Texte 717, année 1636, 2 février, l’évêque de Mende au comte de Chavigny

Sylvestre Crugy de Marcillac, évêque de Mende, à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, Nancy, 2 février 1636.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 29, f° 91-92. Original de la main d’un secrétaire. Suscription au f° 92 v° : « à Monsieur, Monsieur de Chavigny, conseiller du Roi en ses conseils, grand trésorier de ses ordres, secrétaire d’État, chancelier et chef du conseil de Monsieur [le duc d’Orléans] ». D’une écriture différente, pour le classement : « M. de Marcillac, évêque de Mende, Nancy, 2 février 1636 ».

Il s’agit de la première de deux lettres rédigées ce jour-là par le signataire, la seconde étant destinée à Richelieu (translation publiée en ligne, texte 729).

Monsieur,

Je me suis rendu en cette ville pour résoudre avec M. le marquis des Fossez et Messieurs de Villarceaux et Fremyn les places qui doivent et peuvent être présentement démolies. Nous en avons fait l’état et le partage afin que chacun sache à quoi il doit travailler1

En même temps, j’ai donné mes ordres au sieur de Sezilles, lieutenant de la connétablie, pour aller mettre la main sur celles qui sont tombées dans mon département. Ce travail a été un peu différé à cause que Mondit sieur de Villarceaux n’a pas été en commodité, ou en humeur, de se rendre ici plus tôt pour prendre cette résolution, quelques instances qu’on lui en ait faites. Il faudra que la diligence à travailler répare ce retardement. Maintenant, Monsieur, je retourne à Metz pour tenter encore une fois si je pourrais obtenir de M. le duc de Weimar qu’il me fasse accommoder en payant des blés que ses gens pourront amasser dans la Woëvre, outre ceux qui seront nécessaires pour leur subsistance. Je l’ai tenté jusqu’ici inutilement. Je ne sais si je serai plus heureux à ce coup. C’est la seule ressource que je puis avoir de ce côté-là. S’il n’est pas en état de m’y favoriser, il faudra que je me retire ailleurs. 

Je crois qu’en arrivant à Metz, j’y trouverai de retour l’homme du révérend père Joseph, ou du moins de ses nouvelles, desquelles je ne manquerai pas de vous avertir en même temps. 

Pour la fin de ceste lettre, je suis obligé, Monsieur, de vous faire une très humble supplication en faveur de M. de Campels, major de Metz, qui sert le Roi avec grand soin et affection. Il a de fort petits appointements et fort différents de ceux des autres places, quoique la ville de Metz ne soit pas moins considérable. S’il pouvait être traité comme ceux de Picardie, ce serait lui faire une grâce dont il vous serait éternellement redevable. Rien ne m’oblige à vous faire cette supplication que la bonne volonté que je reconnais en lui pour le service du Roi et l’estime que je sais que M. le cardinal de La Valette en fait. J’espère que ces considérations feront que vous pardonnerez la liberté que je prends de vous donner ceste importunité, puisque je suis et veux être toute ma vie, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

Marcillac, évêque-comte de Gévaudan

À Nancy, ce 2me de février 1636. 

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir le « Département des châteaux et places qui doivent être démolies en Lorraine », document conservé en plusieurs exemplaires : l’original est conservé au Ministère des Affaires étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 25, f° 316-317 ; une copie se trouve à la Bibliothèque nationale de France, collection Manuscrits français, volume 18889, f° 187, dont un extrait a été publié par dom Augustin Calmet, Histoire de la Lorraine… Nouvelle édition, revue, corrigée et augmentée par l’auteur…, Nancy, A. Leseure, 1745-1757, 7 volumes, au tome VI, p. 209-210. Il figure en intégralité dans Quentin Muller, Le lys face aux armoiries : Richelieu et la noblesse lorraine, sans lieu, Publications historiques de l’Est / Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire / Université de Lorraine, 2021, annexe 14, p. 203-204. On peut aussi consulter l’ « Extrait de l’acte fait à Nancy le premier février mille six cent trente-six, par l’avis et en la présence de M. le marquis de Fossez, entre Messieurs les évêque de Mende, Mangot-Villarceaux et Fremyn, conseiller au parlement de Metz, et conseil souverain de Nancy, sur le fait des démolitions des places de Lorraine », conservé au Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 29, f° 85-86, copie sur laquelle a été portée la mention « envoyé par M. Fremyn, 8 janvier 1636 » [sic], publiée par Quentin Muller, Le lys face aux armoiries : Richelieu et la noblesse lorraine, ouvrage cité, annexe 13, p. 201-202. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (24 novembre 2023). Texte 717, année 1636, 2 février, l’évêque de Mende au comte de Chavigny. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqq0


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.