Texte 692, année 1633, 9 novembre, Claude Bouthillier à Richelieu

Claude Bouthillier à Richelieu, Versailles, 9 novembre 1633.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 808, f° 143-144. Le texte original a été publié par Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), Richelieu à la conquête de la LorraineCorrespondance : 1633, Paris, éditions L’Harmattan, 2010, p. 662-663.

Il est le second de trois courriers adressés le même jour à Richelieu, par Claude Bouthillier et Claude de Bullion, à propos de la venue à la Cour de Jacques de Villiers-Saint-Genest, dépêché au Roi pour négocier un possible retour de la Reine mère dans le royaume : voir les textes 691 et 693.

À Monseigneur le cardinal, 9 novembre 1633, sur le sujet du voyage du sieur de Villiers-Saint-Genest vers le Roi, de la part de la Reine sa mère.

À Versailles, ce mercredi après-midi, 9me novembre 1633.

Monseigneur,

Le Roi a trouvé ce que vous lui avez envoyé parfaitement bien et m’a commandé de vous écrire qu’il parlerait conformément au mémoire qui est entièrement selon son sens1, qu’il doutait que le sieur de Villiers voulût se charger de la commission de ramener le cheval, mais qu’au cas qu’il s’en excusât parce que cela le pourrait ruiner près de la Reine, au moins n’oserait-il manquer à lui dire le commandement que le Roi lui en avait fait, et comme Sa Majesté la priait de ne point permettre de si mauvaises actions, suivant ce qui est rapporté. Le bon homme vint hier ici et doit revenir demain. Le Roi pour cette raison a retenu le mémoire, ne voulant manquer en aucun point à ce qu’il contient. Il le serrera dans sa cassette pour vous le rendre à vous-même ou bien à moi pour le même effet. 

Sa Majesté m’a commandé en outre de vous écrire qu’elle prit hier sujet de reparler à Villiers de Chanteloube comme d’un très méchant homme et qu’il lui dit que c’était pitié de le voir, qu’il avait les gouttes depuis les pieds jusqu’à la tête, qu’il l’avait particulièrement en haut des cuisses, dans les hanches et au col, qu’il ne pouvait remuer, qu’il ne pouvait plus venir chez la Reine qu’une fois en quinze jours, qu’il paraissait comme un mort et que l’on jugeait qu’il ne vivrait plus guère.

Sur Madame du Fargis, il lui dit qu’elle n’allait chez la Reine que lorsque la princesse Marguerite [de Lorraine, duchesse d’Orléans] y allait. Il hésita un moment, mais le Roi ayant dit la princesse Marguerite, le bonhomme dit de même et continua à la nommer ainsi. Il compta au Roi comme Monsieur [le duc d’Orléans] ayant présenté Madame du Fargis à la princesse Marguerite, la Reine l’ayant su et croyant que c’était pour la faire dame d’honneur, elle dit tout ce qui se peut contre elle pour l’en exclure et qu’elle continue toujours de même. Il lui dit encore les choses qui ensuivent : que Puylaurent était fort mal avec la princesse Marguerite, que c’était une humeur fort douce, et qu’elle était très bien avec la Reine. Le Roi lui demandera demain comment il serait possible qu’elle approuvât un mariage qu’elle sait qui lui serait si désagréable ; que l’on fit à Bruxelles des feux de joie du passage du duc de Feria et du lèvement [sic, levée] du siège de Brisach, de quoi tous les gens de Monsieur témoignaient grande réjouissance, et qu’aucun de la maison de la Reine en faisant de même, elle leur dit qu’ils se réjouissaient d’une chose dont peut-être ils auraient tout loisir de pleurer avec des larmes de sang.

Le bonhomme Villiers supplia hier le Roi d’accorder un passeport au sieur Lenoir, contrôleur de la maison de la Reine, sur quoi Sa Majesté lui ayant demandé si il était des amis de Chanteloube, il l’assura que tout au contraire et que c’était un de ceux qui blâmait le plus les mauvais conseils qui ont été donnés à la Reine et qu’il y avait de la pitié en son fait, parce que sa femme étant morte en Flandre, y ayant des enfants de deux mariages, tout était en désordre en sa famille. Sa Majesté, qui a toujours connu ledit Lenoir pour bon homme, lui a accordé le passeport. Je vous puis ajouter à cela que je l’ai toujours connu votre serviteur et que le bonhomme Racinière nous a assuré qu’il a toujours continué à l’être, parlant par-delà comme il fallait.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Mémoire envoyé au Roi sur le sujet du voyage du sieur de Villiers-Saint-Genest, envoyé à Sa Majesté par la reine sa mère, établi par Richelieu, à Fontenay-Trésigny, le 8 novembre 1633, publié par Denis-Louis-Martial Avenel – éd. -, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome IV, p. 497-499. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (22 octobre 2023). Texte 692, année 1633, 9 novembre, Claude Bouthillier à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqo6


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.