Texte 720, année 1635, 6 novembre, le cardinal de La Valette au comte de Chavigny

Louis de Nogaret, cardinal de La Valette, à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, Château-Salins, 6 novembre 1635.

Ministère des Affaires étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 27, f° 26-27. Original autographe. Suscription au f° 27 v° : « à Monsieur, M. de Chavigny, conseiller du Roi en ses conseils, secrétaire des commandements de Sa Majesté et chancelier de Monsieur [le duc d’Orléans], à Paris ». Pour le classement : « Château-Salins, 6 novembre 1635 ».

Il s’agit de la première de deux lettres que le cardinal de La Valette adresse le même jour au comte de Chavigny : voir également la seconde, texte 721.

Monsieur,

Je n’ai quasi pas le loisir de vous écrire, tant le sieur de Mayola a hâte de partir. Les ennemis sont encore dans leurs retranchements, où ils souffrent tout ce qu’on se peut imaginer. Toutes choses leurs manquent, jusqu’à l’eau. Si nous eussions attendu deux jours au lieu où nous étions, ils étaient perdus. Toutes les armées de l’Empereur, hors celle de Piccolomini, et quelque peu de troupes qu’ils ont laissées en Silésie, sont avec Gallas. Si celles-ci étaient ruinées, ils auraient tout perdu. Leur infanterie est fort faible et se diminue tous les jours par les maladies. Si notre noblesse veut avoir patience, nous incommoderons extrêmement les ennemis. Et il y a apparence qu’ils seront forcés de décamper et d’aller prendre leurs quartiers d’hiver, si ce n’est qu’ils attendent une suspension d’armes, comme on en parle dans leur armée et qu’ils veuillent qu’elle les trouve en Lorraine.

J’ai avancé 50 mille francs au duc de Weimar sur ce que le Roi lui doit donner. Les longueurs qu’on apporte à dépêcher le sieur de Ponica [Ponitzkaw] lui donnent soupçon d’un traité de paix. Et il me semble bien à propos, quoi qu’on veuille faire, de s’assurer de lui, car c’est un homme qui nous est nécessaire et qui ne manquera jamais de parole. Il veut aller voir le Roi et M. le Cardinal, à quoi je le porte autant qu’il m’est possible. Il me semblera à propos de lui envoyer un présent. Je ne vous puis écrire beaucoup de choses que je voudrais, bien que vous sussiez. Faites-moi, s’il vous plaît, l’honneur de me conserver vos bonnes grâces et de croire que je suis avec la passion et la reconnaissance que je dois, Monsieur, votre plus humble et très obligé serviteur,

le cardinal de La Valette

De Château-Salins, ce 6 novembre.

Je vous supplie de m’envoyer l’ordre pour la révocation du pouvoir de Bellefonds, car cela m’importe extrêmement. Il est tout-à-fait à M. Servien <…>.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (28 novembre 2023). Texte 720, année 1635, 6 novembre, le cardinal de La Valette au comte de Chavigny. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqq7


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.