Texte 622, année 1636, octobre ou novembre, Richelieu à Louis XIII

Richelieu au Roi, non-datée, octobre ou novembre 1636.

Collection particulière, aimable communication de M. Bertrand Thierry des Épesses. Copie du XVIIe siècle réalisée à partir d’une minute, dont il manque le début. Le document fait partie d’un ensemble de trois textes, copies d’une même main. Il est joint à une lettre d’un parlementaire, peut-être Pierre Le Goux de La Berchère, au Roi, vers la même date, qui constitue une vive critique du gouvernement de Richelieu (texte 621), et auquel ce dernier répond par le présent document. À ces deux textes s’ajoute une lettre des États de Bourgogne ou du parlement de Dijon au prince de Condé, du 13 juillet 1636 (texte 620).

Après les guerres d’Italie, je crus que les Espagnols n’oublieraient pas si facilement l’affront qu’ils avaient reçu dans le traité de paix et qu’ils pouvaient faire desseins de prendre leurs revanches1.

Je donnai conseil à Votre Majesté d’assister le roi de Suède en Allemagne pour y entretenir la guerre et l’éloigner de vos États2.

Le profit que Votre Majesté tiré de cette assistance a été que vous avez entièrement diminué les forces de l’Empire et de l’Espagne sans diminuer les vôtres, vous avez ruinés leurs terres et leurs pays en conservant les vôtres et les avez mis en état de ne vous pouvoir pas faire grand mal et [« que vous » : barré] d’en recevoir beaucoup de vous.

Le roi de Suède étant venu à mourir3, et par conséquent son parti extrêmement affaibli, je me doutai dès lors qu’il se fallait risquer à la guerre et que les assurances qu’ils avaient de l’assistance que Votre Majesté avait donnée au roi de Suède leur feraient prendre résolution de s’en ressentir.

Et quoique, dès lors, j’eusse eu juste raison de conseiller à Votre Majesté de leur déclarer la guerre, néanmoins pour montrer que je fuyais le plus qu’il m’était possible d’engager [« Votre » : barré] Sa Majesté [« à une guerre » : barré] à des entreprises qui ne peuvent être sans quelques incommodités de vos sujets, je donnai conseil à Votre Majesté de différer cette déclaration et d’assister sous mains le parti des Suédois qui restaient pour les mêmes considérations qui l’avaient obligé d’assister le feu roi de Suède, je veux dire toujours pour éloigner la guerre de votre royaume.

Mais à la fin, comme je vis que le parti des Suédois n’était plus capable de résister à la force de l’Empire et de l’Espagne4 et qu’ils préparaient des armée puissantes [sic] pour entrer en France, et pour faire souffrir à votre peuple ce qu’il lui avait destiné il y a longtemps et qu’il lui eusse [« par » : barré] fait souffrir [si] je ne les en eusse empêché par la diversion de leur armée en Allemagne, je dis à Votre Majesté qu’il était temps d’y remédier, qu’il n’y avait point de remède que de leur déclarer la guerre et porter les armées de Votre Majesté dans leurs pays pour empêcher qu’ils ne vinssent aux vôtres.

Je remontrai à Votre Majesté que l’oppression de l’archevêque de Trèves5 et l’usurpation du Palatinat6 étaient deux justes causes pour fonder cette déclaration et que les armée [sic] qu’elle [« Votre » : barré] a mis sur pied était suffisante pour donner de la terreur à vos ennemis et pour exécuter le généreux dessein que vous [« aviez » : barré] prendriez de rétablir ces princes dans leur États et d’entretenir la guerre dans les pays estrangers pour en exempter les vôtres7.

Voilà, Sire, les justes considérations que j’ai eu de conseiller la guerre à Votre Majesté, lesquelles, quoiqu’elle soit à son avantage et à celui du public, on ne laisse pas de condamner comme des penser [sic] de mon ambition, qui, ne trouvant point d’autres moyens de se contenter que dans les armes, aime mieux la ruine de tout le peuple que de n’être pas satisfaite.

Il est vrai, Sire, que je sais que toutes ces guerres ne sauraient se faire sans l’incommodité du peuple, puisqu’il en faut tirer un grand argent pour de si grandes entreprises. Mais encor doit-on considérer que de deux maux nécessaires, il faut choisir le moindre. J’ai cru que n’y ayant [« il n’y avait » : barré] point de [« d’autre » : barré] milieu de leur porter la guerre que dans leurs pays ou à la recevoir, il serait plus avantageux pour l’intérêt du public [« et de l’État » : barré] qu’il [« le peuple » : barré] fut incommodé en donnant de l’argent, que si, par faute de se mettre en état de le défendre, il eût été contraint de voir brûler les villes, ravager les campagnes, et d’être exposé à la rage et à la furie d’une armée triomphante par faute de résistance.

L’on insinue à Votre Majesté, dans la lettre qu’il lui a plu me communiquer, que je m’étais approprier vos trésors, que je m’étais saisis des plus fortes places du Royaume et que les charges les plus grandes étaient distribuées à mes parents8, que tout cela avait été en intention de [« vous » : barré] faire la guerre à Votre Majesté, si, venant à reconnaître les mauvais services que je lui avais rendus, Elle m’en voulait donner les justes châtiments.

Mais, Sire, il y a fort peu d’apparence à tous ces discours et ne suis pas en peine à les réfuter puisque Votre Majesté connaît trop la sincérité de mes intentions.

Ceux qui ont donné ces avis à Votre Majesté n’ont pas considéré que si Votre Majesté faisait dessein de m’arrêter, je ne suis pas retiré dans ces [« nos » : barré] forteresses pour m’y défendre. Ils ne considèrent pas que je suis toujours arrêté par les gardes qui me sont donné, qui, au moindre commandement de Votre Majesté, comme ses très humbles serviteurs et sujets, me livreraient entre ses mains. Ils n’ont pas considéré que si Votre Majesté a honoré mes parents des plus grandes charges du royaume, ç’a été qu’étant assuré de ma fidélité, Elle a cru en moi d’en avoir un assuré témoignage de la leur.

Je passe outre pour répondre aux charges qu’il m’impose touchant la fuite de Madame votre mère et celle de Monsieur, ensemble de son mariage. Si Madame a voulu se retirer de France pour quelque mécontentement qu’elle y avait, je n’en suis pas la cause. 

Elle avait désiré que Votre Majesté me chassât de son service9. Je m’y était disposé en ayant su [« reçu » : barré] votre volonté et n’attendais que l’exprès commandement pour obéir et pour témoigner à tout le monde que ce n’a jamais été mon ambition qui m’a fait souhaiter l’honneur d’être auprès de Votre Majesté, mais seulement la forte passion que j’avais de la servir puisqu’elle me l’avait commandé. Ç’a été ce commandement qui a fait sortir de France Madame votre Mère, comme son départ me fera <porter> un regret éternel puisqu’il m’empêche de lui rendre les services que je lui avais voué et auxquels j’étais obligé par toutes sortes de gratification que j’avais reçu d’elle10

Pour ce qui est du mariage de Monseigneur, frère unique de Votre Majesté, il est vrai, Sire, que l’intérêt particulier de Votre Majesté et celui de votre royaume n’en demande pas l’approbation. Le consentement que vous y donneriez à présent tirerait trop à conséquence, car outre qu’il ferait croire à tous vos ennemis que [ce] serait votre faiblesse qui vous y contraindrait puisque vous avez toujours justement insisté à le rompre, il servirait [« serait » : barré] encor d’exemple à l’advenir pour donner plus de liberté aux princes et grands seigneurs du royaume de se marier sans votre consentement ou celui de vos successeurs. [Ce] serait donner une atteinte à la souveraineté de Votre Majesté s’il était permis aux princes de votre royaume de se marier <sans votre aveu>.

Tous les sujets sont à l’égard de leurs Rois ce que les enfants aux pères et puisque lors qu’il n’est pas permis aux enfants de se marier sans le consentement de leur père, à plus forte raison, il ne le doit pas être aux sujets sans celui de leurs princes, puisque l’on doit préférer le bien public à celui d’un particulier. Ç’a été une maxime qui a toujours été tenue pour infaillible, parce que bien souvent du mariage d’un prince dépend la ruine <totale> d’un État.

Les livres ne sont pas sans exemples de ceux qui ont été dénoncés pour avoir contractés sans le consentement de leurs princes. Les annales nous assurent que Philippe le Bel étant averti que Guy, comte de Flandres, avait accordé sa fille au fils du roi d’Angleterre sans savoir auparavant sa volonté, il le fit venir à la Cour et lui remontrant qu’étant son vassal, il n’avait pu promettre sa fille ni la marier à l’ennemi de la France sans son consentement, lui fit plusieurs menaces de le punir comme criminel de lèse-majesté s’il ne se déportait de cette aillance [sic] et pour plus grande sûreté retint la fille à la Cour. De même, on impute crime au comte Saint-Paul de ce qu’il avait contracté mariage avec une fille du roi d’Angleterre sans le consentement du roi Charles cinq.

La dernière accusation que l’on propose contre moi est que je conseille à Votre Majesté de faire rompre le mariage de Monseigneur, son frère unique, pour le marier à une de mes parents11. À cela, Sire, Votre Majesté répondra mieux que moi et serait [sic, saurait] bien si jamais j’ai eu tant de vanité que de lui en parler. Sont des bruits de peuple, sont des pensées de ceux qui portent envie [« à vie » : barré] à mon bonheur et qui ne le aurait souffrir [sic, saurait souffrir] que j’ai l’honneur de rendre service à Votre Majesté.

Toute [« cela » : barré] la médisance n’empêchera, Sire, que je ne vous rendre très humble service, seulement j’ai une très humble prière à vous faire [« à Votre Majesté » : barré] qui est que si vous [« elle » : barré] me jugez coupable de quelque crime, je suis prêt d’en répondre de ma tête ou que si ma fidélité vous est [« assez » : barré] si connue que vous n’en puissiez douter, vous vous serviez de moi comme de Votre Majesté, Sire, votre très humble et très obéissant serviteur et sujet.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. En référence aux accords de Cherasco, des 31 mars, 6 avril et 31 mai 1631, conclus par Louis XIII avec l’empereur Ferdinand II et le duc de Savoie, Victor-Amédée Ier, aux termes desquels Charles de Gonzague, duc de Nevers, se voir reconnaître la souveraineté sur le duché de Mantoue et sur le Montferrat, la France obtenant la place de Pignerol. Les accords de Cherasco, ou « Querasque » selon l’appellation du temps, font suite au traité de Monçon, ou Monzon, en Aragon, conclu par la France et l’Espagne le 5 mars 1626, qui reconnaissait la suzeraineté des Ligues grises sur la Valteline. []
  2. Éloigner, des frontières du royaume, les conflits armés ravageant le Saint Empire romain germanique constitue la justification essentielle de l’alliance suédoise face aux critiques de Marie de Médicis et des dévots. []
  3. Gustave-Adolphe de Suède trouve la mort le 16 novembre 1632, lors de la bataille de Lützen, qui voit cependant la victoire de l’armée suédoise sur celle de l’empereur Ferdinand II. []
  4. Les armées suédoises sont sévèrement battues lors de la bataille de Nördlingen, le  6 septembre 1634. []
  5. Philippe-Christophe von Sötern s’est placé sous la protection de la France en 1632. Il est arrêté et emprisonné par les Espagnols le 26 mars 1635. []
  6. L’électeur palatin Frédéric V a été mis au ban de l’Empire en 1622. Il s’est vu privé de ses États et de la dignité électorale conférée au duc de Bavière, catholique, par l’empereur Ferdinand II en février 1623. []
  7. La déclaration de guerre de la France aux Habsbourg, en la personne du Cardinal-infant, don Ferdinand d’Autriche, gouverneur des Pays-Bas espagnols, frère du roi d’Espagne Philippe IV et de la reine Anne d’Autriche,  s’effectue le 19 mai 1635. []
  8. En 1636, le gouvernement de l’Anjou est confié au beau-frère de Richelieu, Urbain de Maillé-Brézé, tandis que la survivance de la charge de grand maître de la navigation et du commerce est promise au fils de ce dernier, Jean Armand de Maillé-Brézé. []
  9. En référence à la journée des Dupes, les 10 et 11 novembre 1630. []
  10. En 1619, Richelieu a été fait chef du Conseil de Marie de Médicis. []
  11. Selon les Mémoires de Claude de Bourdeilles, comte de Montrésor, et selon les Mémoires de François de La Rochefoucauld, Richelieu a brièvement conçu le projet maladroit de marier sa nièce, Marie-Madeleine de Vignerot du Pont-de-Courlay, veuve d’Antoine de Grimoard du Roure, sieur de Combalet, au frère du Roi, puis au comte de Soissons, troisième dans l’ordre de succession au trône, derrière le précédent et derrière le prince de Condé.Du moins, la rumeur circule-t-elle, reprise par le nonce Bolognetti. Voir sur ce point Georges Dethan, La vie de Gaston d’Orléans, Paris, éditions de Fallois, 1992, p. 186. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (31 mai 2023). Texte 622, année 1636, octobre ou novembre, Richelieu à Louis XIII. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqie


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.