Texte 690, année 1633, 8 novembre, Claude Bouthillier à Richelieu

Claude Bouthillier à Richelieu, Paris, 8 novembre 1633.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 808, f° 140-141. Le texte original a été publié en intégralité dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), Richelieu à la conquête de la LorraineCorrespondance : 1633, Paris, éditions L’Harmattan, 2010, p 660-662 ; la fin de la lettre a été publiée dans Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome VIII, p. 98-99. La missive de Claude Bouthillier croise un mémoire et un  billet d’accompagnement que Richelieu lui adresse le même jour, de Fontenay-Trésigny, où il est convalescent, à propos de la mission confiée, par Marie de Médicis, à Jacques de Villiers-Saint-Genest. Ce mémoire de Richelieu, intitulé Mémoire envoyé au Roi sur le sujet du voyage du sieur de Villiers-Saint-Genest, envoyé à Sa Majesté par la reine sa mère, de Fontenay-Trésigny, le 8 novembre 1633, a été publié par Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, ouvrage cité, tome IV, p. 497-499. Le billet original de Richelieu à Claude Bouthillier, Fontenay-Trésigny, 8 novembre 1633, a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), Richelieu à la conquête de la Lorraine…, ouvrage cité, p.659-660. Voir aussi le texte 691, rédigé par Claude Bouthillier le lendemain, après réception de ces deux documents. 

À Paris, ce mardi matin 8 novembre 1633

Monseigneur,

Je revins hier au soir bien tard de Versailles, où deux nuits m’ont assuré qu’il fait très mauvais coucher dans le château, particulièrement du côté qui n’a été refait que de cette année. J’y laissai le Roi en très bonne santé grâce à Dieu. Monsieur de Bullion y était venu le matin voir Sa Majesté, qui lui dit qu’il était vrai qu’elle avait été un peu fâchée mais bons amis comme devant. Tout se passa fort bien avec ce tempérament que la colère ne durant plus, nous connûmes qu’il ne fallait rien innover aux ordres de Sa Majesté. Il est vrai que Monsieur de Bullion s’en défendit fort bien. Il avait reçu fort à propos une lettre du commissaire Renard que le Roi lut, qui porte qu’il n’a été fait aucun retranchement et que la plainte en a été avancée contre la vérité.

La lettre de Votre Éminence écrite à tout cela mit Sa Majesté en la meilleure humeur du monde. Elle a toutes les impatiences du monde de vous voir. Mais je persiste en ce que j’ai eu l’honneur de vous écrire de votre séjour de Pamfou, bien que je n’aie pas oui parler à Sa Majesté depuis d’y aller. J’estime néanmoins qu’elle y persistera si vous vous y arrêtez. D’une chose Votre Éminence peut-elle assurer qu’une heure ou deux après qu’elle sera arrivée à Rueil, elle y verra le Roi, qui me l’avait dit ainsi avec joie impatiente, avant qu’il eût vu ce que vous lui avez mandé, et mon fils à moi, de Pamfou. Je m’y serais rendu aujourd’hui, [si ce] n’était que j’attends votre réponse sur la dépêche de Bruxelles pour la porter à l’instant au Roi.

Je crois que M. le cardinal de La Valette vous aura dit que le sieur Villiers-Saint-Genest ayant demandé au Roi permission d’aller visiter la Reine de la part de la Reine mère de Sa Majesté et d’aller voir aussi Mademoiselle [Anne-Marie-Louise d’Orléans], le Roi lui permit, comme pareillement d’aller à Luxembourg [au palais du Luxembourg] voir si il n’y avait rien de dépéri et si tout était bien entretenu, ce qu’il dit que la Reine lui avait particulièrement recommandé. Le Roi me remarqua hier sur ce sujet une chose qu’il avait oubliée, qui est que le sieur de Villiers lui dit que la Reine désirait mettre en la galerie nouvelle les portraits de Sa Majesté et de la Reine, et elle au milieu des deux, comme les personnes du monde qu’elle aimait le mieux, ayant un grand déplaisir de n’y pouvoir mettre des portraits de leurs enfants, qu’on lui devait aussi envoyer les portraits de tous ses autres enfants, gendres et petits enfants qu’elle se proposait de faire mettre en faîte dans la même galerie (c’est celle qui est cintrée et qui n’est pas encore achevée), que la Reine lui avait dit qu’elle attendait tous les portraits d’Espagne, d’Angleterre et de Piémont. 

Le Roi m’a remarqué de plus que lorsque le sieur de Villiers lui parla du mauvais traitement de Monsieur [le duc d’Orléans] et de Puylaurens, il lui parla en forme de plainte que la Reine lui avait commandé de lui faire. Sa Majesté a remarqué fort à propos une chose qu’il n’a pas été besoin de vous écrire, vous l’aurez trop mieux jugée que moi, qui est que ceci fera approcher Puylaurens et l’empêchera de se tenir si ferme. 

Voyant qu’en effet la Reine cherche à s’accommoder, je suis obligé, Monseigneur, de vous dire que si le bon Dieu permettait que ces deux accommodements se pussent faire surement un jour (car il faut du temps pour ne s’y pas méprendre), ce serait couronner toutes les prospérités et les affermir en sorte qu’elles ne pourraient jamais être ébranlées par ceux qui voudraient nous empêcher de jouir du fruit qu’elles nous doivent apporter par votre sage conduite. Je crois que la Reine reconnaît enfin sa faute. Elle s’est souvenue sans doute de ce que je lui ai oui dire plusieurs fois qu’il est humain de faillir et diabolique de persévérer. La mémoire de ses fautes passées, les mauvais traitements de Monsieur  et de Puylaurens, et sa propre conscience la pressent. Et il me semble voir sur ce qu’a dit Mademoiselle Catherine à ma femme [née Marie de Bragelongne], et par quelques paroles mêmes du sieur de Villiers-Saint-Genest, que vos signalés services – je dis en son particulier – l’accusent et la font juger par elle-même coupable dans le procédé qu’elle a tenu par mauvais conseil. J’estime qu’elle voudrait se remettre bien avec vous aussi bien qu’avec le Roi et que si son courage [le] lui permettait, elle vous ferait parler. Toute la difficulté sera du quo modo

Le Roi a si bien parlé sur les atteintes qu’a données le sieur de Villiers qu’il ne se peut mieux. Je dis atteintes ce qu’il a dit à l’égard du Roi même n’est point encore demandé ni recherché <…>. Elle prendra mon jugement cette voie [sic] selon ce que lui rapportera le sieur de Villiers des dispositions de-deçà. Je trouve considérable qu’elle a envoyé ce vieillard, qui est homme de bien, et qu’elle n’avait pas voulu encore envoyer. Il a dit au Roi mille louanges de Votre Éminence sur toutes les choses passées et que tous les vieux serviteurs de la Reine pleuraient tous les jours de ce qu’elle vous avait quitté. Ce qui est de plus précis là-dessus est ce qui est dans le mémoire que je vous ai envoyé que si la Reine était ici, le sieur de Villiers croit qu’elle ferait là-dessus tout ce que le Roi voudrait, mais qu’il disait cela de lui-même, ainsi que l’article de Chanteloube pour le laisser là, ce que je tiens une ouverture de la Reine. Il est vrai qu’il en faut bien d’autres pour venir à un bon accommodement soit pour la demeure au-dedans, soit au dehors. Ces matières-là sont très épineuses et se peuvent dire de apicibus.

Après tout cela, si vous pouvez contribuer au soulagement du pauvre peuple, vous achèverez un siècle de bénédiction et que l’on appellera d’Or. Nous sommes après Monsieur de Bullion et moi pour faire voir par démonstration certaine que nous le déchargerons l’année prochaine 1634 de plus de cinq millions sans le règlement pour payer toujours les gens de guerre par avance, dont il ne se faut jamais départir, ce qui soulagera encore plus qu’il ne se peut dire. Je suis après à faire cet éclaircissement net, je dis ce soulagement effectif des cinq millions afin que nous en mettions une clause entière dans les commissions des tailles que nous allons envoyer. Il y a du bien qu’il faut publier le plus tôt et le plus que l’on peut, comme celui qui donnera vigueur au peuple. Mais il n’en faut pas parler s’il n’est bien certain et si nous ne voyons clairement que les charges de l’État puissent avec cela être portées. Sur quoi baisant très humblement les mains de Votre Éminence, je demeurerai toute ma vie, Monseigneur, votre très humble, très obéissant, très fidèle et très obligé serviteur,

Bouthillier

Je suis extrêmement aise que ma femme soit partie pour Brézé. Elle aura soin [de] tout de ce que vous lui commandez. Selon sa dernière, elle doit être partie aujourd’hui.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (20 octobre 2023). Texte 690, année 1633, 8 novembre, Claude Bouthillier à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqo2


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.