus, pour semer dans le public l’espérance qu’on devait prendre en son arrivée. Si Votre Éminence juge à propos de séparer Monsieur [le duc d’Orléans] d’avec la Reine mère et le retirer de Bruxelles, on m’a dit qu’on le peut ici. Et pour moi je le crois, considéré la puissance des machines qu’on emploiera. 

On ne me demande point d’engagement, ni que je dise rien qui oblige le Roi ni Votre Éminence, seulement que je témoigne que on le souffre. Il y a bien du divorce parmi tous ces gens-là. M. d’Elbeuf a voulu faire le gouverneur de Mons vers les Espagnols et la Reine mère. Mais M. de Puylaurens y a mis ordre en tenant un peu ses portes moins ouvertes à ce prince, vain et traitant les affaires, faisant voir aux uns et aux autres qu’il est seul. Depuis les lettres de la Reine mère qui venaient de Paris que Monsieur fit prendre dans Bruxelles par Guépré, il n’y a point eu grande amitié entr’eux. Et Chanteloup [Chanteloube] est si insupportable que tout le monde le hait. C’est le plus méchant et le plus cruel homme qu’on ait jamais connu. Et je puis dire le seul homme de cette bande qui maintienne le feu dans les esprits, la plupart d’entr’eux étant fort las de l’état où ils sont. Si Monsieur quitte la Flandre une fois, il sera malaisé de l’y faire retourner et partout ailleurs il est moins à craindre.

Son marige [sic] est ici fort en doute. Pour tout ce qui se peut écrire en cette matière, on n’en fait point de doute. Ce qui n’est pas bien avéré, c’est l’exécution de laquelle aucuns ont opinion qu’elle est. La chose se trouvant véritable, il faudrait qu’ell’eût été prise comme des gants sur une table, car on voit un’innocence sur le visage de cette princesse [la princesse Marguerite de Lorraine] telle, et si grande, que je ne crois pas qu’il s’en puisse voir une plus grande au monde. Ell’est fort belle et j’ai vu de ses portraits de la vierge en beaucoup de lieux, dont ell’a des traits simples et humbles.

La princesse de Phalsbourg [Henriette de Lorraine] voudrait fort s’accommoder avec Votre Éminence et avoir son amitié et faire des avances pour l’acquérir. Si leur dessein avorte, il n’y a point de doute à mon avis qu’elle peut être utile, si vous le jugez ainsi. Mais devant que rien espérer, il faut attendre si Bavière ne rompra point le col à toute leurs entreprises.

On ne m’a point rendu mes articles comm’on m’avait promis. Je vois bien qu’on a reculé. Et j’ai dit que je ne les voulais pas presser, pour leur donner temps de bien penser à tout et que cependant j’envoyais mon fils2 pour mes affaires, desquelles j’avais parlé quelques jours auparavant pour ôter le soupçon de son envoi, duquel j’étais pressé pour éviter le reproche d’avoir su ces choses et ne les avoir dites.

M. de Bellegarde dit qu’au moins mourra-t-il Français et qu’il ira plus mendier sa vie au loin que d’avoir le reproche de manquer de devoir à son Roi et à sa patrie. Jamais, il n’a parlé de Votre Éminence qu’avec des regrets d’une amitié perdue, qu’il a plus chérie que sa vie racontant les douceurs qu’il avait, étant aimé de vous et les malheurs qui l’en ont séparé, avec des sentiments qui montrent bien que ses afflictions le touchent.

Le Coigneux eut dans Luxembourg une grande alarme ces jours, le feu s’étant mis dans une maison, la plupart du peuple courut pour l’éteindre et l’autre fut devant sa porte y mettre un corps de garde qui l’effraya fort. Il est <…> qu’il fit le premier manifeste, la dague à la gorge car ils disaient tous qu’il était de partie avec Votre Éminence pour mettre Monsieur hors le royaume chanté <…> l’a dit hautement et sur cette acclamation : « judayque su non es amicus <…> ». Il fut contraint de le faire, tous les autres sont de la fureur de Chanteloup et du style de [Mathieu de Morgues, abbé de] Saint-Germain.

Monsieur n’est point en colère contre [Guillaume] Bautru pour les vers aux absents, ayant dit dès le commencement qu’il ne croyait pas qu’il voulut écrire contre lui que hors l’occasion il le tenait pour son ami. 

On m’a dit que la Reine mère et lui étaient fort en colère contre moi de ce que j’avais écrit. À quoi j’ai répondu que il ne fallait point qu’ils s’étonnassent, que tant qu’ils feraient décrier la personne du Roi, ses affaires et le gouvernement par leurs libelles, qu’il ne manquerait point d’hommes plus suffisants que moi qui en prendraient la défense, qu’on savait bien le respect qui était dû à Monsieur, mais que le Roi marchait devant et que de vouloir faire croire que d’autres <…> mieux que lui pour le rendre en mispria [sic] des Étrangers et de ses peuples, qu’il ne manquerait point de gens en France qui s’exposeraient à toutes sortes de périls de l’avenir pour l’empêcher.

Prague n’est point repris ni le duc de Saxe défait, comm’on disait quand j’arrivai ici. Au contraire, le roi de Suède a fait passer des bons officiers dans son armée dont il avait grand besoin. [Le duc de] Friedland n’a pas toutes les forces qu’on dit.

Cette cour se dispose assez au contentement du Roi et apparemment je suis assez bien avec tous. La noblesse et le peuple veulent la paix.

L’armée du Roi les a bien tâtés et ne déloge que vers la fin de la semaine.

Son Altesse dit n’avoir donné qu’une commission, outre ce qu’elle devait fournir au Roi, et se laisse entendre de vouloir garder ses troupes suivant le traité, ou si on ne l’exécute, vouloir rentrer au point où il était auparavant. J’ai répondu que j’avais seulement à m’éclaircir de ses intentions sur les plaintes que je lui avais faites et non de parler d’aucune chose hors de saison. Il m’a sondé sur le paiement au moins du licenciement. À quoi j’ai dit que je ne savais point leurs traités, que ce qui serait du Roi, quand il aurait témoigné son amitié avec sincérité que je croyais bien qu’il aurait toujours contentement, qu’autre chose je ne lui pouvait dire. S’ils me rendent mon écrit apostillé, je l’enverrai dans le gros de ma dépêche. J’aurais besoin d’un chiffre.

M. de Lorraine se plaint fort de Strasbourg qui lui a fait perdre force équipage depuis qu’il s’est rejoint aux intérêts de l’Empereur.

Ouailly [Alexandre d’Halluin, seigneur de Wailly], qui s’en va trouver Monsieur, m’a prié de vous supplier très humblement d’une grâce auprès du Roi, qui ne porte point de préjudice aux droits de Sa Majesté, ni de qui que ce soit. Son mariage n’est empêché que sur une opposition faite seulement de l’autorité du Roi par la bouche de l’ambassadeur à Rome [le comte de Brassac] pour la délivrance d’une grâce que le Pape a faite, en admettant la résignation de la charge d’un canonicat de Remiremont de sa maîtresse à sa sœur. Il y a procès pour cela contre celle qui possède, qui ne peut céder que le droit qu’elle a, qui ne s’améliore point pour changer de main, et même l’on peut ajouter dans la grâce sans préjudice de tous les droits qui se peuvent prétendre. C’est avoir pitié de deux amants qui s’aiment fort et qui ne sont empêchés que par faute que la résignation n’a été pas bien donnée à entendre à ceux qui ont fait expédier la lettre à M. de Brissac. Ce gentilhomme ne trompera pas Monsieur, mais hors de ce devoir, il est homme de bien qui aime le Roi et témoigne assez publiquement l’estime qu’il fait de Votre Éminence. 

De Nancy, ce jeudi à midi 15 avril 1632.

M. de Lorraine m’a dit que pour le continuer en défiance, on lui a mandé qu’on le voulait attaquer dans Nancy, et même sans Monsieur son père [François II de Lorraine-Vaudémont], il voulait faire faire des dehors. J’ai cru que cette nouvelle lui avait été écrite de votre consentement quand on m’a nommé ceux qui lui avaient donné cett’alarme. J’ai parlé avec grand respect avec eux, mais ils ont dit qu’ils ne pouvaient entendre si je parlais ou en paix ou en guerre, tant je leurs parlais obscur et en termes généraux. Il dit que les envois de l’Empereur vers lui ont été sus du Roi par lui-même, qui lui dit comment le comte Montecuculy était venu le trouver et un autre de Friedland avec de grands offres pour servir l’Empereur seulement en Allemagne et non contre le Roi. Il nie tout le reste et la princesse de Phalsbourg la conséquence de ses lettres qu’elle dit n’être de ce qu’on pense. Elle voudrait fort les voir si Votre Éminence m’en voulait envoyer copie. Au moins elle l’obligerait fort. C’est une femme qui ne manque pas d’esprit ni d’ambition, faisant de grands serments d’être sensible à la vérité mais d’être de foi si elle l’a donné.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. La Lech. []
  2. Jean de Rechignevoisin a cinq fils : le premier, Gabriel II de Rechignevoisin, né de son premier mariage, puis de son second mariage, Pierre de Rechignevoisin, dit « de Quinçay », Jean de Rechignevoisin, chevalier de Malte, N.. de Rechignevoisin, commandant de vaisseau, Louis de Rechignevoisin de Guron, par la suite évêque de Tulle puis de Comminges. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (24 mai 2023). Texte 619, année 1632, 15 avril, Guron à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqhz


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.