Texte 696, année 1632, 2 mai, Guron à Richelieu

Jean de Rechignevoisin, seigneur de Guron, à Richelieu, Nancy, 2 mai 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de la Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 9, f° 241. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p.  192-193.

Monseigneur,

Depuis hier au soir jusqu’à ce soir, j’ai été combattu si je devais ajouter foi à une nouvelle dont j’ai eu divers avis pressants, jusqu’à me souvenir à en recevoir accusation devant le Roi si je manquais d’en donner avis et parmi cela s’est rencontré telle personne que son retour ne m’entête à grande honte. C’est la perte de Metz qu’on assure infaillible sur les mécontentements de M. [le duc] de La Valette, tant sur ce qui regarde le parlement, que des sujets pris de l’armée qui l’a fait résoudre d’y appeler Monsieur [le duc d’Orléans], qu’on dit devoir partir de Bruxelles pour s’y en venir, et qu’il a donné sa parole à la princesse de Phalsbourg, qui partit d’ici mercredi 28 du passé avec une seule femme dans son carrosse, au moins d’un de ses amis qu’elle emprunta, et revint jeudi à la nuit. Si elle eut demeuré davantage, le public croyait que c’était Puylaurens qu’elle allait voir, parce que Molimes était venu ici, qu’on fit cacher après avoir été vu de tous, et partit le matin, dont la princesse partit après-dînée. Enfin après avoir bien rechercher, on a découvert que c’était le pourparler [sic], auquel on a pris telle espérance qu’une grande inquiétude qui paraissait ces jours dans l’esprit des hommes et des femmes s’est convertie en une joie qui éclate partout.

On ne voit ici que préparatifs de guerres. On a fait sortir échelles et pétards pour marcher avec les vingt cornettes de cavalerie, et environ trois mille hommes de pied, qu’on a dit depuis deux jours qu’on envoyait vers Strasbourg, et que ceux de cette ville sont venus au-devant offrir raison. Mais cela est une voie pour acheminer ses troupes vers Vaudrevange, et s’approcher de la Moselle pour servir à l’entreprise de Metz, au moins pour attendre Monsieur. Et Montecuculli est venu joindre Haraucourt pour commander ses troupes et être de cette partie. S’il est temps, on croit qu’il serait à propos d’envoyer M. le cardinal de La Valette à Metz. 

J’ai averti M. des Noyers pour conférer que M. de Feuquières, afin de voir s’il y a remède, de parler aux habitants, et les disposer de recevoir promptement des troupes du Roi pour leur conservation, s’il y a garnison dans la ville de l’avertir d’être sur ses gardes, et s’ils peuvent approcher parts de l’armée aux environs de Metz, avec l’ordre de M. de La Force qu’il faut gagner le chemin de Luxembourg et Thionville à Metz, car Monsieur doit venir avec sa cavalerie du Luxembourg pour établir le siège de son empire en cette ville. Cette pensée est rude, mais du lieu d’où je le tiens, je serais digne de perdre la vie si j’avais manqué d’en donner avis, et serai digne de pardon si j’ai été si avant contre l’honneur de ceux qu’on soupçonne, si tant est que la chose soit fausse. Ce qu’on ne croit pas, et même sans une diligence et faveur de Dieu extrême, qu’on y puisse assez tôt remédier, tous les jours courriers de Monsieur ici et les serments solennels faits à la Reine mère et à Monsieur de ne s’accommoder jamais sans eux sont si connus que je m’étonne de l’assurance qu’on achève de les désavouer. 

On fortifie sans excepter les dimanches. On fait venir tout ce qu’on peut de grains de la campagne. On démeuble visiblement les maisons. On arme publiquement les régiments et compagnies de cavalerie en ma présence. On envoie les gouverneurs dans leurs places. On avait résolu de s’en aller demain. Je dis tous les princes sans me rien dire. Et moi, je dissimulais toutes ces choses pour la honte de demeurer ici, si j’eusse fait semblant de les apercevoir. J’en parlais quelquefois. On faisait passer tout cela pour illusions. J’ai bien eu envie de leur dire que sans cela je voulais aller attendre les commandements du Roi à Toul, néanmoins, j’ai cru devoir surseoir jusqu’à ce que je pusse savoir de vos nouvelles. Je suis si malheureux que de n’avoir pas eu le contentement, ne sachant si mon zèle et bonne affection n’a point déplu en quelque chose. Mais je suis assuré qu’il y a de la trahison envers Votre Éminence de divers endroits, ou on me trompe. Je remets cela au temps que j’aurai l’honneur de vous voir. Chacun qui ne sera content voudra désormais rançonner le Roi et jeter sur vous le mal. Et plusieurs penseront s’attribuer le bien. Je ne sais que devenir. J’ai défendu tout ce que j’avais ici en courriers et divers envois de tous côtés, et si je ne sais si je suis agréable, ne sachant plus que faire ni où aller si je ne reçois les commandements du Roi et les vôtres. 

Écrit à Nancy, le 2 mai 1632

Guron

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 octobre 2023). Texte 696, année 1632, 2 mai, Guron à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqoe


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.