Texte 725, année 1636, 6 juin, Saint-Aubin au comte de Chavigny

Jacques II Saint-Aubin à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, Metz, 6 juin 1636.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 29, f° 251-252. Original autographe. D’une écriture différente, pour le classement : « M. de Saint-Aubin, Metz, 6 juin 1636 ».

Monseigneur,

Il est vrai que j’ai discontinué quelques semaines à vous informer des nouvelles d’Allemagne parce que j’ai eu avis de votre départ de la cour pour accompagner Monsieur [le duc d’Orléans] en son dernier voyage. Mais je n’ai manqué pourtant, selon les occurrences de continuer les miennes à Monseigneur [Claude] Bouthillier et lui ai rendu compte de tout ce qui est venu à ma connaissance, dont ma dernière a été le 30e du passé, depuis laquelle j’ai reçu quelques nouvelles d’Allemagne bien récentes qui m’obligent à vous en informer par celle-ci.

En premier lieu, Monseigneur, l’on mande de Vienne que le roi de Hongrie en est parti le 14e de mai pour se rendre à Prague, et de là qu’il ira à Spire, que l’Empereur devait partir le 19e dudit mois pour s’acheminer à la journée de Ratisbonne mais doit séjourner à Lintz en attendant nouvelles de tous les électeurs, que celui de Brandebourg a résolu de s’y trouver en personne, encore qu’il y envoie avant lui M. le comte de Schwartzenbourg [sic, Adam von Schwarzenberg] et quelques autres de ses principaux conseillers. On tient que cette diète ne se tiendra point avant la fin de juillet.

J’ai aussi avis de Francfort du 27e de mai que pour certain, les troupes du landgrave de Hesse, savoir trois mille hommes de pied et deux mille chevaux, ont joint celles du général Leslie, Suédois, près de la ville de Ham, comme aussi quinze cents chevaux levés en Hollande par Melander, que tout cela fait une armée fort leste de plus de quinze mille hommes effectifs, gens d’élite et de résolution, qui donnent bien à penser au général Götz, lequel tient à présent Ehrenbreitstein bloquée, mais encore plus effraie le major Lombay qui assiège Hanau, lequel sur cet avis a pris résolution de mettre fin à un si long et important siège. Pour effet, il a fait venir encore trois régiments d’infanterie de l’armée de Gallas, lesquels ont passé depuis peu de jours à Francfort. Mais on n’y a compté qu’environ six cents hommes en tous ses trois régiments. En somme, plusieurs lettres nous assurent que ladite ville de Hanau <…> être secourue et ravitaillée par les susdites troupes.

L’on m’écrit de Strasbourg du 1er de ce mois que Haguenau est toujours investie par les troupes de Gallas, lequel pourtant était encore à Spire le 27e du passé, où il prépare toutes choses pour entreprendre ladite ville à bon escient, que, pour cet effet, a fait tirer du canon de Saverne et autres lieux pour mener devant ledit Haguenau et qu’il était sur le point de se rendre en personne à ce siège. On mande de Nuremberg que le 24e de mai, il était passé par ladite ville quelques huit cents chevaux d’artillerie venant de Bohême pour l’armée de Gallas et qu’ils ont pris le chemin de Wurtemberg, où, en passant, ils doivent ramener du canon et autres munitions de guerre, dont ledit Gallas a besoin.

Pour ce qui est du général Banier, nonobstant plusieurs faux bruits qui ont couru de ses victoires, on m’écrit de plusieurs lieux que son armée, affaiblie par la forte garnison qu’il a mis dans Magdebourg et quelques régiments qu’il a donné au général Leslie, a été contrainte de se retirer jusqu’à Tangermünde, ville située sur l’Elbe, ès lisières du Brandebourg, pour, de là, tâcher de à joindre les troupes du général Wrangel, Suédois. Mais, par cet éloignement, l’électeur de Saxe s’en est prévalu et a fait avancer son armée, jointe à celle du général Hatzfeld, jusque près de Magdebourg, qu’il tient investie à présent, et a résolu de l’assiéger de toutes ses forces, de sorte que ledit électeur a pris son quartier général à Saltz, qui n’est qu’à une bonne lieue de Magdebourg, et a fait construire un pont de bateaux sur l’Elbe, à demi-lieue de ladite ville.

Cependant, le général Maracini, Impérial, a laissé ses troupes en Poméranie et s’est acheminé par poste jusqu’en Silésie pour y ramener des troupes, comme aussi de l’artillerie et munitions de guerre, dont il a faute, ce qui a été cause que jusqu’à présent il n’a pu rien exécuter contre ledit Wrangel en Poméranie. On écrit aussi que l’Espagnol forme encore en Silésie une petite armée d’environ huit mille hommes.

Vous saurez aussi, Monseigneur, que le château de Kreuznach a été finalement rendu au marquis de Bade, Impérial, par composition faite le 29e du passé. Mais de quatre cents soldats qui en devaient sortir avec armes et bagage, et enseignes déployées, plus de la moitié ont été débauchés avant leur sortie, et le reste faisant quelque 150 hommes, sont arrivés dès avant-hier dans cette ville avec leur gouverneur nommé Stauf, officier du prince Louis Palatin. Cette fâcheuse nouvelle a bien fort affligé ce pauvre prince car il se voit maintenant dépouillé de tous ses États, villes et châteaux. Et ce qui augmente son mal, c’est que la contagion lui a fait mourir ici la plupart de ses domestiques, depuis quelques semaines.

Pour les occurrences de-deçà, n’y a rien de considérable, sinon que depuis huit jours, La Chapelle, chef lorrain, a failli une entreprise sur Nomeny, petite ville à 4 lieue d’ici, où nous avons trois cents Écossais en garnison du régiment de Hebron, lesquels ont couru fortune de perdre tous la vie avec la place, où il y a un bon château dans lequel, ils tenaient prisonnier quelque 10 à 12 soldats dudit La Chapelle, lesquels, à l’aide des bourgeois qui sont bons Lorrains, surprirent les gardes et rompirent la porte des prisons et par ce moyen se rendirent maître dudit château. En même temps, La Chapelle se trouva aux portes de la ville avec 400 chevaux. Mais la diligence du gouverneur écossais, qui mit promptement le feu aux portes du château, lui fit reprendre par force à l’aide de toute la garnison, qui dans la présente furie ont mis tous lesdits prisonniers au fil de l’épée, à la réserve de deux, tant seulement pour apprendre plus clairement les circonstances de cette conspiration, où ses deux prisonniers ont accusé tous les principaux bourgeois et tous les religieux d’un couvent qui est audit Nomeny, dans lequel a été trouvé quantité d’armes préparées pour l’exécution , de sorte que notre cour de parlement veut avoir connaissance de cette affaire afin de faire châtier les coupables. C’est là, Monseigneur, tout ce que j’ay à vous informer pour aujourd’hui et suis au demeurant, Monseigneur, votre très humble et très obéissant serviteur,

de Saint-Aubin

À Metz, ce 6e juin 1636.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (16 décembre 2023). Texte 725, année 1636, 6 juin, Saint-Aubin au comte de Chavigny. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqqu


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.