Texte 688, année 1634, 25 février, Richelieu au père Suffren

Richelieu au père Jean Suffren, 25 février 1634.

Texte original publié dans Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, t. IV, p. 534-539. Les éléments du textes placés entre crochets l’ont été par Avenel. Des fragments de la lettre ont été publiés dans les Mémoires de Richelieu.

Au père Suffren

Mon révérend père,

Vos lettres ne m’ont pas apporté peu de consolation en me faisant connaître que le changement de lieu ne vous a pas fait changer d’affection vers une personne qui vous a toujours chèrement aimé, et me donnant espérance que la Reine est capable de [quitter] l’humeur en laquelle les artifices des vrais ennemis de Sa Grandeur l’ont mise, ainsi que vous savez. Comme je désire ce changement avec une passion indicible, je vous confesse ingénument que j’ose me le promettre, vu qu’outre les divers desseins [qu’on par le passé,] avérés avoir été faits contre ma personne par celui qui possède sa principale confiance1, nous avons encore un homme en main convaincu d’une pareille [entreprise] projetée par le même personnage, ce qui donne lieu de croire que conduisant, comme il fait, la [négociation] dont le sieur de Laleu de sa part a bonne intention, puisque d’ailleurs on vérifie [qu’il en a] de si mauvaises [lesquelles en effet sont d’autant plus dangereuses, qu’il tâche de les couvrir du manteau de piété, à l’ombre duquel les méchants et faibles esprits entreprennent d’ordinaire les plus exécrables attentats.]

Alpheston, qui a été exécuté, comme vous savez, par arrêt d’un parlement2, et le prisonnier qu’on tient maintenant3, [conviennent] en ce point que ce bon père leur a posé en fait, que diverses consultations de théologiens faites en faveur de la Reine [sur le sujet des affaires courantes] décidaient que ce qu’il leur persuadait était licite et méritoire devant Dieu. Je ne sais qui peuvent être ces théologiens, mais je sais bien qu’ils n’ont pas votre approbation [et qu’il faut établir de nouveaux fondements qui renversent ceux de saint Thomas et de] toute l’antiquité, pour en tirer une si damnable conclusion. Je n’en parlerai pas davantage parce que le fait me touche ; il me suffit que tels desseins fassent horreur à ceux qui vous ressemblent. Si Chanteloube n’avait que de bonnes [intentions] en la conduite de la Reine, il ne fallait point prendre en ce qui peut regarder sa conscience des conseils d’autres que vous, du jugement de qui ceux qui vous connaîtront comme moi, n’appelleront jamais quand vous serez bien informé. Et si l’on vous a caché, comme a fait, ces damnables entreprises, dont je m’assure que vous avouerez n’avoir rien su, [il faudrait être trop simple pour ne juger pas qu’on doit craindre une pareille dissimulation pour l’avenir].

Je désire grandement servir la Reine, mais je crains que les desseins de ceux qui sont auprès d’elle n’aillent pas seulement contre moi, mais contre l’État, comme ils ont fait par le passé, ainsi que les factions tramées dans le royaume, et diverses entreprises sur beaucoup de villes [qui ne peuvent nier], le justifient. Au reste, il est tombé, comme par miracle, une lettre ès mains du Roi, [écrite du temps que la Reine était malade, par laquelle le bon père dont est question se moque] ouvertement du voyage que le Roi fit faire au sieur Desroches4 vers la Reine, et assure celui à qui il écrit, que si ledit Desroches retourne, comme on dit, il y perdra ses pas ; ce qui ne donne pas peu [d’occasion] de soupçonner qu’il y a anguille sous roche [ès proposition que ledit père fait faire maintenant]. En un mot notre mal est en la défiance. [Si cependant] quelqu’un vous dit faussement que c’est un prétexte qu’on prend pour colorer le dessein qu’on a de ne s’accommoder pas, outre que je vous puis assurer devant Dieu que ce que je vous mande est véritable, jugez de vous-même si, après tout ce qui s’est passé, il n’y a pas [juste sujet] de crainte pour l’avenir. Les auteurs des mauvais conseils qui ont été pris étant protégés au lieu d’être châtiés, le changement que je vois en l’esprit de la Reine, et le désir que j’ai de son contentement me fait croire qu’enfin elle détestera tout à fait ceux qui l’ont si mal servie, que leur seule [conduite lui a] procuré les déplaisirs qu’elle a reçus. Je le souhaite avec passion pour son pur intérêt, qui me sera toujours aussi cher [qu’il doit être]. Je ne doute point qu’elle ne connaisse bientôt cette vérité. J’en supplie Dieu de tout mon cœur, et vous de me croire, Mon Révérend Père, votre affectionné…

On eût pu encore ajouter à la réponse ci-dessus faite au père Suffren qu’on avait vu par des lettres interceptées écrites au même temps que le sieur de Laleu était parti pour faire la proposition dont il s’agit que la Reine assurait Monsieur5 et Madame la duchesse de Savoie qu’elle aurait un soin particulier de leurs intérêts lorsqu’elle serait auprès du Roi, et qu’elle les priait d’assurer Toiras de la même chose.

Par une réponse que Madame de Guise6 faisait à la Reine, la remerciant du soin qu’elle avait voulu prendre des intérêts de Monsieur son mari7, elle la suppliait de n’en point parler lors, mais bien se réserver à le faire pour lui, lorsqu’elle serait auprès du Roi. 

On eût pu ajouter aussi l’avis que Leclerc8 m’était venu donner à moi-même, en présence du père Joseph, environ sept ou huit jours avant la venue de Laleu, de la mauvaise résolution que le père d’Alfeston9 était résolu d’exécuter contre la personne du Roi, ou contre la mienne, ce qu’il avait découvert par la fréquentation que ledit père d’Alfeston avait chez l’ambassadeur d’Espagne10, à qui il s’était découvert, en suite de quoi il disait que le susdit ambassadeur s’était privé de sa fréquentation, au lieu qu’on vérifiait par lettres interceptées dudit ambassadeur, et de Mortes, son agent, qu’ils s’adressaient en Flandres au marquis d’Aytonne, comme un homme de grand cœur, capable d’un grand dessein, en qui il se pouvait fier pour être irréconciliablement offensé par la mort de son fils.

On eût pu ajouter, outre que René, valet de Bernardière11, étant envoyé de Bruxelles à Paris, environ quinze jours avant le voyage de Laleu, avait consulté s’il pouvait me tuer licitement, le demandant à un jacobin, sur l’hypothèse suivante : savoir si, étant vrai que le précepteur du fils de son maître avait charmé ledit fils, il ne pouvait pas tuer ledit précepteur, ce qu’il témoignait ne demander pas par pure curiosité de savoir la résolution de cette question, en tant qu’il avait une fort longue carabine au col, qu’il avait apportée, comme on peut juger, apparemment avec intention d’exécuter ce mauvais dessein, dont ce père jacobin le détourna, lui remontrant que tel attentat ne pouvait être licite en aucune façon.

On eût pu ajouter que le maître de ce valet écrit tous les jours qu’il faut travailler plus que jamais au grand dessein qu’ils ont et qu’il a plus d’espérance et plus de moyen de le faire réussir que par le passé. 

On eût pu ajouter enfin que Chavagnac12, prisonnier à la Bastille, dit en termes exprès que La Vieuville lu a dit dans Bruxelles, que le vrai moyen de faire réussir les affaires de ceux qui y sont réfugiés était de feindre un accommodement, par le moyen duquel les principales personnes, revenant à la cour, pussent se défaire de moi plus aisément.

On eût pu dire encore que la Reine n’a pris résolution de s’accommoder qu’après le refus que Monsieur lui a fait de signer, conjointement avec elle, une déclaration par laquelle ils s’obligeassent tous deux aux Espagnols de ne s’accommoder jamais avec le Roi que je ne fusse ou ruiné, ou éloigné de lui, et lors même que cela serait sans leur consentement et leur gré.

On eût peu dire aussi que la grande brouillerie qui était arrivée entre Monsieur et elle sur le sujet de la blessure du Fargis13 et l’extraordinaire mécontentement qu’elle avait reçu de Puylaurens sur ce, étaient les seuls motifs de l’accommodement qu’elle recherchait.

On eût pu encore remarquer que tant s’en faut qu’en s’accommodant elle voulût épouser les intentions du Roi, qu’au contraire elle n’oubliait rien de ce qu’elle pouvait pour empêcher la rupture du prétendu mariage de Monsieur, dont le Roi poursuivait la dissolution.

Mais on ne jugeait pas à propos de donner tant de connaissance de ce que l’on savait pour diverses raisons, particulièrement pour ne donner pas lieu de pénétrer les voies par lesquelles on avait fait telles découvertes.

On estima qu’il suffisait d’en dire assez à ce bon père pour justifier qu’il y avait lieu de méfiance ès propositions qui étaient faites, et qu’on devait se servir du surplus pour se fortifier en la résolution que le Roi avait prise de ne se laisser pas surprendre par de belles apparences, qui pouvaient n’avoir autre fin que l’avantage des affaires de ses ennemis, et la ruine des siennes.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Il s’agit du père Chanteloube. []
  2. François d’Alpheston a été condamné à mort par le parlement de Metz le 22 septembre 1633. Voir Marie-Catherine Vignal Souleyreau – éd. -, Richelieu à la conquête de la LorraineCorrespondance : 1633, Paris, éditions L’Harmattan, 2010, p. 440-444. []
  3. En référence à Blaise Rouffet, emprisonné à la Bastille avant d’être transféré devant le parlement de Metz qui, après François d’Alpheston, le condamne également à mort. Voir Marie-Catherine Vignal Souleyreau – éd. -, Richelieu à la conquête de la Lorraine…, ouvrage cité, p. 21-22 et Marie-Catherine Vignal Souleyreau – éd. -, Le trésor pillé du Roi : correspondance du cardinal de Richelieu, année 1634, Paris, éditions L’Harmattan, 2013, 2 volumes, t. 1, p. 72 et t. 2, p. 20-21. []
  4. François Fumée, seigneur des Roches-Saint-Quentin. []
  5. Le duc d’Orléans. []
  6. Née Henriette-Catherine de Joyeuse. []
  7. Charles de Lorraine, 4ème duc de Guise. []
  8. Peut-être Charles Le Clerc du Tremblay, frère du père Joseph. []
  9. Pierre d’Alpheston. []
  10. L’ambassadeur d’Espagne à Bruxelles est alors François de Moncade, marquis d’Aytona. Les travaux de Sophie Guérinot-Nawrocki le confirment, en 1634, « Chanteloube rencontre fréquemment le marquis d’Aytona et le prince Thomas de Savoie », dans Les réseaux d’information et la circulation des nouvelles autour de l’exil de Marie de Médicis (1631-1642), thèse de doctorat d’histoire, soutenue à l’université de Paris-Sorbonne (Paris IV), sous la direction de  Lucien Bély, 2011, citation p. 385. []
  11. René Beaupère, valet de René de La Bernardière. []
  12. Blaise Rouffet, prétendu baron de Chavagnac. []
  13. Charles d’Angennes, comte du Fargis. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (18 octobre 2023). Texte 688, année 1634, 25 février, Richelieu au père Suffren. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqnx


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.