Texte 621, année 1636, octobre ou novembre, un parlementaire à Louis XIII

Un parlementaire à Louis XIII, sans quantième, probablement octobre ou novembre 1636.

Collection particulière, aimable communication de M. Bertrand Thierry des Épesses. Copie du XVIIe siècle réalisée à partir d’une minute. L’auteur de la lettre, qui constitue une vive critique du gouvernement de Richelieu, est peut-être Pierre Le Goux de La Berchère, premier président au parlement de Bourgogne1. Il s’agit aussi de la réflexion inédite d’un contemporain sur la mise-en-œuvre réfléchie du principe de raison d’État attribuée à Richelieu pour instaurer un pré-absolutisme de fait, lié à l’éviction de Marie de Médicis et à l’éloignement du duc d’Orléans. Le document fait partie d’un ensemble de trois textes, copies d’une même main. Il est joint à une lettre de Richelieu au Roi, vers la même date, qui semble constituer la réponse aux critiques formulées (texte 622). À ces deux textes s’ajoute une lettre des États de Bourgogne, ou du parlement de Dijon, au prince de Condé, du 13 juillet 1636 (texte 620). 

Sire,

Suivant le commandement de Votre Majesté, j’ai fait une revue générale par tout votre royaume pour reconnaître les désordres qui s’y trouvent et l’affection que vos sujets ont pour vous, afin que Votre Majesté en étant avertie [« de tout ce qui se passe » : barré] puissent [sic] apporter remède aux premiers en considération de ceux qui ont une si particulière inclination pour l’obéir.

Votre Majesté doit être la plus satisfaite du monde [« que Dieu » : barré] si Elle considère que Dieu pour témoigner de son amour vous a fait naître pour commander à un peuple qui n’a point de plus grand ni de plus particulier intérêt que celui de son Prince, ni de plus forte passion que celle de vous servir. [« Aussi » : barré] C’est dans cette élection que Dieu a faite de Votre Majesté que nous reconnaissons les effets admirables de sa providence, puisque Son Amour et Sa Justice ont [« choisi » : barré] fait choix du plus parfait et accompli de tous les rois pour commander au plus grand et généreux peuple de la Terre et semble même que vous n’ayez point d’obligation à Dieu de Votre Royaume puisque vos perfections vous l’avaient acquis et que Dieu étant juste comme il est ne pouvait pas l’ôter [« pas vous le refuser » : barré] au plus juste des hommes sans faire tort à la Justice. Ç’a été cette justice de Votre Majesté qui m’a fait donner le commandement de le servir dans cette commission aussi avantageuse pour tous [« ceux » : barré] vos sujets, [« que périlleuse pour moi » : barré], puisque, après l’avis que j’en donne à Votre Majesté, votre peuple recevra du soulagement, que périlleuse pour moi si ma recherche n’était autorisée de votre commandement, mes discours de la vérité et mes plaintes jointes à celles de tout votre Royaume de Votre Justice. 

Il est vrai, Sire, que pour le peuple qui vous aime, qui vous chérit et qui vous honore parfaitement, il est le plus maltraité qui fût, qui est et qui sera jamais, et faut confesser que son amour est grand puisqu’il subsiste parmi tant de maux dont il est affligé.

Mais je crois, Sire, que s’ils ont une particulière inclination pour Votre Majesté, ils n’ont pas une moindre aversion pour vos ministres et [« par » : barré] comme l’affection qu’ils ont pour vous est fomentée et nourrie par la considération qu’ils font que Votre Majesté n’est pas avertie de tous les désordres qui se commettent, aussi la haine qu’il porte à vos ministres s’augmente tous les jours et s’apprête à <idolâtrer> par la considération qu’ils ont que leur patience ne sert que pour leur donner plus de hardiesse pour exécuter leurs mauvaises volontés et pernicieux desseins puisqu’il [sic] ne tendent qu’à la ruine de <son> peuple [« de votre peuple » : barré ; « totale et <…> : barré].

Le désordre est si grand dans votre royaume qu’il n’y a point de provinces exempte de misère, la noblesse, la justice et le tiers état pâtissent également. 

Les pays d’états [« noblesse » : barré] sont sujets aux élections aussi bien que tous les autres, ceux qui gouvernent méprisent tous les serments que Votre Majesté a fait pour la conservation des privilèges. Il croirait [sic] leurs puissances trop petites si elles ne s’attachaient que des choses ordinaires. 

Ils savent bien que vous avez juré, Sire, mais ils disent que la nécessité n’a point de lois2 et que vos affaires ne permettent pas de tenir de vos serments. Ils prennent votre nom pour couvrir toutes leurs injustices. Ils veulent <porter> votre conscience pour leurs ambitions, mais plutôt qu’ils s’assurent de se damner sous votre non.

[« Ceux qui devaient être exempts sont les plus chargés » : barré] Si quelques [« les » : barré] pays d’états non pas les élections [« mais » : barré], ils ont pis, ils se rachètent des maux qu’ils ne devaient pas seulement [« appréhender » : barré] s’imaginer, si la religion des serments était forte comme elle devait être, et ne laissent pourtant pas de les appréhender comme auparavant. Enfin l’argent qu’ils ont donné n’est qu’un surcroît à leurs misères. 

La noblesse, l’ornement et la force du royaume, qui a été honorée de vos <…> par de si grands avantages et titres d’honneur [« que » : barré] et si puissants privilèges pour les grands services qu’elle a toujours rendus est maintenant réduite à la taille aussi bien que le menu peuple.

La justice n’est pas exempte de violence non plus que de subsides. On lève sur eux à raisons des héritages qu’ils possèdent, on diminue leurs biens, on diminue leurs offices par créations de nouveaux offices, on les contraints de fournir des hommes à l’arrière-ban pour leurs fiefs. Enfin pour montrer que leurs personnes-mêmes doivent tribut, l’on choisit les plus hommes de biens de ces grands Corps, je veux dire des parlements, qui autrefois était composé des ducs et pairs [« de France » : barré] et encore aujourd’hui ont l’honneur de les voir sur les rangs afin que leur œil serve le témoignages que la vertu-même ne saurait éviter la rigueur des [« de leur » : barré] jugements des ministres de Votre Majesté et qu’il n’y a rien de si sacré que leurs mains sacrilèges aussi bien que leur esprit ne puissent abattre et offenser.

Le peuple est en un état où il n’y a plus d’espérance. Leurs maisons sont pillées et brûlées [« ils » : barré], les gens de guerre ne leurs donnent pas la liberté de travailler aux héritages. Ils m’ont plus de retraite que dans les bois et n’ont point de plus assurée demeure [« retraite » : barré] [« que le » : barré] contre la violence des méchants que les plus affreux et les plus horribles déserts. 

Tous ces maux, Sire, et toutes ces violences ne font pas la fin de leurs malheurs, il faut payer une double [« taille » : barré] et une triple taille. Ce que Votre Majesté lève sur ses sujets est pour entretenir les gens de guerre et pour survenir [sic] aux nécessités de l’État, mais Votre Majesté ne sait pas que les paysans nourissent à leurs frais et dépens vos soldats, qui en tirent encor de grandes rançons qu’ils exigent par menasses, par coups et par incendies, et font prétexte qu’ils ne sont payés de Votre Majesté.

<Savait>-<il> peu, Sire, s’il [« Votre » : barré] n’y avaient que sujets qui fussent à la misère et si l’honneur de Votre Majesté n’était mis au hasard pour l’ambition et la témérité de vos ministres.

Ils voient qu’ils ont besoin de la force pour se maintenir et qu’ayant désobligé tout le monde, ils ne pouvaient pas subsister la paix, ce qui les fait résoudre à la guerre, quoiqu’elle [la paix] soit désirée de tout votre royaume, souhaiter et demandées [sic] par tous les princes de la Chrétienté et que les conditions en soient aussi faciles qu’honorable pour Votre Majesté. 

Mais toutes ces raisons ne les réduiront pas au point qu’il faudrait. Leur propre intérêt est plus puissant et veulent gouverner absolument par quelques moyens que ce puissent être. 

Les obstacles qu’ils ont apportés à la paix montrent bien qu’ils ne l’ont jamais désirée, quoique dans toutes les déclarations qu’ils ont faites et dans tous les manifestes, ils aient voulu faire croire que c’était tout leurs buts et leurs desseins.

Les raisons qu’ils vous apportent pour contraindre Monseigneur, frère unique de Votre Majesté, a quitté [sic] une princesse [la princesse Marguerite de Lorraine] qu’il a véritablement épousée sans votre consentement, mais qu’il doit toujours aimer et chérir comme sa vraie et légitime épouse et comme celle à qui il a donné sa foi en face de l’Église, sont les mêmes qui nous montrent que jamais leurs desseins ne se sont portés à la paix.

Car quelle raison y peut-il avoir pour faire passer ce mariage comme désavantageux à la France et contraire au bien de l’État ? C’est une princesse fort sage et de qui les vertus et les mérites sont connu également de tout le monde. Ses actions ont toujours témoigné la vérité de ces paroles et la médisance n’a encor su trouver aucune prise sur sa personne.

Son aillance [sic, alliance] ne nous était pas si peu avantageuse qu’elle ne nous eût peut assurer de l’affection du duc de Lorraine pour l’avantage et les intérêts de la France, qui jusqu’à présent nous avait paru incertaine.

Les desseins qu’ils avaient formés il y a longtemps et qui sont prêts à éclore sont les raisons plus puissantes et qui le contraignent d’en détourner Votre Majesté. Mais ce mariage n’a pas été le seul obstacle à la paix. Il y a assez d’autres indices qui nous font connaître leurs mauvaises volontés.

Après qu’ils ont eu fait la guerre à l’Empereur et aux roi d’Espagnes [sic] des années entières en fournissant argent au roi de Suède et des soldats sous mains pour porter les affaires, ils ont déclaré la guerre pour montrer qu’ils ne voulaient point la paix.

Ils ont encor fait davantage, étant en crainte et en appréhension que la patience d’un peuple justement irrité contre leurs insolentes convoitises ne se tournât en fureur. Ils se sont saisis des meilleures places du royaume, se sont distribués les plus grandes charges3, se sont appropriés tous vos trésors, ont ruiné et perdus ceux qui avaient de meilleures inclination pour la France et pour le service de Votre Majesté, afin que [si] Votre Majesté, avertie de toutes leurs méchancetés, voulait exercer sa justice, ils pussent lui faire la guerre à force ouverte et eussent de quoi se garantir des supplices qu’ils ont justement mérité, ou pour le moins les différer.

Votre Majesté voit qu’il se prépare à la guerre contre vos ennemis, puisque il s’aprête un jour à [« vous » : barré] la faire [« la guerre » : barré] contre elle [« vous » : barré].

Ils n’ont pas été si tôt en fortune qu’ils ont commencé à détruire ceux qui les y avaient mis.

Ils ont déclaré la guerre à Madame votre mère et à Monseigneur, frère unique de Votre Majesté, ils les ont contraint de sortir de France, et vous ont fait entendre que vous ne pouviez régner absolument ((C’est nous qui soulignons le terme.)) sans qu’ils fussent éloignés de votre personne.

C’est ici encor un témoignage de la bonne volonté qu’ils ont à la paix, ils ne se contente pas de mettre le feu chez l’Étranger, et dans votre royaume, il faut nécessairement que la Maison royale n’en soit pas exempte puisqu’il font passer pour nécessités tout ce qui est pour leur intérêt.

Quelqu’un pourrait faire entendre à Votre Majesté que ce n’a jamais été leurs desseins de les sortir de France, que [ce] sont eux-même qui s’en sont voulu aller, que même ils se sont dérobé pour s’enfuir, qu’ils ont fait tout ce qui se peut imaginer pour le retour de Monseigneur frère unique de Votre Majesté, qu’ils ont récompensé ceux qui avait négocié cet’affaire, que même présentement ils n’empêchaient pas Madame votre mère de revenir en France, qu’elle y serait toujours reçue avec contentement et qu’on lui donnerait toute sorte de satisfactions. 

Voilà véritablement les plus belles apparences du monde et qui peuvent tromper ceux qui ne sont pas clairvoyants, comme si pour leurs fuites, on n’avait pas voulu les laisser échapper, et que ce n’eût pas été une chose <concerté>4 qu’on ne les suivrait pas

Il est vrai, Sire, que l’on permet à Madame votre mère de retourner, mais c’est souvent une condition impossible à une grande reine comme elle est, qui avait accoutumé de gouverner l’État, en un mot on ne veut pas qu’elle se mêle de rien [sic].

L’on a fait revenir Monseigneur frère unique de Votre Majesté, mais ce n’est pas tant pour l’intérêt de la France que pour leur intérêt particulier et pour le dessein qu’ils avaient de le marier.

L’on a récompensé celui qui avait [« fait » : barré] traité son retour [« mais » : barré], on lui a donné femme de la faveur [sic], mais ce n’a été que pour le rendre l’exemple et le jouet de l’inconstance de la fortune et pour enrichir sa femme de sa dépouille puisqu’il était porté dans le contrat de mariage que les biens universels demeureraient au survivant5.

[« Enfin, Sire, pour autoriser la guerre, il en fait naître beaucoup » : barré] Mais, Sire, pour montrer encor plus clairement à Votre Majesté que ses ministres n’ont jamais eu rien moins dans leur pensée que la paix, c’est que pour être criminel, il ne faut qu’en parler à Votre Majesté. Il ne faut point d’autre preuve que les disgrâces de tous ceux qui ont préféré le bien public à leur intérêt et qui voulant donner à Votre Majesté des mauvaises intentions de vos ministres ont mieux aimé perdre la vie et leur liberté en se sacrifiant pour le repos universel de l’État que d’acquérir les honneurs et les grandeurs pour une honteuse complaisance. C’est une chose étrange qu’il ne nous est pas permis de soupirer dans nos maux [« que » : barré], l’on nous interdit la parole et notre malheur va jusqu’à ce point-là que l’on ne veut pas que Votre Majesté soit avertie que c’est pour l’affection, l’honneur et le respect qu’on lui porte qu’on souffre l’insolence de ces ministres impunis. 

Leur autorité tirée de leur sainteté qui est fondée sur les miracles méritent qu’on les souffre. Ils se veulent mettre en crédit comme Simon le Magicien par des miracles, ils font vierge une femme et rende facile à leur puissance ce qui paraît de plus impossible dans le mystère de l’incarnation. Ce n’est pas tout, ils se font dire issus du plus pur sang de nos rois vos prédécesseurs pour couvrir leur insolence et leur audace qui les fait passer devant les princes de votre sang.

Enfin, pour autoriser le mariage qu’il veulent faire de Monseigneur frère unique de Votre Majesté avec une de leur parente6, ils font trouver dans son nom qui est un arrêt de la providence éternelle que sa vie doit régner et puisqu’il est ainsi résolu par les arrêt de Dieu qu’il est impossible de l’empêcher. Ces assurances, Sire, que sa vie doit régner doit faire entrer en méfiance Votre Majesté qui doit croire que puisqu’il veulent faire passer cela pour un arrêt, ils en voudront aussi l’exécution qui ne saurait être sans votre ruine et sans votre perte puisque Dieu vous a donné une compagne qui n’en souffre point d’autre.

Voilà, Sire, une partie de ce que j’ai pu reconnaître. Le commandement que vous m’avez fait m’a donné la liberté de parler à Votre Majesté et de faire connaître beaucoup de choses qui ne vienne pas à sa connaissance.

Je crois, Sire, qu’après cet avis, la misère universelle de votre peuple, ses plaintes générales, la considération de tous les princes, l’honneur et l’avantage de Votre Majesté, le bien et l’intérêt de votre État obligeront votre puissance, votre justice et votre miséricorde à conclure la paix en dépit de l’insolence obstinée de tous vos ministres. Par la paix, vous serez le plus heureux, le plus puissant et le plus aimé monarque de la Terre. Vous ruinerez ceux de vos ministres qui n’ont que de pernicieux desseins contre Votre Majesté qui après doit être assûrée qu’elle n’aura que des personnes qui emploieront leurs vies et leurs biens pour son service comme moi, qui suis, de Votre Majesté, très humble et très obéissant serviteur et sujet. 

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Le texte, par sa référence à une commission délivrée à son auteur pour évaluer l’état du royaume, peut être rapproché, d’une part, du Journal de Denis Le Goux de La Berchère, marquis de Saintenay, conseiller d’État, frère de Pierre ; d’autre part du Diaire de François de Verthamon. François de Verthamon est l’un des maître des requêtes qui composent la suite du chancelier Séguier, envoyé réprimer la révolte des Nu-pieds et pacifier la Normandie fin 1639-début 1640. Il reçoit l’ordre de consigner par écrit les particularités de son voyage. La mission lui est confiée le 26 décembre 1639, au château de Gaillon. Séguier précise alors à Verthamon, que Denis Le Goux de La Berchère, doit, lui-aussi, tenir un journal. Le Diaire de François de Verthamon a été publié en 1842. []
  2. Necessitas legem non habet, adage canonique lié à la raison d’État. []
  3. En 1636, le gouvernement de l’Anjou est confié au beau-frère de Richelieu, Urbain de Maillé-Brézé, tandis que la survivance de la charge de grand maître de la navigation et du commerce est promise au fils de ce dernier, Jean Armand de Maillé-Brézé. []
  4. Le papier est corné à cet endroit. []
  5. En référence à Antoine de Laage, seigneur de Puylaurens, qui reçoit la duché-pairie d’Aiguillon, en portant le titre de duc de Puylaurens, marié, en novembre 1634, à une parente de Richelieu, Marguerite-Philippe du Cambout, fille du baron de Pontchâteau, et décédé le 1er juillet 1635, en prison, au château de Vincennes. []
  6. Selon les Mémoires de Claude de Bourdeilles, comte de Montrésor, et selon les Mémoires de François de La Rochefoucauld, Richelieu a brièvement conçu le projet maladroit de marier sa nièce, Marie-Madeleine de Vignerot du Pont-de-Courlay, veuve d’Antoine de Grimoard du Roure, marquis de Combalet, au frère du Roi, puis au comte de Soissons, troisième dans l’ordre de succession au trône, derrière le précédent et derrière le prince de Condé. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (31 mai 2023). Texte 621, année 1636, octobre ou novembre, un parlementaire à Louis XIII. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqid


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.