Texte 646, année 1632, 27 avril, Guron à Richelieu

Jean de Rechignevoisin, seigneur de Guron, à Richelieu, Nancy, 27 avril 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 9, f° 230. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 186-187.

Monseigneur,

Il n’y a nul doute que M. de Lorraine procède en homme qui veut se montrer ennemi du Roi et, selon les avis que j’en ai de diverses parts, la chose est prête d’éclater. Ses troupes marchent assurément. Celles qui étaient aux environs de Nancy vont le chemin, disent-elles, vers Strasbourg, pour se venger de ceux de cette ville qui lui ont fait quelques torts. Mais en effet, elles doivent prendre le chemin de Luxembourg et se joindre avec celle du Barrois et autres lieux que Lenoncourt [de Serres] commande. Et toutes ensemble trouveront Monsieur [le duc d’Orléans] avec <…> cents chevaux que donnent les Espagnols, les siennes qui sont six ou sept cents chevaux, M. de Lorraine deux mille deux ou trois cents, à quoi se joindra [le comte Frédéric Rodolphe de] Fürstenberg et [le marquis Henri de] Haraucourt, qui se sont toujours entretenus sur les bords du Rhin, attendant le temps, et font état d’entrer en France avec six mille chevaux que peuvent faire toutes ces troupes ensemble, espérant ou sur leurs desseins particuliers de places, ou sur l’espérance des provinces, et <duc chevalier sur la mer>. 

M. de Lorraine partira bientôt pour se mettre à la tête de ses troupes, soudain que Monsieur [le duc d’Orléans] sera à la tête des siennes. Et pour préparatif à désavouer [le marquis de] Ville de tout ce qu’il aura dit il y a deux jours, que sous feinte d’aller à la chasse, il avait donné rendez-vous à ses troupes pour leur donner ordre de marcher à son retour. Il dit devant toute sa court que Ville n’avait point ses compagnies complètes, et que c’était un traître et un méchant homme, qu’il ne [se] fierait jamais en lui, que puisqu’il le trompait en telles matières, qu’il le pourrait faire en toutes autres. Or, puisqu’il compte que ses cinq compagnies de cavalerie sont fort complètes, aucuns contemplatifs ont conjecturé qu’il préparait un désaveu contre lui, ce qu’il aura dit à sa cour afin de n’être pas blâmé de tout ce qu’il prétend faire. À tout cela, je ne n’en fais point de doute et le tiens pour certain, ayant cru vous en devoir donner avis, afin de remédier à tout promptement, et n’ajouter nulle foi à ce qui aura été dit car selon mon sens, il y a toujours eu de la fraude. 

Lorsque j’ai parlé à Son Altesse de réparer aucuns torts faits dans son pays, il a méprisé tout le su [sic]. Je lui en ai dit, où il se voit bien qu’il prétendait se faire raison à lui-même. S’il hante son pays, il faut qu’il le paye. Nancy ne demeurera pas fort garni et crois qu’il faut se garder partout ailleurs et faire payer les dépens à celui qui a commencé ou ordonné la danse. Il peut bien être que l’affaire de Bavière pourra changer les desseins. Néanmoins, depuis la nouvelle ici, les troupes marchent et ses discours de Ville on est dits [sic], on diminue la défaite en Bavière. Ils croient toutefois que [Johann Tserclaes, comte de ] Tilly a un coup dans le genou très grand, et Aldringuer [Johann Aldringen ] d’un dans la tête, et qu’ensuite du combat, Strasbourg s’est rendu au roi de Suède, aucun disent qu’au lieu que cette affaire retarde Monsieur, les Espagnols voudront seuls occuper la France, du peur qu’elle n’envoie ses forces en Allemagne. 

M. de La Force est à Châlons. Je lui écris ce que je sais afin qu’il se dispose de revenir à l’armée. J’en ai fait autant à ceux qui sont de-deçà afin qu’ils prennent garde à eux. Marsal est mal gardé de six ou sept cents hommes. Il en faut davantage. J’envoie à M. Bouteiller [Claude Bouthillier] les lettres écrites sur le sujet de M. des Noyers. M. de Bellegarde vous supplie au nom de Dieu que l’ait un temps pour sûreté afin de ne la chercher point par force hors du royaume, où il aime mieux aller mendier son pain que de la prendre dans des armes contre le Roi. Il vous supplie de considérer son âge, sa condition, et vous souvenir que vous l’avez aimé, et que s’il y a eu sujet de changer, vous considérerez que c’est assez l’avoir payé dans tant d’afflictions qu’il a souffertes [sic ]. Je ne cèderai pas à Votre Éminence que les discours tenus avec quantité de larmes aux yeux m’ont ému et même en les écrivant je ne me puis empêcher d’en répandre. Je ne sais que devenir, sinon faire comme à Casal, que voyant fort pris dans de bonne espérance, m’en aller dans l’armée, où, à la vérité, j’ai peu d’argent pour y vivre. Toutefois, je suis résolu de faire ce qui sera de moi dans les premières occasions que je ne doute point être très <…> charmés. 

Écrit à Nancy, le mardi 27 avril 1632. 

Guron

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (14 août 2023). Texte 646, année 1632, 27 avril, Guron à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqky


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.