Texte 681, année 1636, 15 janvier, le cardinal de La Valette au comte de Chavigny

Louis de Nogaret, cardinal de La Valette, à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, Toul, 15 janvier 1636.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 29, f° 52-53. Original autographe. Suscription au f° 53 v° : « à Monseigneur, Monseigneur de Chavigny, conseiller du Roy en ses conseils, secrétaire de ses commandements, chancelier de Monsieur [le duc d’Orléans]». Le texte est accompagné d’un courrier que le comte de Guiche destine le même jour à Richelieu (translation publiée en ligne, texte 679) et d’un courrier du comte de Guiche au comte de Chavigny, de la même date et du même lieu (translation publiée en ligne, texte 680). Il est suivi d’un autre courrier du comte de Guiche à Richelieu, de Sélestat, le 4 février 1636 (translation publiée en ligne, texte 676), et est indissociable d’une lettre et d’un rapport que le cardinal de La Valette, adresse au comte de Chavigny, du même lieu, et à la même date, concernant les opérations militaires dont il a été chargé en Alsace (translations publiées en ligne, textes 677  et 678).

Monsieur,

J’ai été ravi d’apprendre de vos nouvelles par M. le comte de Guiche. Je vous envoie des lettres de Colmar et une de Benfeld, par laquelle vous apprendrez l’état des ennemis du côté de l’Alsace. Je mande à M. de Bullion le besoin que nous avons d’argent pour notre voyage. Mais je ne laisserai pas de partir pour cela demain et d’aller attendre 400 hommes du régiment de M. le cardinal [de Richelieu] à Vézelise, et les chevaux que le duc de Weimar m’a promis, lesquels il me semble qu’il retarde un peu plus que je n’eusse cru.

Il a fait ce qu’il a pu pour me divertir de faire ce voyage, mais vous pouvez penser si je suis capable de le différer. Je ferai ce qui me sera possible pour servir utilement. Manicamp mande que la cavalerie peut subsister. Hocquincourt dit tout le contraire. Dans huit jours, nous serons éclaircis de tout. Après voyage [sic], j’irai trouver M. le cardinal [de Richelieu] suivant la permission qu’il m’en a donnée. Mais je ne demeurerai pas pour cela un jour moins aux lieux où le service du Roi m’appellera, car je désire de faire mon devoir préférablement à toutes autres choses. Je vous ai plus d’obligations qu’à homme du monde et suis avec la reconnaissance et l’affection que je dois, Monsieur, votre bien humble et très affectionné serviteur,

le cardinal de La Valette

De Toul, ce 15 janvier 1636

Aigueville vient d’arriver. Je n’ai pas encore vu toutes mes lettres. Ce que vous me mandés du <…> me ravit. Renvoyez, s’il vous plait, le garçon et ayez soin des roses vertes1. J’ose vous en supplier très humblement. J’ai su la bonté dont on a usé envers M. le comte de Guiche. Ce qu’il m’en a dit me fait rire extrêmement. J’ose vous supplier de faire un compliment de2 pouvez aussi vous assurer que si je suis sur mon cheval gris, je n’en descendrai pas pour monter le noir, quoique ce soit le meilleur cheval du royaume.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. La princesse de Condé, née Charlotte-Marguerite de Montmorency, et sa fille, Anne-Geneviève de Bourbon-Condé. []
  2. La fin de la phrase est prise dans la reliure. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (12 octobre 2023). Texte 681, année 1636, 15 janvier, le cardinal de La Valette au comte de Chavigny. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqni


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.