Texte 677, année 1636, 4 février, le cardinal de La Valette au comte de Chavigny

Louis de Nogaret, cardinal de La Valette, à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, Sélestat, 4 février 1636.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 29, f° 98-99. Original de la main de Jacques Talon, secrétaire du cardinal de La Valette. Suscription au f° 99 v° : « à Monsieur, Monsieur de Chavigny, conseiller du Roi en ses Conseils, secrétaire des commandements de Sa Majesté et chancelier de Monsieur [le duc d’Orléans] ».  

Le courrier accompagne un rapport des opérations menées en Alsace par le cardinal de La Valette (translation publiée en ligne, texte 678), et complète le courrier du comte de Guiche, destiné, le même jour, à Richelieu (translation publiée en ligne, texte 676).

Monsieur,

Vous verrez par le mémoire que je vous envoie ce qui s’est passé dans mon voyage, et par la copie de la lettre du commissaire général Ossa, le mauvais état où sont les ennemis. Je pars demain pour m’avancer du côté de Benfeld et de Strasbourg, en intention de voir ce que je pourrai entreprendre contre les troupes de Gallas et pour le secours de Haguenau. Je vous supplie de n’espérer pas trop de mon voyage de peur de vous trouver trompé car tout dépend de l’assistance de ceux de Strasbourg, à laquelle je ne prends pas une entière confiance. Mais quoi qu’il en soit, je ne veux pas que l’envie de me retirer ou de retourner en France me fasse perdre la moindre occasion du monde de servir avec le plus d’utilité qu’il me sera possible. C’est à M. le Cardinal [de Richelieu] et à vous à ordonner à ceux qui sont en Lorraine de voir ce que feront les troupes qui sont dans le Luxembourg afin que, si elles vont au secours de Gallas, les armes du Roi les puissent suivre et empêcher qu’ils ne me coupent chemin, que si les Polonais et les Cravates seulement vont joindre ledit Gallas, on me peut envoyer la cavalerie du duc de Weimar et se régler sur ce que feront les ennemis. Pour moi, je ne vois pas grand sujet de craindre, mais je pense être obligé de vous avertir de ce que peuvent faire les ennemis. Le Roi et M. le Cardinal [de Richelieu] doivent songer à conserver l’Alsace. C’est une <…> épine à la maison d’Autriche, et un pays, lequel étant remis, peut nourrir une grande armée et conserver la Lorraine. À mon retour, je vous en dirai davantage.

Faites, s’il vous plaît, en sorte qu’on nous envoie de l’argent pour acheter des blés pour Haguenau, et fournir aux nécessités de cette place. Les autres sont ravitaillées pour près de 9 mois. Nous avons pris <…> tous les ponts de la rivière d’Ill depuis Ensissen [sic, Ensisheim] jusqu’à Strasbourg. J’ai, aujourd’hui, envoyé mille chevaux à la guerre et quelque infanterie pour tâcher d’entreprendre quelque chose sur les ennemis. Je vous demande de vos nouvelles, de celles de M. le Cardinal [de Richelieu] et un compliment pour les roses vertes1. Je suis avec passion, Monsieur, votre bien humble et très affectionné serviteur,

Le cardinal de La Valette

De Sélestat, ce 4 février.

Vous trouverez bon de dire à Monsieur votre père [Claude Bouthillier] les nouvelles que je vous mande et que je suis son serviteur avec passion. J’oubliais de vous dire que M. de Hocquincourt sert aussi bien qu’il se peut. Je le ramènerai avec moi, mais c’est un homme à être renvoyé ici à exécuter ce que vous savez, ce que je ne trouve pas impossible. À mon retour, je vous en dirai davantage.

Je pensais vous envoyer la lettre du commissaire Ossa, mais étant en allemand, je me suis contenté de la faire expliquer. Elle porte que Gallas a peu de troupes auprès de lui, que le défaut de vivres l’empêche de rassembler son armée et que quoi que ceux de Strasbourg leur aient promis de ne nous point assister, qu’ils ne s’y <…> pas, que les armées de l’Empereur ne sont plus dans l’obéissance qu’elles avaient accoutumé et que tout est en confusion. Si vous trouvez occasion de procurer quelque emploi à M. de Candale, je vous supplie de ne la perdre pas. Je n’ai plus que cela à désirer pour le repos de notre Maison et je crois peut-être qu’il pourrait servir utilement.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Il s’agit de la princesse de Condé, née Charlotte-Marguerite de Montmorency, avec qui le cardinal de La Valette entretient une relation, et de la fille de celle-ci, Anne-Geneviève de Bourbon- Condé, plus tard duchesse de Longueville. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (10 octobre 2023). Texte 677, année 1636, 4 février, le cardinal de La Valette au comte de Chavigny. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqnb


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.