Texte 723, année 1636, 22 février, Jacques de Saint-Aubin au comte de Chavigny

Jacques II de Saint-Aubin à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, Metz, 22 février 1636.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 29, f° 139-140. Original autographe. Suscription au f° 140 v° : « à Monseigneur, Monseigneur de Chavigny, conseiller du Roi en tous ses conseils, secrétaire de ses commandements et chancelier de Monseigneur, frère unique de Sa Majesté, en cour ». D’une écriture différente, pour le classement : « M. de Saint-Aubin, Metz, 22 février 1636 ».

Monseigneur,

J’estime que vous aurez reçu ma dernière du 16e de ce mois1 et celle-ci sera pour garder la coutume et le devoir que je vous dois de vous écrire plus que pour autre chose que j’aie à vous faire savoir. Et, toutefois, j’ai à vous dire que j’ai reçu ce matin lettre d’un mien frère qui est à Strasbourg2, lequel m’écrit du 14e de ce mois que, depuis le départ de Monseigneur le cardinal de La Valette hors de l’Alsace, le général Gallas s’est acheminé à Spire afin d’y ramasser ses troupes pour quelque dessein qui est encore inconnu. Mondit frère ajoute qu’il a vu plusieurs lettres de Leipzig par lesquelles se voit comme toute la Misnie est grandement alarmée pour l’arrivée des Suédois qui courent jusqu’aux portes de ladite ville de Leipzig, où tous les habitants sont en une merveilleuse peine pour la crainte qu’ils ont de se voir encore une fois réduits à la violence des armes qu’ils ont si souvent éprouvées, car l’armée de leur électeur [le duc Jean-Georges Ier de Saxe] est si affaiblie et ruinée par celle de Banier [Johann Baner], qu’elle n’agit plus que par une légère défensive, quelques sujets de cet électeur écrivent qu’il a obtenu une surséance d’armes pour six semaines par l’intercession du duc de Mecklembourg. Mais ceux qui affectionnent le parti suédois n’en parlent nullement, ains assurent que Banier poursuit la pointe et qu’une autre armée suédoise marche droit en Silésie. En somme, nous avons peine aujourd’hui d’avoir la vérité de ce qui se passe en Allemagne, parce que les affections y sont diverses, et dans Francfort, où aboutissent toutes les nouvelles, ils ont défense sur peine de la vie d’en mander aucune, ce qu’ils ont fait et réitéré notamment depuis les progrès des Suédois sur les Saxons.

Au reste, Monseigneur, par le retour d’un gentilhomme de Monsieur de Bussy [Charles II de Lameth, comte de Bussy], parti de Trèves lundi dernier, j’ai appris comme la ville de Coblence est toujours ès mains dudit sieur de Bussy, lequel a fait encore depuis peu une sortie avantageuse sur les troupes de Gronsfeld qui le tiennent assiégé et l’on m’a assuré qu’il y a encore des vivres pour quelque mois. J’ai aussi avis certain que tous les chefs ennemis sont à présent assemblés dans la ville de Luxembourg, entre lesquels est le duc Charles [de Lorraine] nouvellement arrivé de Bruxelles, auquel ils ont donné le choix de deux places pour se retraite, assavoir ladite ville de Luxembourg et celle de Sierck. Mais on tient qu’il ira en cette dernière, car il y fait mener tout son équipage qu’il avait laissé à Trèves en s’en allant à Bruxelles, selon qu’a vu le susdit gentilhomme, lequel m’a assuré que c’est pitié de voir le ravage que les Impériaux font par tout ledit évêché de Trèves et que Cerfontaine n’en fait pas moins dans Trèves où tous les habitants commencent à regretter bien fort Monsieur de Bussy et son bon traitement. Le bruit est grand audit Trèves et partout le Luxembourg que les Croates et Polacres en vont sortir pour passer la Meuse. Mais nous craignons plutôt que ce ne soit pour retourner sur notre pays, parce qu’ils y ont encore laissé quelque peu de fourrage.

Au surplus, Monseigneur, il y a environ deux jours qu’un nommé Chapelle, Lorrain, se saisit du fort château de Clémery, sur la Seille, proche de Nomeny, lequel deux jours après fut investi par nos garnisons dudit Nomeny et quelques chevaux légers et quelques carabins envoyés de cette ville, si bien que du jour d’hier, ledit château s’est rendu à la première sommation que lui est venu faire le colonel Hebron et sont sortis à vie sauve sans plus, hormis les Français trouvés parmi eux. Ledit La Chapelle en était sorti deux heures avant qu’il fut investi. On va raser ce lieu dès aujourd’hui comme on a déjà commencé celui de Port-sur-Seille. C’est tout ce que j’ai à vous informer pour le jourd’hui et suis sans cesse, Monseigneur, votre très humble et très obéissant et fidèle serviteur,

de Saint-Aubin

À Metz, ce 22 février 1636

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Jacques II de Saint-Aubin au comte de Chavigny, Metz, 16 février 1636, original autographe conservé au Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 29, f° 116-117. []
  2. Pierre de Saint-Aubin. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (3 décembre 2023). Texte 723, année 1636, 22 février, Jacques de Saint-Aubin au comte de Chavigny. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqqh


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.