Texte 638, année 1636, 22 septembre, l’évêque de Mende au comte de Chavigny

Sylvestre Crugy de Marcillac, évêque de Mende, à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, Toul, 22 septembre 1636.

Ministère des Affaires étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance politique Lorraine, volume 29, fol. 471-472. Original, de la main d’un secrétaire. Suscription au verso du fol. 472 : « à Monsieur, Monsieur de Chavigny, conseiller du Roi en son conseil d’État, grand trésorier de ses ordres, secrétaire de ses commendements, chancelier et chef du conseil de Monsieur ». D’une écriture différente, pour le classement : « M. l’évêque de Mende, Toul, 22 septembre 1636 ». Le même jour, Sylvestre Crugy de Marcillac adresse également un courrier à Richelieu, translation en ligne texte 639

Monsieur,

Quoique je vous aie écrit plusieurs fois la nécessité qu’il y a de faire cette année amas de blé en Lorraine pour en munir les places, je ne puis, néanmoins, m’empêcher de vous représenter à toutes occasions que cela est absolument important au service du Roi pour plusieurs considérations, dont l’une des plus fortes est que les peuples ne pouvant ni labourer ni semer les terres, il ne faut pas espérer de faire aucune moisson l’année prochaine. Ainsi, il serait nécessaire en celle-ci de remplir les magasins pour deux ans s’il se pouvait, et d’envoyer à cet effet quelque commis de l’épargne avec de l’argent, ainsi que j’ai eu l’honneur de vous l’écrire ci-devant. 

J’arrivai avant-hier du côté de Moyenvic et de Marsal où j’étais allé pour pourvoir à ces deux places et à la subsistance de la garnison de Dieuze. J’y ai donné tout l’ordre que j’ai pu, qui ne peut pas néanmoins faire grand effet si l’on n’a de quoi payer le peu de blés qui s’y pourrait trouver dans cette nécessité. Je suis contraint d’en tirer de Nancy pour les y faire porter parce que le mauvais temps commence une fois de rompre les chemins, il sera impossible d’en faire voiturer en ces quartiers-là, et qu’il sera beaucoup plus aisé d’en faire porter à Nancy, soit de ceux qui sont en cette ville, ou de ceux que l’on pourra acheter, si le Roi envoie de l’argent, outre que dans Nancy, en l’état qu’est présentement la garnison, il y en a pour près de deux ans, sans comprendre ceux des magasins de réserve, ni les blés des bourgeois qui en font toute la provision qu’ils peuvent, de sorte que sans incommodité, on en peut tirer de quoi munir les autres places. 

C’est à quoi je suis résolu, si M. le marquis de Sourdis ne l’empêche, qui croit que tout ce qui entre dans Nancy n’est que pour la seule conservation de cette place. À cet effet, il s’est saisi de toutes les clefs des magasins de réserve, et presse maintenant d’avoir celles de tous les autres greniers, afin d’empêcher qu’on en tire plus rien ni pour les armées ni pour les autres garnisons. Si son dessein a lieu, il ne faut plus penser d’envoyer des troupes en ce pays, et vous verrez dans quelque temps que les autres places manqueront. Néanmoins, Monsieur, je vous supplie de me mander si c’est la volonté du Roi qu’il en dispose de la sorte, et qu’il ait toutes ces clefs, car pour moi je ne veux rien faire que ce qui me sera ordonné.

Il y a quelques jours qu’un nommé d’Agicourt s’est saisi du château de Vouthon, à une lieue de Vaucouleurs, qui appartenait au baron de Salles, et avait été donné par confiscation à M. de Gassion, et des châteaux de Removille et de Dommartin près Mirecourt, dont la moitié appartient aussi à la dame de Removille [née Henriette de Tornielle]. La prise de ces deux derniers donne sujet à divers jugements. Pour moi, je ne veux pas pénétrer dans les intentions, mais il me semble qu’il serait bien aisé et bien à propos de se délivrer de tous ces soupçons, en éloignant de Nancy, les personnes qui les causent. Je vous ai écrit plusieurs fois, Monsieur, et Dieu m’est témoin que c’est <…> autre motif que celui du service du Roi, que le séjour du comte de Tornielle et des dames de Removille et de Bassompierre [née Marie Charlotte de Balzac d’Entraigues] y était extrêmement dangereux. Je vous dis encore qu’il l’est maintenant plus que jamais, parce qu’on a trop de créance en leurs conseils. Et l’on sait bien qu’ils n’épargnent aucun artifice pour s’empêcher de sortir, et qu’il n’y a point de Lorrain quel qu’il soit duquel il ne faille se défier. Leurs ordinaires entretiens sont aujourd’hui des espérances qu’ils ont de révolution, ou d’accommodement, ce qui fait que ceux que l’intérêt ou la peur rendaient plus retenus parlent maintenant un peu plus ouvertement, quoique ce soit parmi les Lorrains seulement. Je ne tire pas M. de Chamblay de ce rang qui raisonne assez souvent avec ses amis particuliers de ce qu’il aurait à faire en cas [où] le duc Charles retournât dans ses États, soit par traité ou autrement. Ce sont les discours que l’on m’a dict qu’il tient dont je crois être obligé de vous donner avis afin que vous en tiriez les conséquences qu’il vous plaira.

Je vous ai fait savoir, Monsieur, les empêchements que le marquis de Sourdis me donne pour continuer les rasements des châteaux de Bioncourt, Hodonviller [Haudonville], Frouard et autres, qui m’ont été ordonnez. Il est à craindre qu’il en arrivera un jour de l’inconvénient et ces surprises de châteaux que nous voyons maintenant doivent juste sujet d’avoir cette crainte. Ces petites places font plus de peine et troublent davantage le pays que ne font des armées. Vous y ferez, s’il vous plaît, donner l’ordre que vous jugerez nécessaire. Quel qu’il soit, j’y obéirai avec contentement. Pour Bioncourt, ayant eu une commission particulière pour le faire raser, on n’a pas eu plutôt l’avis que j’y allais envoyer pour l’exécuter qu’il m’a été assuré que l’on avait envoyé à la cour pour l’empêcher. Sur quoi, je dois vous représenter que le sieur de Bioncourt est un aussi passionné Lorrain qu’il y en ait dans tout le pays, que l’année dernière, il fut pris dans le château de Viviers, que depuis il a toujours favorisé sous-main les ennemis, leur donnant souvent retraite, et avis de ce qui se passait, qu’il n’a jamais voulu consentir que l’on mit en garnison dans sa maison pour n’avoir point de personne qui peut éclairer ses actions, et enfin que Bioncourt est près la rivière de Seille en un endroit où il y a un passage important pour aller de l’évêché de Metz dans la Lorraine, où les ennemis avaient accoutumé de passer. Après ces considérations que je vous supplie de faire entendre au Roi et à Monseigneur, Sa Majesté en ordonnera comme bon lui semblera.

Il y a quelque temps que j’eus l’honneur de vous écrire comme sur deux commendements réitérés de Son Éminence, j’avais fait abattre les tours et les défenses, et combler les fossés du château de Gibaumé [Gibeaumeix, appartenant à Madame de Saint-Baslemont]. Néanmoins, je n’ai point eu depuis approbation de ce j’y ai fait faire, qui, à mon avis, n’est pas maintenant inutile parce que d’Agicourt, qui n’est pas loin de là, ne formera point de dessein sur cette place où il n’aurait pas moyen de se défendre. Je vous supplie donc, Monsieur, de m’envoyer une lettre du Roi qui porte agréement du travail que j’y ai fait faire.

Au demeurant, Monsieur, je suis obligé de vous donner avis comme M. de Villarceaux, à la prière de M. le marquis de Sourdis, est parti depuis quelques jours de Nancy pour aller visiter toutes les garnisons de Lorraine, et les régler, à quoi il se témoigne si exacte qu’il est à craindre que cette rigueur les ferra périr, car il ne taxe les soldats qu’à quatre sols et six. Et il n’y a point de point [sic] de pot de vin qui ne leur coûte de seize à dix-huit sols. Jugez, s’il vous plaît, Monsieur, comme ils y peuvent vivre et s’habiller. Aussi la plupart commencent de quitter, et si l’on n’y pourvoit au plutôt, il y a apparence qu’il en restera fort peu. Il serait, sauf meilleur avis, plus à propos d’obliger les communautés, suivant les ordonnances du Roi de payer en espèce aux soldats ce qui est nécessaire pour leur nourriture, à savoir tant de vin et tant de viande, et même de leur ordonner de fournir le pain de munition, n’y ayant point de ville, maintenant que la récolte est faite, qui ne puisse faire cette avance pour quelques mois à la charge de le leur payer après en argent, et cependant ce serait autant de blé épargné. Je sais bien que l’intention dudit sieur marquis est de soulager un peu les villes afin qu’elles puissent payer les droits dûs au Roi, pour de là tirer la subsistance de la garnison de Nancy. Mais c’est vouloir conserver une place, et perdre toutes les autres. Je vous assure que cette affaire est de grande importance et mérite qu’il vous plaise de prendre soin de faire envoyer promptement un ordre pour y remédier.

Vous aurez su, Monsieur, comme la nouvelle commission qui a été envoyée pour l’ouverture du Conseil souverain de Nancy a été reçue et vérifiée. Ce n’a pas été néanmoins sans beaucoup de protestations de ceux qui se croient intéressés dans les rangs qui leur sont assignés. La plus raisonnable semble celle de M. Magny, sous-doyen des conseillers, qui se plaint que M. de Chamblay soit mis immédiatement après leur doyen, parce qu’il pourra arriver que M. le premier président [Michel Charpentier] et ledit doyen seront malades ou absents, comme présentement ils sont en état de l’être, ayant été, à ce que l’on dict, tous deux députés du parlement de Metz pour aller à la Cour, et, en ce cas, la présidence tournerait audit sieur de Chamblay. En quoi, il serait plus avantage [sic] que M. le marquis de Sourdis, auquel on n’a pas trouvé raisonnable de la laisser. Je m’assure, Monsieur, que vous jugerez cela digne de quelque règlement. Ledit sieur Maguin est fort homme d’honneur, et officier du parlement de Metz, ce qui lui donne une particulière considération. Je crois que celle-là même ferra que vous aurez encore des plaintes des autres conseillers dudit parlement, qui sont logés après M. Gautier, qui ne l’est pas. C’est tout ce que je vous en puis dire présentement, et que je suis et serai toute ma vie avec passion, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

Marcillac, évêque de Mende.

À Toul, ce 22me de septembre 1636.

Monsieur, comme je voulais fermer cette lettre, on m’est venu dire que c’est Clinchamp1 qui est dans Vouthons, et qu’il a déjà envoyé des ordres à ceux de Vaucouleurs pour les faire contribuer.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. En référence à Africain de Mailly, baron de Clinchamp, ou en celle de son fils, Charles de Mailly, chevalier puis baron de Clinchamp. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (28 juin 2023). Texte 638, année 1636, 22 septembre, l’évêque de Mende au comte de Chavigny. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqjq


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.