Texte 628, année 1632, 19 avril, Guron à Richelieu

Jean de Rechignevoisin, seigneur de Guron, à Richelieu, Nancy, 19 avril 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 9, f° 232-233. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 161-166.

Monseigneur,

L’opinion que j’ai prise, qu’il fallait que M. de Lorraine désarmât, a fait que je n’ai point fait de difficulté de lui accorder huit jours pour ***, désirant iceux donner temps à M. de Ville de représenter quelques raisons au Roi. Ce qu’ayant fait, il se remet après à sa volonté pour l’exécuter en ma présence, lorsqu’il l’aura sue. Je crois bien que peut-être a-t-il voulu prendre ce temps pour dilayer [différer] et attendre l’effet des entreprises qu’on a infailliblement, et, en cas qu’aucune réussisse, prendre son parti, ou sinon se mettre en l’état qu’on désire. Mais j’ai cru qu’ayant l’armée du Roi si voisine et en si bon état, qu’en cas qu’il manquât à sa parole, avant qu’il eût loisir de se reconnaître, on aurait emporté Nancy, lequel, à mon avis, ne ferait point de résistance, ne voyant rien qui soit préparé à la faire, et tout le monde en ce pays fort mal satisfait du péril où on le met sans raison. Il n’y a un seul qui ne le croit, non pas que je leur aie dit, mais dans l’opinion que chacun en a trouvé, me parlant sur ce sujet et s’en voulant informer, je leur répondais en sorte qu’ils s’en retournaient avec la peur d’un si fâcheux évènement. Dans mon autre lettre, je dirai les raisons que porte Ville, lequel, s’il plaît à Votre Éminence, il faut expédier promptement.

Je crois que le dessein de ce pays a été, si on exécutait quelque entreprise, de tenter celle de Marsal, parce que, auprès de là, dans une petite ville, ils y ont tenu grand nombre de gens afin que le gros s’y pût faire sans renouvellement d’alarme, et conduire le tout par la rivière, jusqu’au pied de la muraille mal flanquée de ce côté-là, et sans parapets. M. d’Houdancourt m’est venu voir qui m’a fait entendre ces défauts, qui peuvent être réparer pour sept ou huit cents écus, comme Votre Éminence le verra par un mémoire qu’il m’a donné, que je lui envoie. 

J’ai écrit ce matin à M. des Noyers, qui est à Vic, que je croyais qu’il ne ferait pas mal de voir si les défauts sont tels qu’on m’a dit, et qu’il ne doit point les laisser continuer pour si petite somme. La garnison n’est pas mauvaise, mais il la faut conserver forte, car leur grief est là-dessus. Il y a force habitants et jusqu’à ce que tout soit bien éclairci, je ne crois pas qu’on soit assez fort avec sept cents hommes, si ce n’est que M. de Lorraine désarme absolument, car, quand il dira qu’il ne veut de forces que pour la garde de son pays, c’est toujours un prétexte de les conserver toutes, comme faisait M. de Savoie autrefois, qui licenciait publiquement et remplissait les troupes qu’il retenait. C’est pourquoi il doit désarmer absolument pour lever tous soupçons et après avec le temps on examinera les raisons que porte Ville, qui témoigne force affection à montrer qu’il désire que son maître soit bien avec le Roi. Couvonges a travaillé en homme de bien et parle si franchement, qu’on a cru qu’il n’a pas assez de force pour traiter avec Votre Éminence, et que l’autre est plus appuyé par ses amis à la cour. 

Dans le licenciement, il faut voir quelles précautions on pourra prendre pour que ses troupes n’aillent dans le parti des mal affectionnés à la France, car il y a des chefs de Luxembourg et Liégeois qu’il sera bien mal aisé d’empêcher d’aller où ils voudront. 

J’ai essayé de pénétrer dans l’attente où on est quel peut être le dessein qu’on croit se devoir exécuter. On continue de croire qu’il y a un traité avec l’Espagnol dans lequel on promet quelque place entre les mains de celui qu’ils nommeront, pour la garder couvertement pour eux, parce qu’ils ne se veulent pas déclarer à face ouverte. Et on craint que ce soit Calais, duquel assurément ils font état. Si c’est avec raison, je ne la sais pas, mais bien assurément que c’est une de leurs espérances, et devant mon arrivée un homme de Luxembourg manda cette nouvelle comme exécutée à M. de Bellegarde, qui l’a cru aussitôt et se jeta sur un lit les larmes aux yeux croyant que tout fût en feu en France. C’est chose que je sais s’être passée ainsi.

Pour Sedan, quelque accommodement qu’il y ait, s’il y a armée qui le soutienne, et non autrement <…> est dans le parti. Il a pris de l’argent et ne l’a point rendu. La somme est de trente ou quarante mille écus.

L’ambassadeur d’Angleterre [Isaac Wake] qui est à Paris est un très mauvais homme, dit-on, et qui s’est mêlé dans les affaires et même dans la ville de Metz. C’est chose que je sais assurément. Il voulait tenter le roi de Suède et l’obliger de s’unir avec M. son maître [le roi Charles Ier d’Angleterre], et se faisait fort des Hollandais, et de faire armer les huguenots de France, qui, en une telle rencontre, devaient promptement fortifier leurs places et attaquer par mer et par terre. Le roi de Suède, s’il marche droitement, en peut informer le Roi, car la proposition a été faite et non acceptée.

Je sais de très bonne part que l’Infante [Isabelle Claire Eugénie] n’eut jamais consenti à la guerre couverte contre la France si le conseil d’Espagne ne lui eût forcée, et qu’elle n’aime point la Reine mère. Elle désapprouve fort la conduite et n’en estime point le sens. Elle dit qu’elle ne pouvait comprendre comment une mère chrétienne se résolvait à mettre les armes à la main de ses enfants pour les faire battre, et qu’elle ne savait avec quoi elle avait gouverné l’État quatre ou cinq ans, s’étonnant de ne pas lui voir faire aucune réponse en matière même de chose vulgaire, sans prendre l’avis de ses gens, et leur faire porter la parole, ce qui lui donne fort mauvaise opinion d’elle. 

La Reine a su de ces choses qui l’ont piquée jusqu’à l’extrémité, ce qu’elle dissimule au mieux qu’elle peut. Il est vrai qu’ell’a eu intention véritable de les accommoder, et qu’elle l’a conseillé et désiré plusieurs fois, tant parce qu’on dit qu’il a grande vertu, que parce que naturellement ell’aime le Roi, chose connue de tous, comm’on dit qu’elle témoigna fort quand M. de Puylaurens fut en Flandres, qui parlant a été, croyant l’engager mieux à ce qu’il proposait, disait que quand ils seraient assistés des armées d’Espagne, ils feraient de grandes affaires, et leurs progrès pourraient être tels qu’il assurait qu’ils ne demeureraient pas courts et qu’ils pousseraient l’affaire jusqu’au bout. Ell’entendit bien son langage et vit bien qu’il allait jusqu’à prendre la Couronne qui la fit écrier valga me dios me pensiamentos son estos [sic, “Oh Mon Dieu, ce sont mes pensées !”]. De là, il fut fort mal accueilli et parut le mécontentement qu’on témoigna longtemps en cette cour des Espagnols, se plaignant tous de Chanteloup [le père Chanteloube], qui en était la cause pour vouloir discréditer tout le monde pour s’en conserver à lui seul l’autorité. 

Carondelet avait bien eu les vraies et sincères volontés de sa maîtresse, mais il les a corrompus par la malice du marquis de Mirabel, qui a été conduit par sa haine, et par les impressions qu’il a données en Espagne de la facilité de tirer grand fruit de ce divorce, dont il maintient toujours le feu par le moyen de sa femme [née Francesca de Zúñiga y Dávila] auprès de la Reine, et de lui auprès de Chanteloup, seul et unique ministre qui est plus plein de feu, de haine, et de cruauté qu’un démon. Il est auteur de la haine que la Reine mère porte au Coigneux et le conseil d’Espagne, non pas l’Infante, car elle était dans son sentiment, voici comment. 

Son voyage en Flandres fut pour prendre langue seulement, sans se vouloir engager à rien. Il conseilla la Reine de ne <…> point avec les Espagnols et ne montrer aucune haine contre personne, de dire seulement qu’ell’avait eu sujet de se retirer en ce lieu, pour essayer, dans la sûreté qu’ell’y trouverait, de réunir ses enfants, sans qu’elle fît mine pour son regard de vouloir vivre qu’aux lieux où il plairait au Roi, si, ne désirant que finir ses jours qu’en repos et dans la solitude, sans se soucier plus de chose du monde après cela, que, si elle faisait autrement, elle s’attirerait beaucoup de malheurs et se priverait du plus grand bien que saurait jamais désirer, qui était de mettre la paix entre ses enfants. La Vieuville aurait eu les mêmes sentiments, espérant, sur l’opinion qu’il en a, de n’être point mal dans l’esprit du Roi, que, prenant ce chemin, il entrerait en sa charge. La Reine, au commencement, <…> à ses conseils, mais quand Chanteloup fut auprès d’elle, il emporta son esprit dans la passion de vengeance où il est, et lui rendit ces conseils et ceux que les moyens si odieux qu’elle ne les a jamais voulus voir ni les uns ni les autres, et avec les jalousies qui se rencontrèrent en ce lieu, il fut facile de laisser Le Coigneux dans la ville de Luxembourg. Il n’est pas tout-à-fait hors de l’esprit de Monsieur [le duc d’Orléans], qui le trouve quelquefois à dire, et on croit que s’il se voulait résoudre à une entière soumission du favori, qu’il serait aussi bien reçu que jamais.

Il a fait dire à son maître, et l’a mandé à Son Altesse par un capucin d’ici, nommé le père Rafael, gentilhomme sujet du roi d’Espagne et Espagnol d’affection, qu’il n’y avait point de salut en leurs affaires que de s’accommoder avec le Roi par votre moyen, et que Son Altesse ne le faisant, il s’assurât de sa perte entière. Cela est chose assurée.

L’état présent des affaires de Bruxelles est que M. d’Elbeuf n’est plus bien avec M. de Puylaurens et s’est tout à fait joint avec Chanteloup dans le parti de la Reine mère, qu’on qualifie ainsi, la division étant assez évidente entre la mère et le fils, bien qu’on essaye de la dissimuler le plus qu’on peut. 

Monsieur a cinq ou six cents chevaux au plus, et n’ont leur espérance que sur les places nommées par celle que porta mon fils [Pierre de Rechignevoisin, dit « de Quinçay »] pour celle du chevalier d’honneur, je crois que Votre Éminence en aura été avertie par l’homme-même.

Le chevalier de Valençay machine une descente. Cela est très certain et les <…> leurs plus grandes espérances. Ce ne peut être que vers La Rochelle, si les vaisseaux seront Espagnols, Anglais ou Hollandais, on ne me l’a pas expliqué mais que la chose ne soit en projet, il n’y a point de doute. 

Estissac a pour partage la Hollande. Et c’était pour en tirer des hommes pour cett’entreprise ou pour maintenir M. de Bouillon, qui ne saurait désavouer d’avoir acheté pour dix mille écus d’armes et de vivres de l’argent qu’il a reçu.

On a parlé ici de la proposition qu’on a faite à Monsieur du mariage de la fille de l’Empereur1 avec lui, dont on ne serait pas trop content d’en voir continuer le bruit. La passion de cette cour est de savoir si jamais, quoi qu’on pût faire, on ne pourrait espérer le contentement du Roi sur ce sujet. À cela, j’ai dit que je n’entrais pas dans ses connaissances, mais bien probablement pouvais-je dire que si on le faisait sans cela, que je croyais que le Roi s’en ressentirait. On parle douteusement, je dis des plus savants d’ici, de ce mariage, car on dit qu’on ne croit pas qu’on n’ait <juste> les promesses du présent. Mais on n’en voudrait pas jurer, y ayant force apparences qu’il est que la raison y répugne. M. de Lorraine a dit qu’il n’a tenu qu’à lui que l’exécution n’en ait été fait et que l’abbesse de Remiremont, sa tante, qui demeure ici, avait voulu qu’on la laissât faire sans qu’ils s’en mêlassent. Encore qu’elle fût chargée de tout le mal, elle ne s’en souciait pas, que quand la chose serait faite, et qu’on verrait un enfant, on serait si aise qu’on en oublierait soudain la colère. On ne sait si ce n’a été cru. Il est vrai que de la part d’Espagne, on leur a fait sentir qu’ils se gardassent bien d’une telle entreprise, de sorte que il est très nécessaire que, pour cett’affaire, on craint ici autant les Espagnols que les Français. 

Comme Votre Éminence avait désiré que je fisse répandre par écrit, j’ai donné un extrait de mes instructions, auxquelles on a répondu. J’envoie le tout à M. Bouteiller [Claude Bouthillier] qui les donnera si Votre Éminence les veut garder. J’ai demandé qu’on les signât. Ils m’ont dit que c’était personne publique et qu’il suffisait qu’ils en fissent mention dans leurs lettres.

Bréval a écrit à Son Altesse que M. l’abbé du Dorat lui avait dit avoir vu une lettre qu’il écrivait à l’Infante qu’il nie bien avoir envoyée. Néanmoins, cela a été cause, à moins qu’il a refusé le seing, qu’on ne m’avait pas refusé au commencement, ils m’ont souvent fait sentiment de Marsal. À quoi j’ai répliqué n’avoir rien à dire sur cela, sinon que je voyais bien qu’ils n’étaient pas bien affectionnés au Roi de dire qu’il croirait toujours les avoir offensés, et qu’ils en garderaient le souvenir, pour avoir lieu deux votre place, qui servait au bien de ses affaires et de ses desseins, que M. de Savoie en était bien plus honnêtement qu’eux, qui avait donné franchement Pignerol pour la même considération, et ne pensait pas que le Roi l’en dût aimer moins, pensant qu’il en demeurât offensés, qu’au contraire ayant servi Sa Majesté en donnant ses places pour le bien de ses affaires, il en espérait plus d’amitié, qu’ainsi en devait user Son Altesse, où on croirait qu’il serait peu utile, ce qu’étant reconnu, aussi on ne le traiterait que comme ami commun. Depuis, on ne m’en a plus parlé. On avait proposé pour <…> entièrement Le Coigneux de faire agréer pour son chancelier M. de Verderonne. Mais cela n’a pas été goûté, quoique je croie que cela ne se fût exécuté sans votre consentement.

Dans les discours particuliers, on me demandait si je ne savais point ce qu’on voudrait faire si on tirait Monsieur [hors] de Flandres, je pliais les épaules pour n’être pas matière de m’apporter. On me disait qu’on savait bien qu’en France on ne voulait point y rappeler la Reine mère, mais que par avance on assurait que, pourvu qu’on y apportât quelque forme, on n’aurait pas la peine de ce côté-là, parce qu’aussi bien elle n’y voulait point revenir. À cela, je n’ai fait aucune réponse. Il est certain que plusieurs Flamands voudraient voir Monsieur hors de Flandres, disant qu’ils nourrissent un serpent qui les mordra un jour, les Espagnols que s’il se rencontrait quelque désastre dans la mort de l’Infante, sa présence leur nuirait dans les esprits des peuples qui leur sont mal-affectionnés.

J’ai vu quelquefois M. de Bellegarde dans la rencontre des églises et <…> et toujours sensiblement touché des choses passées, et de la perte de votre amitié, qu’il connaît bien avoir d’en chérir plus patiemment qu’il n’a pas fait, et en porte une bien dure peine pour le Roi, il ne s’en excuse point, l’ayant, et son service, dans son cœur aussi entier qu’il l’a jamais eu. J’ai reçu la prière qu’il m’a faite de vous oser supplier qu’il puisse avoir sûreté du Roi par votre moyen de se retirer à Plombières pour sa santé, en cas qu’il survint quelque chose, aimant mieux périr dans un <…>, que de se trouver jamais en lieu où les armes du Roi eussent la face tournée contre. Il m’a encore prié d’une autre chose qu’est attendu que son bien est maintenant réduit à si peu de reste, qu’il ne peut plus entretenir sa maison, partant que je vous représentais sa condition, son âge, ses maladies, son malheur et votre bonté pour lui permettre de renvoyer ses gens en quelques-unes de ses maisons, telle qu’on voudra, et ses gentilhommes chez eux, au nombre de six ou sept, qu’il répondra de sa vie d’eux, et qu’il s’assure que les gouverneurs de leurs provinces le lui retireront pas la même assurance sur la parole qu’il leur donnera, n’ayant plus que pour nourrir sa personne et <…> de gens et refusant l’argent qu’on lui put prêter. Il demande cette grâce. En faisant quelque bien, on en reçoit, si Votre Éminence ne trouve mauvais que j’aie prie la hardiesse de recevoir telle prière, peut-être en tirerai-je quelque franc utile au service du Roi ? Il faut donner pour recevoir.

J’ai écrit à Votre Éminence pour l’affaire d’Ouailly [Alexandre d’Halluin, seigneur de Wailly]. Elle ne touche point le service du Roi.

Il n’est question que d’une lettre à M. de Brassac, qu’il ne s’oppose plus à l’expédition de la résignation faite par la secrète de Remiremont [Yolande Barbe de Bassompierre] en faveur de sa sœur [Nicole Henriette de Bassompierre], sans préjudice des droits prétendus par les parties, pourtant faire ce plaisir, on en reçoit d’autres. C’est une belle jeune dame prête à marier, empêchée par une faveur puissante qui est la <…>, sans qu’il y ait rien contre ses droits, cela fait pitié à tout le monde, car elle est fort aimée d’une personne que il aime, aussi qui les pousserait dans un mois, cela étant, et ne le peut jamais sans cela. Elle est digne de commisération et je tiendrais à grande grâce de Votre Éminence, si je pouvais délivrer de peine cette belle jeune dame de dix-huit ans, qui ne saurait être refusée de ce quelle prierait si on l’avait vue.

Comme Votre Éminence commande que curieusement je l’informasse de tout ce que je pourrais apprendre, j’ai fait mon possible de faire bonne emplette, qui n’est point de belle, car je la fais assurer que je n’ai rien écrit que bien cautionné. J’attendrai vos commandements pour y obéir, suppliant très humblement Votre Éminence de supporter mes défauts et les excuser comme de votre créature résolue de vivre et mourir, Monseigneur, votre très humble et très obéissant serviteur, 

Guron

À Nancy, ce 19 avril 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. En référence à la fille aînée de Ferdinand II, Marie-Anne de Habsbourg. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (11 juin 2023). Texte 628, année 1632, 19 avril, Guron à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqis


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.