Texte 730, année 1632, 12 mai, Richelieu à Louis XIII

Mémoire de Richelieu destiné à Louis XIII, 12 mai 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 9, f° 146-154. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 201-208.

Avis sur les affaires courantes, le 12e mai 1632

Pour bien résoudre ce qu’il fallait faire pour éviter présentement les troubles qu’on méditait contre la France, et s’en garantir à l’avenir, il fallait considérer soigneusement qui étaient ceux qui les tramaient, et les moyens dont ils se voulaient servir :

– Que l’Empire, l’Espagne, la Lorraine, la Reine [Marie de Médicis] et Monsieur [le duc d’Orléans] étaient ceux qui voulaient troubler la France.

– Que les moyens qu’ils voulaient tenir étaient une étroite union entre eux, y attirer le plus d’autres princes qu’ils pourraient, comme l’Angleterre et la Savoie, la surprise de quelque place importante, la corruption de quelque gouverneur au-dedans du Royaume, ou l’assassinat de ceux qu’ils pensaient plus assurés au Roi, ou qu’ils jugeaient lui être moins inutiles à l’évènement de l’un desquels desseins. Ils étaient résolus d’entrer en France avec armée qu’ils tenaient prêtes à cet effet.

– Que leur résolution était si clairement vérifiée par tant d’avis de divers lieux certains, et par tant de pièces surprises, qu’il était impossible d’en douter.

– Que ce que dessus étant non seulement présupposé, mais connu par preuves, il faudrait être fol aveugle, ou méchant, pour ne pratiquer pas tous les remèdes nécessaires pour éviter les inconvénients qui pouvaient arriver de tels desseins.

– Que la première chose qu’il fallait faire était de mettre tous les ordres nécessaires pour la conservation de la personne du Roi, et en suite de ses serviteurs.

– Que la seconde était de pourvoir à la sûreté des places du royaume autant qu’on le pourrait faire, établissant de bonnes garnisons, et si bon ordre en icelles qu’elles fussent effectives dans les places, et non seulement dans la bourse des capitaines, comme elles avaient été jusqu’alors.

– Qu’il fallait en outre châtier les gouverneurs infidèles si on en avait des preuves assurées, changer les suspects si on avait sujet apparent de les soupçonner, la raison d’État ne permettant pas en conscience qu’on manquât de remédier à un mal qui pourrait produire la ruine d’un royaume, lors même qu’on n’en avait pas preuve évidente, mais seulement juste sujet de le soupçonner, principalement si le remède qu’on y pouvait apporter ne faisait point de tort à celui contre lequel on le pratiquerait1.

– Que la troisième chose qu’il fallait faire était d’empêcher que l’union des conspirants [sic] ne se grossisse, et rompre celle qui était déjà faite autant qu’on le pourrait, soit en les détachant, et gagnant ceux qui en étaient s’il était possible, soit en les mettant par la force en état de ne pouvoir nuire.

– Que pour ce faire, il fallait considérer le dedans et le dehors, quant au-dedans, ayant pourvu à Calais qu’on avait grand lieu de soupçonner, si, ensuite de la punition de Marillac2, on était soigneux de châtier ceux qui viendraient à manquer, il n’y avait rien à craindre.

– Que pour ce qui était de Marillac et de la Reine, il n’y avait rien à faire qu’à les laisser souffrir le mal qu’ils se faisaient à eux-mêmes, jusqu’à ce que ne pouvant plus le supporter, l’excès de leur douleur, et l’impuissance qu’ils reconnaitraient avoir de faire mal à la France, les contraignît de rentrer en leur devoir.

– Que l’Empereur n’avait que trop d’occupation.

– Que l’Espagne en aurait assez, puisque les Hollandais allaient se mettre à la campagne, et qu’ils avaient, en outre, entrepris le secours du Palatinat.

– Que les Anglais seraient toujours retenus de produire aucun effet de la jalousie naturelle qu’ils avaient contre nous, si nos affaires étaient en bon état, joint que la considération du Palatinat, dont ils désiraient le recouvrement, et auquel ils croyaient que nous étions nécessaires en tant que nous assistions le roi de Suède, les empêcherait de rien entreprendre à notre préjudice, ce qu’aussi bien ils ne sauraient faire sans troubler leur propre repos, dont leur nécessité et leur paresse naturelle leur faisaient désirer la conservation3.

– Que M. de Savoie n’était pas encore lié contre la France, et ne se déclarerait pas qu’il n’y vît beau jeu, ce qui faisait qu’à son « égard, il n’y avait rien à faire qu’à maintenir nos affaires en état qu’il eût sujet de craindre la puissance du Roi s’il lui manquait.

– Qu’il ne restait rien à faire qu’à pourvoir au duc de Lorraine.

– Que pour bien juger de la résolution qu’il fallait prendre à son égard, il fallait considérer exactement quel a été son procédé avec la France, et particulièrement depuis le traité qu’il fit à Metz il y six mois, se réconciliant avec le Roi4

– Que par le traité, il s’était obligé à quatre choses principales, à toutes lesquelles il avait manqué, fors à la déposition de Marsal qu’il ne pouvait ne faire pas à cause de la présence des armées du Roi qui l’avait pris à dépourvu.

– Que la première des quatre qu’il n’avait pas observées, était de livrer Le Coigneux et Monsigot, dont on s’était fié à sa parole qu’il viola dans la naissance-même du traité, où les promesses sont d’ordinaire inviolables.

– Que la seconde était la jonction de ses armes à celles du Roi pour favoriser la religion catholique en Allemagne et empêcher la perte de la Ligue catholique qu’il éluda par divers artifices, en sorte que la perte de M. de Bavière, son oncle, s’en était ensuivie.

– Que la 3e l’obligeait à rompre toute intelligence avec l’Empereur, l’Espagne, la Reine et Monsieur [le duc d’Orléans], et cependant au même temps qu’il le promettait, il s’engageait avec eux de faire le contraire.

– Que la 4e était de ne jamais entreprendre au préjudice de la France, contre laquelle il n’avait pas laissé de machiner tout ce qu’il avait pu pour sa ruine.

– Que les lettres surprises de Puylaurens à Mme de Phalsbourg justifiaient clairement l’étroite intelligence qui avait toujours été entre les ennemis du Roi et ce prince.

– Que celle de Mme de Phalsbourg à Puylaurens l’assuraient en termes si précis que M. de Lorraine était en état de servir Monsieur, qu’il n’y avait pas lieu d’en douter.

– Que celle de M. de Vaudémont disait en termes exprès que Monsieur devait avoir bientôt la Couronne, ce qui était à noter et devait donner beaucoup à penser5.

– Que l’avis qu’avait donné l’ambassadeur d’Angleterre [Isaak Wake] comme le sachant certainement, que M. de Lorraine avait écrit à l’Infante qu’il était près de se joindre aux armes de l’Empereur et à celles d’Espagne pour se venger des injures qu’il avait reçues du Roi à Metz.

– Que la conduite du duc, qui avait rempli ses places de blés, qui les fortifiait avec précipitation, qui engageait ses terres pour avoir de l’argent, qui levait enfin des gens de guerre de toutes parts.

– Que les avis du sieur de Carnin, homme intelligent en telles affaires, qui portaient tous que Monsieur devait entrer en France avec 4 mille chevaux, soutenu du duc de Lorraine et de Don Gonzalès [de Cordoue].

– Que celui que le nonce de Flandres [Fabio Lagonissa] avait donné de l’union dudit duc aux desseins de Monsieur contre la France.

– Que les négociations qu’on savait que M. de Lorraine faisait avec l’Empereur par diverses personnes, et entre autres par les pères jésuites, dont le père Mailland avait donné avis.

– Que la connaissance certaine qu’un homme certain avait donné de l’union de M. de Lorraine avec Espagne6.

– Que les avis que le duc de Bellegarde avait données à M. de La Force qu’on avait dessein de charger les troupes du Roi avec celles de M. de Lorraine et d’Ossa ne confirmaient que trop la connaissance que les dépêches surprises avaient donnée, et tout ensemble ne permettaient pas de douter de l’infidélité de ce prince.

– Que la dépêche de Deshayes et les ordres de Valstein [Wallenstein] au comte de Mérode de fournir dix mille hommes à Monsieur pour entrer en France.

– Que les levées qu’on avait apprises de nouveau que Mérode faisait au Liège de cinq régiments.

– Que l’assurance que Puylaurens avait donnée à Mme de Verderonne d’être au premier jour à la campagne.

– Que les avis donnés par Élincourt, qu’on attendait à voir quel événement auraient les affaires d’Allemagne à ce commencement pour faire entrée en France du côté de Champagne.

– Que les diverses dépêches du sieur de Guron, qui était en Lorraine et avait découvert par divers moyens l’union d’entre l’Espagne, Lorraine et Monsieur, faisaient qu’il faudrait avoir les yeux crevés pour ne voir pas que tous ensemble n’attendaient que la surprise de quelqu’une des places du Roi, ou la déclaration de quelque gouverneur pratiqué pour se mettre en campagne.

– Que par tout ce que dessus il apparaissait qu’on ne se pouvait fier en la parole de ce prince, que, quelque traité qu’il fît, on ne pouvait prendre sûreté, puisqu’il ne saurait parler plus expressément, ni faire aucun traité qui l’obligeât davantage que celui qu’il avait déjà fait. À quoi il avait manqué ouvertement.

– Que c’était un prince sans parole, sans foi, sans prudence, fourbe, déloyal et peu sage, animé contre le Roi, lié particulièrement avec ceux qui en voulaient à Sa Majesté, duquel par conséquent il fallait tout craindre, sans pouvoir s’en promettre aucun bien que celui auquel on pourrait le contraindre par force.

– Qu’il restait donc à dire que ne pouvant être gagné, il le fallait perdre, si on ne se voulait contenter de lui mettre une caution, outre la bride de Marsal.

– Qu’on avait légitime sujet d’en user ainsi qu’il serait jugé tel de tout le monde quand on voudrait le publier.

– Que cependant devant que l’entreprendre, il fallait considérer s’il valait mieux ne le faire pas, et les inconvénients qui pouvaient arriver, laissant les choses comme elles étaient, où ceux qu’on devait craindre entreprenant de mettre le prince en état de ne pouvoir nuire.

– Que le Roi avait cent mille hommes sur pied.

– Qu’il lui était impossible de les entretenir longtemps sans que la France persiste.

– Que si telles forces lui étaient toujours nécessaires pour sa défense, dès lors on pouvait s’assurer que son salut et sa conservation étaient sa perte, parce que la France ne saurait supporter cette dépense encore une année sans être ruinée.

– Qu’il fallait donc s’en servir tandis qu’on était contraint de les entretenir pour affaiblir les ennemis de ce royaume, et les mettre en état de n’obliger plus à l’avenir à de si grands préparatifs pour se défendre. Autrement si la France diminuant de force, les ennemis demeuraient en celle en laquelle ils étaient, il arriverait qu’on ne serait plus en état de se défendre lorsqu’ils auraient plus de volonté de nous attaquer, parce qu’ils en auraient plus de moyen qu’ils pratiqueraient indubitablement si le temps y était propre.

– Que l’Espagne et l’Empire étant occupés comme ils étaient lors, M. de Lorraine n’en pouvait être secouru que faiblement sous le nom de Monsieur.

– Qu’il ne pouvait donc faire résistance que par la force de ses propres armes et de celles de Monsieur, ce qui n’était pas grande chose au respect des grandes difficultés qui se trouvaient d’ordinaire en telles affaires, et qui pourraient s’y trouver une autrefois.

– Que quoi qu’on fît contre le prince, on lui donnerait bien peut être plus de sujet de s’en revancher, mais non pas plus de volonté et de dessein. Mais aussi on lui en diminuerait le moyen qui était l’importance.

– Que si lui et toutes ses forces, et celles de Monsieur, se mettaient à la campagne, on les déferait assurément, et par après, on ne trouverait pas grande difficulté.

– Que s’ils s’enfermaient dans des places, en les bloquant dans la principale, à la fin on les y ferait périr, quoiqu’ils voulussent faire, ne voyant pas que de toute cette année, ils pussent avoir de secours puissant qui puit rompre un tel dessein, et cependant on prendrait d’emblée toute la Lorraine, hors mis trois places, tout le Barrois pour jamais, et quand même on ne perdrait pas tout à fait le duc, on le ruinerait de telle sorte qu’il ne saurait révolter une autre fois et l’armée du Roi aura vécu dans son pays au lieu de ruiner la France.

– Qu’au reste, quand on serait contraint de départir d’un tel dessein, après qu’on l’aurait commencé, on ne pourrait perdre tant qu’on ferait en ne faisant rien. Auquel cas, nous nous consommerions par nos propres forces et ne diminuerions ni la volonté que les ennemis avaient de nous mal faire, ni leur puissance, ains augmenterions l’une et l’autre en nous affaiblissant nous-mêmes. Qui plus est, il y avait grande apparence que M. de Lorraine ne se verrait pas plutôt attaqué par le Roi qu’il rechercherait d’en sortir par un accord qui ne saurait être si mauvais, qu’il ne lui fût plus utile que de hasarder ses États contre un grand Roi, et qu’ainsi il semblait qu’on ne pût qu’avoir bonne issue de cette affaire et que le pis-aller serait toujours plus avantageux que le mieux qui pût arriver en ne faisant rien que nous consommer sans affaiblir nos ennemis. 

– Qu’en un mot, si tandis que nous avions le temps propres et la force, l’on ne se servait de l’un et de l’autre pour ruiner ceux qui étaient unis contre nous en perdant les plus faibles, et nous mettant par ce moyen en état de perdre les autres, par après, si l’exemple de leurs voisins ne les rectifiaient, ils attendraient et prendraient indubitablement le temps de nous perdre nous-mêmes, lorsqu’ayant fait beaucoup d’efforts pour nous garantir de leur mauvaise volonté, nous ne serions plus en état de nous en défendre.

– Que si l’on prenait la résolution d’attaquer le duc de Lorraine pour jouer à jeu sûr, il fallait envoyer traiter avec le chancelier Oxenstern une union à ce dessein, lui représentant qu’on ne voulait entreprendre ledit duc que parce qu’il manquait au traité qu’on avait fait avec lui en faveur du roi de Suède.

– Qu’il fallait l’assurer qu’on attaquerait ledit duc s’il ne voulait de nouveau déposer deux des meilleures places qu’il eût entre les mains du Roi pour sûreté, qu’il ne se tournerait plus pour l’Empereur contre ledit roi de Suède, et stipuler avec lui qu’aussitôt que le Roi attaquerait ledit duc qui serait dans le 15e juin assurément, il attaquerait les Espagnols.

– Que pour le porter à cette résolution, il fallait lui représenter le grand avantage qui lui reviendrait d’un tel dessein, soit que le duc se soumît aux volontés du Roi, ou qu’il ne les fît pas.

– Que s’il s’y soumettait, les Espagnols perdraient l’assistance qu’il leur avait promise contre lui.

– Que s’il ne le faisait pas, ils seraient contraints de se diviser, une partie pour assister ledit duc, et l’autre pour résister aux forces qu’il commandait pour son maître.

– Qu’on dirait peut-être qu’au même temps qu’on ferait cela, M. de Lorraine ayant garni ses places, Monsieur, avec la cavalerie de l’un et de l’autre, et les Liégeois, entrerait en France, mais tant s’en faut qu’on eût rien à craindre pour cela, qu’au contraire il semblait qu’il était à désirer, parce qu’ils ne sauraient faire d’armée qui puit assiéger une place, et que s’ils y entraient une fois bien avant ils étaient perdus, vu qu’assemblant la noblesse des provinces voisines avec les mille chevaux et dix mille hommes de pied qu’aurait le Roi, outre l’armée qui attaquerait M. de Lorraine, on pourrait aller à eux en quelque lieu qu’ils fussent, et si une fois ils étaient défaits comme il arriverait, M. de Lorraine était perdu et le Roi assuré en son État pour longtemps.

– Pour conclusion, qu’il y avait trois partis à prendre avec Monsieur de Lorraine : ou ne rien faire, et laisser les choses comme elles étaient ; ou lui faire la guerre ; ou s’accommoder avec une telle sûreté qu’il ne se puisse plus manquer à l’avenir comme il avait fait par le passé.

De ces trois partis le premier était le pire, parce qu’on ne pouvait longtemps soutenir la dépense que l’on faisait sans être ruiné, et que laissant M. de Lorraine comme il était, on le laissait en état d’attendre une saison propre à faire sentir les effets de la mauvaise volonté qu’il avait témoignée en ces dernières occasions contre sa parole et ses traités, en laquelle nous ne serions plus en état non seulement de lui faire du mal comme nous étions lors, mais même de nous défendre de la ligue qui se trouverait contre nous.

Que le second était le meilleur parce qu’on n’aurait jamais si beau temps de mettre par terre cet ennemi, qui était quasi le seul dont les Espagnols se pouvaient servir contre la France, comme le singe de la patte de lévrier, et que quoiqu’il y eût de la difficulté, il n’y en pouvait avoir qui empêchât qu’on ne profitât de plus de la moitié de ses États, et qu’on ne le mît en état de ne se pouvoir servir des autres contre nous.

Qu’au reste, sa volonté au mal étant si invétérée, qu’ayant tenté plusieurs fois de le ramener, on y avait perdu son temps. Il était impossible de ne pas juger que si on le laissait subsister en état de mal faire, il y animerait tous les autres, au lieu que si on le mettait en état de ne le pouvoir, outre que le plus animé serait par terre, son exemple intimiderait les autres, et on demeurerait au moins en état de leur résister quand ils voudraient faire les mauvais, si on y était de leur donner sur les doigts à leur tour.

Que nonobstant toutes ces raisons, il conseillait le 3e parti, pourvu que la sûreté s’y trouvait, parce qu’on aurait, par une voie douce et facile, le même effet qu’on prétendait par la guerre, vu qu’on mettrait M. de Lorraine en état de ne pouvoir nuire, et qu’en suite, avec ses armes et les nôtres, nous tiendrions toujours le reste de nos ennemis en grande considération, et serions en état de recevoir ce que la bonne fortune nous offrirait peut-être lorsque nous y penserions le moins.

La question était de savoir quelle sûreté le prince pouvait donner qui fût estimée raisonnable. Qu’il y en avait trois : livrer des places de nouveau ; offenser les ennemis du Roi contre lesquels il était déjà lié avec Sa Majesté par traité ; et désarmer.

– Qu’il estimait qu’il n’y aurait pas raison de demander ces trois choses ensemble, parce qu’un prince s’exposerait trop par ce moyen à être dépouillé à la première volonté qu’il en prendrait au Roi, joint qu’il n’était ni de la bienséance ni de la condition des souverains de dépendre absolument des volontés d’autrui, et partant qu’il croyait qu’il se faudrait contenter des deux premières, et laisser M. de Lorraine armé.

– Que cette proposition semblerait peut-être étrange d’abord, mais qu’il la croit utile pour deux raisons principales. La première, qu’en lui conseillant de demeurer armé, il se porterait plus aisément à donner des places, parce qu’il verrait par là qu’on lui laissait le moyen de conserver les autres, et croirait qu’on avait dessein d’entreprendre quelque chose où il pourrait profiter. La seconde, que l’armement qu’il tiendrait en pied était le moyen dont il se faisait servir pour lui faire offenser les ennemis du Roi s’il en était besoin, et que Sa Majesté eût lieu de s’y porter elle-même, qu’il croyait d’autant plus que M. de Lorraine pouvait demeurer armé qu’il ne saurait abuser de ses forces, vu les sûretés que nous aurions, parce en outre que ses forces seraient modérées, et que servant comme elles servaient à nous tenir en plus grande considération, attendu qu’il serait obligé à les joindre à celles du Roi en quelque dessein qu’il voulût prendre, elles serviraient encore à le consommer par lui-même.

Si on vient à traiter avec M. de Lorraine, il faut qu’il s’oblige de nouveau à joindre ses armes à celles du Roi et suivre tous ses desseins et ses intentions, que si l’on peut vérifier qu’il vienne à manquer au présent traité, il consent que les places qu’il aura déposées demeurent perdues.

En suite de cet avis, Sa Majesté ayant suffisamment pourvu à toutes ses frontières de Picardie, laissé à Calais le sieur de Saint-Chamond, maréchal de camp, à Corbie le marquis d’Alluye, pourvu à Saint-Quentin dont la volonté du gouverneur lui était suspecte, y laissant le sieur de Persy par commission sans déposséder le gouverneur à cause de son impuissance, elle s’achemina vers le Lorraine. Cependant, le sieur de Ville fît deux voyages de la part de M. de Lorraine vers le Roi, au premier desquels il trouva Sa Majesté à Amiens, allant à Calais, et vint avec elle jusqu’en ladite ville. Au second, il ***.

Avis sur les affaires présentes, 12e mai 1632

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Il s’agit ici de l’un des rares emplois des termes « raison d’État », sous la plume de Richelieu, conçu par le cardinal-ministre comme réponse coercitive conjoncturelle à la trahison vis-à-vis de l’autorité monarchique. L’expression est absente de son Testament politique, le cardinal-ministre lui préférant le substantif simple de « raison ». Dans sa correspondance, de plusieurs milliers de documents, la « raison d’État » apparaît encore dans une lettre que Richelieu adresse à Louis XIII, de Conflans, le 21 juin 1636, dans Denis-Louis-Martial Avenel – éd. -, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome V, p. 487-488. La « raison d’État » s’y trouve mentionnée avec la même problématique de trahison, à propos, cette fois, du comte de Soissons ; de même retrouve-t-on l’expression dans un courrier de Richelieu à Claude de Bullion, du 20 juillet 1638, à propos des trahisons en Languedoc, dans Denis-Louis-Martial Avenel -éd. -, ouvrage cité, tome VI, p. 70. Les termes « raison d’État » apparaissent aussi dans une lettre de Richelieu au Roi, du 17 janvier 1641, concernant l’accord à trouver avec le duc de Lorraine en vue de la signature d’un traité formel, dans Denis-Louis-Martial Avenel – éd. -, ouvrage cité, tome VI, p. 748 ; dans une lettre de Richelieu au comte du Fargis, fin janvier 1628, dans Denis-Louis-Martial Avenel – éd. -, ouvrage cité, tome III, p. 15 ; dans un courrier de Richelieu à M. de Tresnel, le 23 décembre 1616 et dans une lettre à M. de Sancy, du 23 janvier 1617, dans Denis-Louis-Martial Avenel – éd. -, ouvrage cité, tome VII, p. 327 et 342. []
  2. Le maréchal de Marillac a été exécuté l’avant-veille. []
  3. Le comte palatin du Rhin Frédéric V (1596-novembre 1632) est en effet le beau-frère du roi Charles Ier d’Angleterre, ayant épousé, en 1613, Élisabeth Stuart. À la tête de l’Union protestante créée par son père Frédéric IV (disparu en 1610), le comte palatin a accepté, au mois d’août 1619, la couronne élective de Bohême offerte par les États, à la suite des tensions apparues avec l’empereur Ferdinand II de Habsbourg. Ce dernier décide rapidement de reconquérir les prérogatives perdues. Le 8 novembre 1620, le comte de Tilly écrase Frédéric V à la bataille de la Montagne Blanche, à laquelle participe le tout jeune Charles de Vaudémont, futur Charles IV de Lorraine, aux côtés des Impériaux. Épisode marquant de la phase palatine de la guerre de Trente ans, la défaite subie à la Montagne Blanche contraint le comte palatin à l’exil à La Haye. Mis au ban de l’Empire, démis de ses titres, il se voit confisquer la dignité électorale que Ferdinand II offre alors au duc Maximilien de Bavière, avec les possessions territoriales des comtes palatins. Frédéric V et son épouse ne peuvent qu’assister impuissants à l’occupation de leur principauté. []
  4. En référence au traité de Vic-sur-Seille, du 6 janvier 1632. Les clauses en ont été publiées par Marie-Catherine Vignal Souleyreau, Richelieu et la Lorraine, Paris, éditions L’Harmattan, 2004, p. 373-375. []
  5. Dans une lettre datée de la fin de l’année 1629, alors que le duc d’Orléans a choisi un premier exil à Nancy, Claude Bouthillier, en mission en Lorraine afin de convaincre le frère du Roi de rentrer en France, rapporte à Richelieu ces paroles de François de Lorraine-Vaudémont, père de Charles IV et de la princesse Marguerite : « si ma fille n’est propre à devenir un jour reine de France, elle sera du moins bonne à être abbesse de Remiremont ». Le document est conservé à la Bibliothèque nationale de France, coll. Cinq cents de Colbert, vol. 83, f° 255 r°. []
  6. L’information a été fournie à Richelieu par Jean de Rechignevoisin, seigneur de Guron, le 19 avril 1632, voir le courrier original dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau – éd. -, La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 161-166 et sa translation en ligne, texte 628. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (3 janvier 2024). Texte 730, année 1632, 12 mai, Richelieu à Louis XIII. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vfek


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.