Texte 731, année 1632, 12 mai, Guron à Richelieu

Jean de Rechignevoisin, seigneur de Guron, à Richelieu, Nancy, 12 mai 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 9, f° 239-240. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 208-211.

Monseigneur,

M. de Ville a tenu la parole qu’il avait donnée à Votre Éminence, car je sais assurément qu’il a parlé à son maître avec la vérité qu’il vous avait promise, et parce qu’on a pris résolution de Votre Éminence renvoyer trouver le Roi. Il en a fait de grandes difficultés, craignant qu’on voulût le faire servir de moyen pour couvrir par les délais l’effet des mauvaises intentions qu’on pourrait avoir, ce dont ayant pris les précautions qu’il a jugées nécessaires, il s’est résolu de partir demain, et moi d’en donner avis à Votre Éminence dès aujourd’hui.

Le sujet de son voyage est pour éclaircir les deux points qu’on m’a donnés, lesquels je vous envoie écrits du sieur Janin, secrétaire, pour savoir s’ils sont tels que vous les avez faits dicter. Or, il ne se pouvait, selon iceux, rien exécuter à présent et nécessairement, il fallait un ordre précis de Sa Majesté. Et pour vider plusieurs difficultés qui se rencontreront en l’exécution, M. de Lorraine m’a déclaré absolument qu’il voulait licencier ses troupes, desquelles il m’a donné un contre-rôle, écrit du sieur Janin, sur un qu’il m’a apporté, écrit de la main propre de Son Altesse, ne voulant retenir que deux mille cinq cents hommes de pied pour munir ses places, à savoir huit cents hommes dans Nancy, cinq ou six cents hommes dans Stenay, autant dans Clermont [Clermont-en-Argonne], dans La Mothe, et Bitche, vers l’Allemagne, le reste, ayant envoyé dans Clermont Lémont [François de Savigny, seigneur de Laimont] pour assister le sieur de Fresne1, qui en est gouverneur malsain. Et Couvonges [Antoine de Stainville, baron de Couvonges] doit aller à Stenay faire le semblable. Pour la cavalerie, il ne prétend retenir que cinq cents chevaux et moins selon qu’il plaira au Roi.

Pour désarmer, Son Altesse m’a dit que M. de Ville lui avait rapporté qu’on enverrait un commissaire pour voir que les troupes voudraient aller au service du Roi et les retenir. À dire le vrai, je ne crois pas qu’il y en aille une seule qui y veuille aller, toutefois cela se peut tenter si Sa Majesté le désire. Pour ces Liégeois, gens de Luxembourg, Comtois et Allemands, il n’y a moyen d’en répondre, étant licenciés, ni d’empêcher qu’ils n’aillent servir ceux qui voudraient armer contre le Roi, si Votre Éminence ne nous en fournit quelque expédiant, car de l’évènement nul n’en peut répondre. Son Altesse en avait proposé un qui est le seul unique, et lequel il m’offrit d’exécuter sur le champ, assavoir d’envoyer ses troupes en Bavière, pourvu que je me chargeasse de le faire agréer au Roi. De quoi, je ne me voulus faire tort, vu les difficultés que je trouve même en cela, car je ne crois pas qu’aucune de ses troupes veuille plus aller en Allemagne, vu les périls qu’il y a de passer où on les voudrait envoyer et sur cette appréhension le régiment de Quercoy2 s’est tout dissipé. Ainsi, je tiens cet expédiant très difficile, s’il n’est impossible, et quand il se pourrait, je ne sais pas si le Roi voudrait consentir à tel envoi, vu ses traités, qui sont contraires. 

De sorte que sur tout cela, j’ai cru attendre les avis de Votre Éminence, encore que j’eusse résolu de m’en aller. Néanmoins, Son Altesse ayant désiré que j’attende mon courrier, je m’y suis résolu, pour après, sur le commandement que je recevrai, je m’en puisse retourner, étant bien nécessaire que quelque commissaire voie ce licenciement, et surtout de prévoir ce qu’il faudra faire pour empêcher les troupes d’aller à Monsieur [le duc d’Orléans], car humainement, selon la connaissance que je puis avoir, on ne le saurait empêcher que par l’envoi en Bavière, si les chefs le peuvent, ou le veulent.

Si je n’eusse vu les articles, j’eusse cru que la remise qu’on fait à quelque fin sur l’attente qu’on pourrait avoir des desseins qui se trament, où les Espagnols ne se trouvent pas encore en état d’exécuter ce qu’ils promettent, il y a longtemps, « à cause de ce démon de cardinal », dit-on à Bruxelles, qui leur brasse tous les jours de nouveaux embarras.

J’omettais à dire que Mérode, qui a fait des levées au Liège, et est vers Clèves ou Trèves, sollicite partie de ses troupes qui sont en Lorraine pour l’aller trouver et le joindre avec lui, et que c’est cet homme-là, destiné par les Espagnols pour assister et servir Monsieur, et qu’il fait ses troupes éloignées pour ôter d’autant plus le soupçon qu’il s’en pourrait prendre.

Son Altesse m’a témoigné être las des troubles passés, qu’il croit que Votre Éminence le hait, que toutefois, si elle veut l’aimer, il lui témoignera, envers tous et contre tous, combien il chérit votre amitié.

Sur la plainte des fortifications de Clermont, il m’a dit qu’elle est de longue main entre les mains de ses prédécesseurs, encore qu’il vienne de Verdun, mais que, sans entrer en ces considérations, il voit bien que cette place est incommode au Roi au lieu où elle est située, que partant, s’il plaît à Sa Majesté s’en accommoder avec lui, qu’il en prendra récompense, qu’il sait bien que le Roi est trop grand prince pour vouloir le bien d’un qui lui était si au-dessous, et trop juste pour lui vouloir ôter, mais que, s’il lui plaisait de s’en accommoder, qu’il en prendrait le prix en autre chose. Elle est de grand revenu dit-il.

En sortant de sa chambre, je trouvai M. le cardinal son frère, à qui je le dis, qui jugea par là des bonnes intentions de Son Altesse. Puis je rencontrai M. de Ville avec M. de Bellegarde dans la basse cour, auquel je le dis aussi, afin qu’il en prît plus grande lumière, pour en traiter s’il y avait lieu. Il fit semblant de s’étonner et de concevoir meilleure espérance qu’auparavant, puisque son maître était ainsi allé au-devant d’une affaire de telle conséquence.

Moulimes est revenu, m’a-t-on dit, samedi au soir, et a fort peu paru. C’était le même jour de l’arrivée de M. de Ville, et comme on juge comme il était ici quand il partit, il avait ordre de revenir pour savoir ce qu’il apporterait, et dire aussi en quel état seraient les affaires de la Reine mère, de Monsieur, et de ceux qui les voudraient assister et faut bien croire qu’il n’y a rien de préparé et que l’embarras où se trouvent les Espagnols retarde ou rompt tous les desseins.

Pour l’affaire de Metz, on dit que c’est un nommé Chanvilliers, de la ville de Metz, qui a toujours négocié ici, que c’est un homme fort aimé de M. de La Valette, jusqu’à en être fort ennuyé de Montigny, qui prétend devoir tenir la première place3.

Un nommé Colas Dolan, en la personne duquel s’est fait ce miracle en cette ville d’avoir été remis en santé, ayant été perclus toute sa vie, a dit qu’il avait vu venir plusieurs fois ce Chanvilliers ici, qu’il était présent en un dîner magnifique qu’on lui fit chez M. de Leconcourt4, où était Son Altesse, et quand on dit ce qui s’était passé à Metz, la grande mélancolie qu’en témoigna Sadite Altesse et que prendrait ce Chanvillers, qu’il sait tout, ajoute qu’il est pensionnaire du Roi, qui lui a promis deux cents francs de pension, et qu’il était présent à Metz quand M. le prince de Joinville [François de Lorraine-Guise] disait à M. le cardinal de Lorraine qu’il plaignait M. de La Valette de le voir ainsi estropié et misérable, qu’il était plus mal d’esprit que de corps, vu les mauvais traitements qu’il recevait du Roi et de vous, mais que c’était faire les affaires de Lorraine, et que ce serait un moyen de ravoir un jour Marsal, sur quoi Monsieur le cardinal changea le discours sans le vouloir continuer.

Si Votre Éminence juge que le dévot, sous prétexte d’aller chercher sa pension, aille dire ses choses, il ne faut que mander à l’homme de M. de Bourbonne, qui est ici, qu’il le mène. Ce qu’il fera sans qu’on se doute de rien. 

Il est bien malaisé qu’un si grand bruit soit sans quelque effet dont le fruit n’était encore mûr. Mme la princesse de Phalsbourg s’enquit soudain en quel état était la citadelle, quand elle sut que c’était à Metz. L’on dit que le temps qu’elle s’absenta d’ici fut pour aller conférer avec lui dans la maison du prévôt du Pont-à-Mousson, nommé Richard, à deux ou trois portées de mousquet de la ville du côté de Metz, lequel a marié sa fille [Claude Richard de Clévant] à un nommé [Abraham II] Fabert, de Metz, créature de M. de La Valette. L’écuyer de cette princesse, nommé Orfeuille, est celui qui a fait des voyages, et conférait avec Chanvillers susnommé. Voilà ce que j’ai appris de cette affaire, de laquelle je crois que le temps en apprendra davantage.

M. de Bellegarde a reçu une grande consolation d’avoir oui des paroles, quoiqu’incertaines, qui toutefois ont de la douleur en la douleur que je lui ai représentée que Votre Éminence avait des choses passées. Cela lui attendrit le cœur jusqu’aux larmes, et voudrait qu’il vous eût pu éclairer de toutes choses. Et lors, il s’assure que vous ne le condannerez pas au point que vous faites, jurant n’avoir jamais su plus avant que ce que la Reine lui disait qu’elle ne vous voulait plus en ses affaires, mais que sur la damnation de son âme, elle ne s’est jamais ouverte à lui de vous vouloir éloigner d’auprès du Roi, ni, de ce qui concernait le garde des sceaux de Marillac, qu’il n’a jamais aimé comme dit-il, que Votre Éminence le sait bien.

La Reine mère maintenant le traite comme vous, car, quand il sera mort, elle n’en ferait pas moins d’état, la haine fondée sur ces oppositions contre Chanteloup, La Masure, et tous ceux qui ont porté Monsieur à s’aller jeter entre les bras des Espagnols, chose à quoi il a toujours résisté. Puylaurens seul les a tous emportés, assisté de M. d’Elbeuf, qui toutefois a fort peu de crédit. Toute cette cour est pleine de querelles, n’ayant duel entre huit de Monsieur et de la Reine mère, desquels trois sont demeurés sur la place, personnes toutefois qui ne sont pas de plus connus. Outre cela, il y a eu procédé entre M. d’Elbeuf et M. de Roannès [Louis Gouffier, duc de Roannais], entre M. de Moret et La Capelle [sic], et entre le comte de Brion [François Christophe de Lévis-Ventadour, comte de Brion] et Courbanton, parent de M. de Puylaurens.

M. de Bellegarde avait demandé la sûreté du Roi pour aller aux eaux de Plombières. Il ne vous a pas plu répondre sur ce chef. Ils sont en Lorraine et néanmoins, il la désire et la demande avec la civilité et grand besoin, encore qu’il marche mieux que de coutume.

Pour la lettre de Rome, il ne vous a pas plu me l’accorder. Ce n’est pas que je prétendisse nulle part dans les premiers fruits de cette jeune plante languissante, faute de ce vin de l’Acarie qui fait germer les vierges, mais je suis tant ému de compassion de voir des yeux mourants, qui, dans leur silence morne, ne disent tant de choses que je ne les saurais ni oserais exprimer devant Votre Éminence, de qui je serai tant que je vive, Monseigneur, votre très humble et très obéissant serviteur, 

Guron

À Nancy, ce mercredi au soir, 12 mai 1632

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. La référence au « sieur de Fresne » reste difficile à éclaircir. Il pourrait s’agir de Jean-Baptiste de Fresnel, évoqué par Jean-Charles Fulaine, Le duc Charles IV de Lorraine et son armée, Metz, Éditions Serpenoise, 1997, p. 67 et p. 292. Il est à noter qu’en juin de la même année, Georges-Frédéric du Hautoy, seigneur de Nubécourt, seigneur lorrain qui a choisi la cause française, se plaint de la mise à contribution, par le gouverneur de Clermont-en-Argonne, des paysans de sa seigneurie pour les travaux de fortification de la place, et évoque les menaces pesant sur son château de Nubécourt en raison de son ralliement à Louis XIII. Voir les deux courriers qu’il adresse à Richelieu le 20 juin 1632 dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau – éd. -, La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 284, translations publiées en ligne, textes 832 et 833. []
  2. Sic, en référence à Jean de La Moussaye, seigneur de Carcouët. []
  3. En référence probable à Guillaume II de Montigny, gouverneur de Dieppe et de Château-Thierry. On ne peut cependant exclure l’hypothèse que la référence se rapporte à Pierre de Guignadeau, seigneur de Montigny. []
  4. Antoine de Lenoncourt, marquis de Blainville, ou Charles de Lenoncourt, marquis de Serres. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (8 janvier 2024). Texte 731, année 1632, 12 mai, Guron à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vjwh


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.