Texte 629, année 1632, 21 avril, Guron à Richelieu

Jean de Rechignevoisin, seigneur de Guron, à Richelieu, Nancy, 21 avril 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 9, f° 231. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 166-167.

Monseigneur,

J’ai eu un avis d’une entreprise sur Langres. On me nommait aussi sur Toul et Verdun, mais la première semblait plus certaine. De quoi j’ai donné avis à M. de La Force, à M. de Feuquières, et envoie à Langres par deux diverses voies. En sorte que j’espère qu’à ce matin, ils recevront mon dernier courrier. J’ai aussi averti Chaumont, duquel j’avais oui parler, et de Sainte-Menehould. Celui qui m’a envoyé l’avis de Langres m’écrit ces mots dans son billet : « vous ne saurez point mon nom pour cette heure, mais souvenez-vous un jour devant le Roi et M. le cardinal de celui qui vous montrera le billet que je vous prie me renvoyer et ne doutez point de l’avis ». Ces paroles ont fait impression en mon esprit et m’ont obligé à la dépêche que j’ai faite soudain par divers lieux, afin que l’avis arrive de quelque côté.

Je suis marri que je n’ai de chiffre, n’osant pas écrire si ouvertement que je ferais. Puisque la nécessité me force, je suis contraint de vous dire que je n’espère point de bons effets de ces lieux ici, où je ne trouve pas l’effet des bons discours qu’on me tient. J’ai bien fait sentir mes doutes et, devant que Ville fût parti, je fis supplier Son Altesse [le duc de Lorraine] de vouloir bien penser à son envoi et à ce qu’elle me retenait ici parce qu’elle devait croire que le manquement de ce qu’il promettait aggraverait bien les offenses du Roi, et que s’il n’avait le cœur sincère en cett’affaire, il valait bien mieux me laisser partir. Il m’envoya mille assurances contraires auxquelles je ne crois point, étant chose assurée qu’il y a quelque chose qu’il attend promptement qui le tient en cervelle. Il y a partie de ses troupes qui marchent vers le Luxembourg depuis devant hier, car je sais qu’il crut la nouvelle hier et vis le courrier qu’il dit tout haut qu’elles marchaient <…>. Je ne croyais pas qu’il dût faire aucun changement durant sa dépêche vers le Roi, c’est-à-dire que les troupes dussent partir de leurs quartiers. Si que j’ai de conjecture de Langres, j’ai sujet de croire que Le Faucher est chargé de cett’exécution. Je ne sais si ces troupes qui marchent iraient de ce côté-là, ce qu’étant, j’espère qu’un des avis que j’ai donnés y arrivera plus tôt qu’eux. 

J’avais mandé qu’on m’avait dit qu’on ne travaillait point aux fortifications ici. Néanmoins, cela n’est pas vrai, car on travaille avec effort en six endroits pour faire des dehors, qui monstre bien qu’ils ont pris créance à l’avis qu’on leur avait donné qu’on voulait attaquer Nancy, car dès l’heure ils ont commencé avec nombre de peuple, encore que tous leurs travaux ne sauraient empêcher que le Roi ne se rendît maître de cette place en fort peu de temps, quand il l’avait entrepris. Et, de fait, ils sentent bien la plupart du monde ici envoya <ceux> qu’ils ont de meilleur à La Mothe.

Les nouvelles de Flandres ne manquent point ici. Il en est venu à M. de Lorraine. De quoi il ne m’a rien dit. Et je le sais bien, je dis de ses gens car Rames [Henri Martel, seigneur de Rames] et Monts arrivent bien, leurs gens étant venus devant eux. Mais ce ne sont pas les porteurs des nouvelles, n’ayant que petite confiance. Ce sont voies expresses, lesquelles néanmoins on ne dit point et on jure qu’il n’y a point de communication. Je ne doute point que le voyage de Ville et mon séjour ne soit captieux, mais si l’en doit éclater quelque mauvais effet, mon séjour ne le causera pas. Il eût toujours éclaté et leur faute en sera plus grande. S’il doit éclater quelque chose dans huit jours, on le verra selon mon avis et s’il ne se fait c’est qu’on ne l’aura pas peu sur ces rencontres de Bavière qui étonnent le monde. 

Je vous supplie très humblement, Monseigneur, me vouloir tant obliger de ne refuser point la lettre du Roi que j’ai désirée pour M. de Brassac. Elle ne fait tort à personne ni n’ôte le droit du procès. J’en puis tirer fruit comme encore de la permission que j’ai demandée pour ceux qui se désiraient retirer en France, s’ils voient quelque fruit avec moi. Ils m’ouvriront aussi quelques connaissances utiles ou au contraire j’aurai peine à prendre les lumières que j’attends d’eux. Je remets le tout à votre volonté. Je crois que Votre Éminence ne doit point retarder les ordres de Poitou, un homme de <…> pays-là pour assembler en cas de descente y serait nécessaire. Rochas est celui de Dauphiné <…> hier pour aller trouver Monsieur [le duc d’Orléans] à Bruxelles. Ils se vantent là toujours du mouvement <…> en Picardie, ayant exécuté quelque dessein. J’aurai l’œil ouvert, toutes rencontres étant, Monseigneur, votre très humble et très fidèle serviteur, 

Guron

À Nancy, le 21 d’avril 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (13 juin 2023). Texte 629, année 1632, 21 avril, Guron à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqix


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.