Texte 651, année 1642, 23 août, Monsieur de La Vrillière à Richelieu

Louis Phélypeaux d’Herbault, seigneur de La Vrillière, à Richelieu, Nîmes, 23 août 1642.

Collection particulière, aimable communication de M. Bertrand Thierry des Épesses. Original autographe composé d’un feuillet.

À Nîmes, le 23e d’août 1642.

J’envoie à Monseigneur les huit lettres qui m’ont été ordonnées par celle de Son Éminence.

Monsieur le baron d’Arzillières [sic, pour Alexandre Perrinet, baron d’Arzeliers], m’ayant vu à son passage, a désiré pour le rafraichissement de ses troupes, et donner moyen aux cavaliers de se pourvoir de plusieurs petites nécessités, de séjourner demain qui est dimanche à Montpellier à condition d’en partir lundi et de suivre la route sans faire aucun séjour. Il est content de tous les ordres que je lui ai fait voir et promet de servir Son Éminence en cette occasion et en toutes les autres avec grande passion et fidélité.

Je serai aujourd’hui de bonne heure à Montpellier et n’en partirai point qu’après avoir vu lundi Monsieur le Grand [le marquis de Cinq-Mars] en carrosse. Cependant, pour conduire sa personne en plus grande sûreté, l’on prendra seulement à trois lieues de Nîmes les dragons à pied que Monsieur d’Arzillières a menés et qu’il a voulu laisser en ce lieu pour leur donner du repos, sans lequel il aurait eu peine à leur faire achever le voyage.

Depuis deux jours, j’ai donné route à trois cents bons hommes que Monsieur le marquis [Nicolas] de Villeroy envoie pour la recrue de son régiment.

Je ferai toute la diligence possible pour me rendre selon mon devoir auprès de Son Éminence, pour la santé de laquelle je continuerai à prier Dieu ainsi que y est particulièrement obligé son très humble, très obéissant et très obligé serviteur,

Lavrillière

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 août 2023). Texte 651, année 1642, 23 août, Monsieur de La Vrillière à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqlg


3 réflexions sur « Texte 651, année 1642, 23 août, Monsieur de La Vrillière à Richelieu »

  1. THIERRY des EPESSES

    Le château d’Arzeliers (en ruines) est situé sur la commune de Laragne-Montéglin, en Dauphiné. Au début du XVIIe siècle, Gaspard de Perrinet, seigneur d’Arzeliers, préféra abandonner le site pour reconstruire son château sur l’actuel site de Laragne.
    Les barons d’Arzeliers étaient seigneurs majeurs de Montéglin « depuis le temps le plus reculé ». Louis de Grolée-Mévouillon, fils de Laurent, vendit la baronnie d’Arzeliers à Gaspard de Perrinet (qui, ainsi, passa de la noblesse d’épée à la noblesse de robe, noblesse de robe qui s’essaya à l’épée, en conséquence, ce qui est un classique). Car Louis de Grolée-Mévouillon devait à Gaspard de Perrinet près de 35,000 livres, le 20 octobre 1614. Un Pierre du Perier s’en rendit acquéreur pour 6,000 livres, il y eut surenchère et revente amiable presque immédiatement à Gaspard de Perrinet
    Il existerait à Genève (bibliothèque) un Mémoire sur la baronnie d’Arzeliers rédigé par Gaspard de Perrinet, marquis d’Arzeliers. – Sans lieu ni date [après 1690]. Date(s) : [Après 1690].
    Je pense que le fief d’Arzeliers (Arzilliers) était devenu marquisat quand Chorier écrit (Etat politique de la province de Dauphiné…, 1671, III-432) mais il fut considéré, avant tout, comme une baronnie ,de tous temps.
    Quant à la dénomination de Saint-Simon comme baron d’Arzillières, il est exact qu’il est nommé tel en Champagne, sur place, ce qui est logique, dans l’acte du 8 octobre 1642, cité par Louis Brouillon (« Claude, duc de Saint-Simon, grand-louvetier de France, gouverneur des maisons royales de Saint-Germain et de Versailles, baron d’Arzillières, donne à bail pour six ans les revenus de la terres de Saint-Louvent à Balthasar et Antoine Le Tort, Pierre Rouyer et Antoine Bongrain, laboureur à Saint-Louvent, moyennant la somme de 600 livres, payables “en l’hôtel de mondit seigneur au Petit-Bourbon, près le Louvre.».
    Il est normal que Richelieu ait fait appel au jeune Alexandre (de) Perrinnet, car on faisait appel aux hommes de guerres du cru pour toutes opérations militaires.

    Répondre
  2. THIERRY des EPESSES

    Je crois qu’il n’y a pas de doute que Saint-Simon soit baron d’Arzillières en 1642. Mais sa présence au siège de Perpignan et au cours des péripéties du retour et de l’affaire Cinq-Mars n’est pas documentée. Pour La Vieuville, il est en Angleterre avec ses fils, dont un, l’aîné, mourra aux côtés de Royaux, plus tard, le 12 septembre 1643, à la bataille de Newbury. Il n’y a pas de doute : Henri de Campion, notamment, le relate dans sa relation de voyage en Angleterre («retiré pour se mettre à couvert de la haine du Cardinal » ), en août 1642, et, selon Battifol (Madame de Chevreuse, page 194), le mardi 1er mai 1643, Madame de Chevreuse quitte l’Angleterre avec le marquis de Velada, ambassadeur d’Espagne, le duc de la Valette, Montaigu, Craft et La Vieuville. Louis XIII est mourant, il peut donc rentrer (“par la permission de la reine” selon Madame de Motteville). En juin 1643, de retour en France, sa première visite en France, semble-t-il, fut pour les terres de Catherine d’O, La Vieuville se réappropria Vérigny, avec baptême d’une cloche dans l’église Saint-Rémy de Vérigny : “Moy av moys de juin 1643 ie fvs beniste par Me Esurp. Logeron, cvré de céans, et svis nommée Renée par hault et pvisst. seign. Messire Charles marquis de Vievville, cher des ordres du roy et de Barbe Edeleine, femme de Iean Covart, prevost de Chartres. Lovis Blainville et Jacques Avbert gagers, Thomas Chavvelle et Iean Mavbisson m’ont faite”, cette inscription est entourée d’une rangée de fleurs de lis, elle est surmontée d’un calvaire de fleurs.
    Richelieu n’aurait jamais accepté son retour et Louis XIII était épidermiquement hostile à l’homme. Mais il y a un autre baron d’Arzillières, c’est un certain Alexandre (de) Perrinet, mestre de camp des Dragons-Etrangers d’Arzilliers ; il est certes en Italie au moment concerné (prises de Crescentino, Nice de la Paille, Tortone), mais les régiments pouvaient se scinder en compagnies sur d’autres fronts, comme le mestre de camp peut être ailleurs. Je n’ai pas vu Pinard là-dessus, mais le Général Susane donne une rubrique (77) sur ce personnage dans Histoire de la cavalerie française, tome III, page 157.
    Alexandre, baron d’Àrzeliers. Guidon des gendarmes de Créqui (1625), lieutenant dans la compagnie des gendarmes du même de Créqui, il leva un régiment de dragons de son nom (Arzeliers), par commission du 24 janvier 1638 (guerres d’Italie, 1638-1644). En 1648, ce régiment fut licencié; d’Arzeliers passa alors dans la compagnie des gendarmes de Vendôme avec le grade de capitaine-lieutenant. Créé maréchal de camp le 19 novembre 1651, il tint le parti de la cour pendant la Fronde.
    Auprès de Richelieu, ce peut être le père, Gaspard, Dauphinois, à la fois homme de robe et homme de guerre, mort en 1654.

    Répondre
    1. Marie-Catherine Vignal Souleyreau Auteur de l’article

      Cher Monsieur,
      Je vous remercie de votre commentaire très documenté et de votre apport concernant la baronnie d’Arzillières. Ils montrent toute la difficulté à identifier de manière certaine ce “baron d’Arzillières”. Si Claude de de Rouvroy de Saint-Simon est pourvu des biens confisqués à Charles de Coasker de La Vieuville, il n’est jamais désigné sous le titre de “baron d’Arzillières” dans les papiers de Richelieu, d’autant moins qu’il est fait duc de Saint-Simon. D’où mon hésitation dans l’identification que j’avais initialement proposée. La mention faite dans cette lettre se rapporte sans aucun doute à Alexandre Perrinet, baron d’Arzeliers (ou Arzilliers).
      Avec mes meilleures salutations.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.